Economie

Qu’est-ce que la « Licence Club LFP » ?

thiriez-presidence-fff

Introduite pour la première fois lors de l’attribution des droits TV pour l’exercice 2012-13 ; la licence club a été conçue par la LFP pour obliger les clubs à maintenir ou développer des infrastructures décentes. Ce dispositif ne concerne que les clubs professionnels de Ligue 1 et Ligue 2. Un peu plus d’un an après sa naissance, le président de la LFP Frédéric Thiriez compte réformer le dispositif afin qu’il réponde mieux aux objectifs fixés. Explications…

La licence club instaurée par la LFP en janvier 2013 est assez méconnue du grand public. Pourtant, cette licence, accordée pour une durée d’un an, conditionne une partie des droits TV perçue par les clubs professionnels de Ligue 1 et Ligue 2. Elle est entrée en vigueur pour la première fois lors de la répartition des droits TV pour l’exercice 2012-13.

Si un club de Ligue 1 ne répond pas aux exigences pour obtenir la licence club, il se voit alors amputer de 10% des droits TV qui lui sont dus. La pénalité est encore plus sévère en Ligue 2 : en cas de non-obtention de la licence, tout club s’expose à une pénalité équivalente à 20% des droits TV. Lors de la première mise en application de ce dispositif en 2012-13, 38 clubs professionnels ont obtenu la licence. Seuls les clubs de Niort et du GFC Ajaccio ne sont pas parvenus à obtenir les points nécessaires pour obtenir le précieux sésame.

Sur quels critères repose la licence club LFP ?

La Licence Club mis en place par la LFP a pour ambition de récompenser les clubs investissant pour améliorer leurs infrastructures ou leur organisation. Un barème sur 10 000 points a été établi. Pour obtenir la Licence, tout club doit obtenir au moins 5 000 points, soit la moyenne.

Les 10 000 points sont attribués autour de 4 volets. La moitié des points concerne les infrastructures du stade. 2 000 points sont alloués à la sécurité lors du déroulement des rencontres. 2 000 autres points sont attribués à l’évaluation du centre de formation. Enfin 1 000 points sont accordés à la structure salariée du club évalué.

Frédéric Thiriez veut réformer le système

Un an après sa mise en place, Frédéric Thiriez souhaite réformer le système. Selon lui, il est aujourd’hui trop aisé d’obtenir la licence club. Le patron de la LFP veut mettre en place un système plus évolué de bonus/malus sur les droits TV selon un barème de points morcelé. Aujourd’hui, seule la barre des 5 000 points conditionne l’obtention du bonus. Dans le futur, d’autres niveaux de points seront définis afin de déterminer des bonus ou malus plus conséquents. M. Thiriez veut ainsi tirer vers le haut et non vers la moyenne l’ensemble des infrastructures des clubs professionnels.

Cette nouvelle mesure que souhaite mettre en place Frédéric Thiriez ne suscite pas l’enthousiasme auprès des clubs à faible budget. Les dirigeants concernés soupçonnent le patron de la LFP de définir un nouveau critère afin de donner une plus grosse part des droits TV aux grands clubs français, sans se soucier de leur situation sportive. D’une certaine façon,  ils jugent que la mesure susciterait une plus grande inégalité entre les grosses écuries professionnelles et les petits budgets lors de la répartition des droits TV. Des voix du monde amateur réfutent également cette initiative : ils y voient une manière déguisée de fermer le football professionnel à l’ascension soudaine de nouveaux clubs issus des championnats amateurs.

Frédéric Thiriez compte bien imposer le nouveau barème de la licence club rapidement. Soutenu par de nombreux dirigeants qui apprécient cette évolution du dispositif ; il ne fait cependant pas l’unanimité. Le patron de la LFP tentera de convaincre tous les dirigeants des clubs professionnels que cette nouvelle mesure est bénéfique à la compétitivité de l’ensemble du football français.

Google Plus

To Top

Send this to a friend