Droits TV

Les droits TV domestiques de Premier League atteignent un nouveau record

manchester united leadership européen financier

Le Board de la Premier League a annoncé aujourd’hui le résultat de l’appel d’offres concernant la commercialisation des droits TV domestiques du championnat sur la période 2016-19. Malgré des droits TV déjà extrêmement élevés, la Premier League connait encore une réévaluation importante de ses recettes télévisuelles. Explications…

La nouvelle est tout simplement vertigineuse. Le comité de direction de la Premier League a annoncé aujourd’hui avoir vendu les droits TV domestiques du championnat anglais pour la somme de 5,14 milliards de livres sur la période 2016-19, soit 6,92 milliards d’euros. Ainsi, le championnat de Premier League percevra 2,310 milliards d’euros de recettes télévisuelles domestiques par saison à partir de l’édition 2016-17.

Ce montant constitue une hausse de 70% par rapport aux recettes télévisuelles domestiques perçues par le championnat de Premier League lors de la période 2013-16. Pourtant, le championnat anglais possédait déjà les droits TV les plus importants des championnats européens. Désormais, le championnat creuse considérablement l’écart avec ses voisins européens. Même si la Serie A n’a pas encore renégocié ses droits TV concernant la période 2016-19, le championnat italien perçoit actuellement 840 M€ de droits TV domestiques, auxquels il faut ajouter 120 M€ de droits internationaux.

La Premier League a profité d’une qualité de spectacle exceptionnelle et d’une concurrence féroce entre ses diffuseurs nationaux pour faire grimper les prix. Au final, Sky et BT conservent la diffusion du championnat. Mais ils ont dû considérablement augmenter leurs offres afin d’empêcher le concurrent Eurosport, soutenu par son nouveau propriétaire Discovery, de décrocher des lots.

Ainsi, Sky déboursera 4,176 milliards de livres sur la période 2016-19 pour diffuser 126 rencontres par saison. Le groupe a réévalué son offre de 81,5% par rapport à la somme déboursée sur la période 2013-16 pour un nombre de rencontres diffusées par saison sensiblement équivalent (116 rencontres). De son côté, BT a accepté de débourser 960 millions de livres sur la période 2016-19 pour retransmettre 42 matchs par saison. Actuellement, le groupe média reverse 738 millions de livres (période 2013-16) pour la diffusion de 38  rencontres par saison.

La Premier League risque-t-elle d’écraser l’Europe ?

Bien évidemment, les sommes évoquées ne tiennent pas compte des droits TV internationaux dont les sommes seront divulguées au fur et à mesure des accords. L’accroissement de l’intérêt pour la Premier League dans le monde entier associé à un découpage malin des rencontres avec l’apparition de nouvelles cases horaires devrait permettre de faire monter considérablement les enchères. Ainsi, la Premier League pourrait enregistrer plus d’un milliard de revenus TV internationaux par saison, constituant un bon complément de revenus aux droits TV domestiques.

evolution droits tv domestiques premier league

Même si d’autres championnats européens majeurs n’ont pas encore renégocié leurs droits TV pour la période évoquée – notamment la Liga BBVA et la Serie A – la Premier League va clairement creuser l’écart en matière de recettes télévisuelles par rapport à ses concurrents européens.

Néanmoins, cette manne financière ne profitera pas exclusivement aux clubs de Premier League. Dans un marché des transferts globalisé, les clubs anglais risquent fort de dépenser leurs lucratifs revenus TV dans l’acquisition de nouveaux joueurs. Une partie de la manne sera alors redistribuée aux clubs européens possédant de bons éléments. Evidemment, la fuite des talents vers la Premier League entrainera également une perte de compétitivité dans les différents championnats concernés.

Enfin, la Premier League ne devrait pas revenir sur sa répartition plutôt égalitaire de sa manne télévisuelle. Cela constitue plutôt une bonne nouvelle pour les adversaires européens car un déséquilibre de la redistribution provoquerait l’émergence de véritables monstres financiers européens. Malgré cela, la Premier League a toutes les cartes en main pour prendre un ascendant sportif important à l’échelle continentale.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. [mc4wp_form]

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer