Stratégie

Les agents de joueurs sont-ils une menace pour le football ?

Gary Neville, le milieu emblématique de Manchester United des années 2000 a récemment publié sur le site du Dailymail un billet sur le rôle nocif de certains agents gravitant autour du football. Il y pointe du doigt les différents problèmes liés à un exercice abusif de cette fonction. Ecofoot décide de revenir sur ce sujet.

C’est un secret de Polichinelle : Gary Neville n’est pas tendre envers les agents. Il a souvent critiqué l’influence nocive qu’exercent certains agents auprès de jeunes joueurs notamment. Mais lors de sa critique réalisée dernièrement, il accuse les agents de détenir trop de pouvoir sur le milieu footballistique et de rendre celui-ci trop opaque. Il met en relief ces deux aspects à travers quatre points précis.

Premièrement, il met en évidence le rôle spéculatif des agents autour des très jeunes joueurs. Il pointe du doigt les agents qui se rendent aux matchs des équipes juniors et qui parviennent à convaincre les parents de gérer les droits de jeune prodige. Une somme d’argent est donnée pour forcer la décision. Derrière, l’agent touchera un certain pourcentage sur le salaire gagné durant la carrière professionnel du joueur. Mais il peut même spéculer sur celui-ci en cédant les droits à un autre agent contre une somme plus importante à ce qu’il a déboursé pour convaincre les parents. Si ce mécanisme est peu répandu en Europe de l’Ouest, il est courant dans d’autres régions du globe.

Les conflits d’intérêts entre agents et acteurs du football sont passés sous silence

De même, sans parler de spéculation, les joueurs se dotent d’agent de plus en plus tôt. Celui-ci devient une sorte de gourou et ils suivent le moindre de ses conseils. Payé à la commission sur les transferts et le montant des salaires touchés, un agent peu scrupuleux a tout intérêt à transférer le joueur au sein de l’équipe se montrant la plus généreuse. Pour Gary Neville, ils sont pleinement responsables des départs de plus en plus précoces des jeunes joueurs vers des championnats étrangers. Certains agents sont les meilleurs amis des dirigeants de clubs de championnats plus exotiques mais qui ont de grosses ressources financières.

Neville agent de joueurs

Gary Neville n’a pas beaucoup sollicité les agents durant sa carrière. Elle a été intégralement effectuée sous le maillot de Manchester United

Gary Neville met également en évidence un phénomène peu évoqué dans les médias. Les agents ne s’occupent pas uniquement des intérêts de joueurs de football. Ils peuvent également protéger les intérêts d’entraineurs voire de dirigeants de clubs. Il est alors difficile à un entraineur de refuser un joueur proposé par son agent alors que celui-ci vient de lui trouver son nouveau club… Les conflits d’intérêts sont de plus en plus nombreux à ce niveau.

Enfin, les conflits d’intérêts sont passés sous silence car les agents contrôlent également les médias. En effet, les agents sont souvent les interlocuteurs privilégiés des journalistes, prêts à révéler une information exclusive sur l’avenir de l’un de leurs poulains. Il est alors difficile pour un média de dénoncer des pratiques douteuses d’un agent sous peine de ne plus recevoir d’informations croustillantes de sa part.

Gary Neville noircit le tableau des agents

Dans sa critique, Gary Neville est dur envers les agents. Même s’il le précise, il ne souligne pas assez que les pratiques limites sont exercées par une minorité d’agents. La majorité des agents exercent leur métier correctement.

En revanche, les solutions qu’il propose semblent aller dans le bon sens pour réduire l’influence des agents. Une première piste est de rendre le milieu moins opaque. Par exemple, les clubs pourraient communiquer sur les montants des salaires attribués aux joueurs pour plus de transparence au moment des négociations. Si ce genre de pratique est réalisé en Angleterre, cela est plus difficile à mettre en place dans des pays où le salaire perçu est un sujet plus tabou. Enfin, l’encadrement par les instances nationales et internationales doit être important pour réguler l’influence du métier d’agent de joueurs.

Des dispositions ont déjà été élaborées dans les championnats majeurs européens. Par exemple, Marco Simone a dû abandonner sa fonction d’agent de joueurs lors de sa prise de fonction à l’AS Monaco en 2011. L’UEFA encadre également très fortement le métier d’agent de joueurs de football et les licences sont attribuées au compte-goutte.

Les agents sont sous surveillance dans la plupart des championnats européens. Et à l’heure du numérique où l’information se propage très rapidement, ils se doivent de maintenir une bonne réputation pour obtenir les droits des stars de demain…

 

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez7
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer