Stratégie

L’AJ Auxerre cherche un nouveau modèle économique

Actuellement 11ème de Ligue 2, le club de l’AJ Auxerre connait une période d’instabilité chronique qui ne ressemble pas aux habitudes du club icaunais. La situation sportive difficile depuis deux ans et demi conjuguée à une situation financière inquiétante ne favorise pas un climat de sérénité du côté du club si cher à Guy Roux. Si l’AJA ne modernisait pas en profondeur son modèle, le club pourrait être en grand danger très rapidement…

Depuis la saison 2010-11, le club de l’AJA a connu trois présidents, trois entraineurs et une rétrogradation en Ligue 2. Cette instabilité tranche avec la quarantaine d’années de fonctionnement du club sous la direction de Jean-Claude Hamel (président de l’AJA) et Guy Roux (entraineur du club). Mais une guerre de pouvoirs et une situation financière épouvantable ont conduit à cette instabilité chronique.

Depuis la tragique saison 2011-12 où l’AJ Auxerre est descendu en Ligue 2, le club n’a cessé d’accuser des déficits d’exploitation. En 2011-12, le résultat net du club était négatif de 16,4 millions d’euros soit l’avant dernier bilan de Ligue 1 de l’époque (devant l’OL). En 2012-13, pour sa première saison en Ligue 2, le club a accusé un nouveau déficit de 5 millions d’euros. Le club s’est évité les foudres de la DNCG en changeant en cours d’année d’actionnariat (avril 2013) avec l’arrivée du fond d’investissements Paris Luxembourg Participations (PLP) et l’injection rapide de 5 millions d’euros dans le capital du club. PLP a également introduit comme président Guy Cotret, ancien membre de la direction de la Caisse D’Epargne et du Paris FC.

Pour Guy Cotret, l’AJA est en danger en Ligue 2

La descente en Ligue 2 et les déficits chroniques accusés par le club conduisent la direction de l’AJA à réduire le budget du club. En 2012-13, Gérard Bourgoin prévoit un budget de 21,5 millions d’euros alors qu’il était de 40 millions d’euros pour la saison précédente. Afin de réduire ce budget et de combler le déficit d’exploitation  de la saison précédente, le club vend ses meilleurs éléments sans forcément les remplacer (départ de NDinga  pour 6M d’euros, Alain Traoré pour 5M d’euros, Roy Contout pour 1,2M d’euros…). Le club laisse également partir libre ses gros salaires comme Stéphane Grichting ou encore Edouard Cissé.

Pour la saison 2013-14, le nouveau président Guy Cotret décide d’établir un budget à hauteur de 17 millions d’euros. Cette baisse a été imposée par le nouvel actionnaire PLP qui ne souhaite pas éponger un nouveau déficit. Cependant, le président de l’AJA a dû dégraisser du personnel administratif de l’association pour atteindre une réduction des coûts de fonctionnement du club. Au niveau sportif, le club n’avait plus de joyaux à proposer. Yaya Sanogo, grand espoir du club, est parti en fin de contrat pour Arsenal.

La phase de restriction budgétaire n’est pas terminée du côté de l’AJA. Si le club reste en Ligue 2 pour l’édition 2014-15, le budget devrait alors être revu à la baisse pour s’établir à 14 millions d’euros. Guy Cotret, président du club, convient que cette situation n’est pas soutenable et le club est en grand danger dans ce championnat de Ligue 2. Les baisses de budget conduisent à des choix sportifs difficiles qui affaiblissent de plus en plus la valeur de l’effectif.

Revoir le modèle de la formation à l’AJA

Aujourd’hui, le club se trouve dans une impasse. Son ancien modèle économique, basé sur la formation de joueurs pour ensuite les vendre à des bons prix à des grands clubs français ou européens n’est plus assez performant. Avec le départ de Guy Roux, le club a perdu un savoir-faire indéniable et les pépites se font de plus en plus rares.

guy cotret

A défaut de pouvoir compter sur des revenus conséquents, Guy Cotret s’est lancé dans une politique de rigueur budgétaire.

De plus, les coûts importants supportés pour le fonctionnement d’un centre de formation performant sont de plus en plus difficiles à supporter pour un club qui doit faire face à une baisse drastique de ses revenus en Ligue 2. Ils sont chiffrés à plus de 2 millions d’euros par saison. Le club a quand même tenu à achever les travaux de construction et de modernisation de son nouveau centre. Le coût total a été de 10 millions d’euros mais le club n’a supporté qu’un tiers de l’investissement, soit 3,3 millions d’euros. La ville et le conseil régional ont financé le reste de la facture. Ce nouveau centre est indispensable pour Guy Cotret afin de retrouver un modèle performant.

En attendant les effets positifs du nouveau centre de formation (qui devraient intervenir dans quelques années), Guy Cotret tente dans l’immédiat de trouver des solutions pour que le centre de formation ne soit pas une charge financière destructrice pour le club. Pour cela, il doit dans un premier temps réduire les effectifs. Le club ne possèdera plus un réseau aussi dense de dénicheurs de talents aux quatre coins de l’Hexagone.

Autre solution soufflée par Emmanuel Limido, dirigeant chez PLP : vendre le savoir-faire de l’AJA en matière de formation dans les pays émergents. Ainsi, le club a reçu au mois de décembre une délégation de cinq dirigeants chinois souhaitant investir dans le football et visitant les installations du club auxerrois. Ainsi, grâce à ce transfert de compétences, le club espère signer de nombreux partenariats et implanter des centres de formation basée sur son savoir-faire dans le monde entier. Limido compte sur la participation de Guy Roux pour lancer cette activité.

A court terme, Guy Cotret s’active pour trouver de nouveaux partenaires financiers dans la région afin de procéder à une nouvelle ouverture de capital. Cela permettrait à l’AJA de mieux respirer financièrement et de retrouver des ambitions dans ce championnat de Ligue 2. La vente d’un nouveau joyau Paul-Georges NTep est aussi à l’étude.  A l’heure actuelle, le discours des dirigeants est d’assurer le maintien du club le plus rapidement possible…

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer