Droits TV

La croissance économique du championnat d’A-League remise en cause ?

hyundai a-league droits tv

Une décision politique pourrait fragiliser la croissance économique actuellement enregistrée par le championnat australien de Hyundai A-League.

La classe politique australienne va-t-elle créer un mouvement de fronde au sein du secteur sportif du pays ? Cette semaine, le Parlement Australien devrait adopter un texte de loi interdisant la publicité TV réalisée par les acteurs des paris en ligne lors de la diffusion en direct de rencontres sportives.

Une interdiction qui s’appliquerait à tous les sports et diffuseurs du pays. Le gouvernement, qui soutient ce projet de loi, justifie une telle mesure en affichant sa détermination à ne pas surexposer les enfants aux paris sportifs.

Bien évidemment, une telle mesure provoque la colère de l’ensemble des diffuseurs TV. Les opérateurs comptent massivement sur les investissements publicitaires réalisés par les acteurs des paris en ligne pour rentabiliser leurs achats en programmes sportifs. Une tendance qui est surtout observable auprès des acteurs de TV gratuite, qui conservent un portefeuille de droits sportifs relativement important. Par exemple, une rencontre par journée de Hyundai A-League est diffusée en clair (régulièrement le vendredi soir).

Selon certains chiffres exposés par les médias australiens, le secteur du gambling serait à l’origine de 80 M$ d’investissements publicitaires TV par an ! Et l’essentiel des investissements seraient réalisés lors de la diffusion de rencontres en direct, tout en prenant en compte l’avant et l’après-match. Une interdiction qui pourrait à la marge réduire les investissements opérés par les comparateurs de paris en ligne, à l’image de liveaccas.com/fr.

Hyundai A-League : vers une baisse des droits TV ?

Alors que l’interdiction de publicité concernant les acteurs de paris en ligne fait plutôt consensus au sein de la classe politique australienne – le Parti Travailliste et les Verts souhaiteraient même aller plus loin en interdisant toute publicité sur le net et lors des après-matchs – les diffuseurs australiens font part de la menace que cette interdiction fait peser sur les droits audiovisuels sportifs des différentes disciplines.

Toutefois, le championnat de Hyundai A-League n’est pas menacé dans l’immédiat. Au mois de décembre dernier, le diffuseur historique de la compétition, Fox Sports, a accepté de signer un nouveau contrat de 6 ans contre un investissement record global à hauteur de 346 M$. Le championnat australien est ainsi assuré de percevoir 57,6 M$ de revenus TV par an jusqu’en 2023 (contre 32,2 M$ lors du précédent accord). Un montant qui reste toutefois très éloigné de celui signé par l’AFL, qui permet au footy de percevoir 417 M$ par exercice.

Source photo à la Une : Wikipedia.org

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer