Economie

Un arrangement est-il possible entre l’ASM et le football français ?

Malgré la mise en place d’une stratégie de recrutement français à l’ASM, le club princier se voit tout de même attaquer par l’ensemble du football hexagonal sur sa fiscalité avantageuse. Un compromis est-il envisageable ? Cela serait très souhaitable pour l’ensemble du football français…

Jérémy Menez, Stéphane Ruffier, Maxime Gonalons… Outre les rumeurs concernant les grosses stars internationales, ces derniers temps se sont intensifiés des bruits de transferts à propos de joueurs français. En effet, l’ASM n’ira pas chercher uniquement des grands noms ronflants à l’étranger.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




L’arrivée de Jean-Louis Campora à la vice-présidence du club en décembre dernier confirme ce virage amorcé par le président Rybolovlvev. Président emblématique d’un ASM qui a atteint les sommets hexagonaux, Jean-Louis Campora a déjà débuté un recrutement dans le championnat français lors du dernier mercato. Obbadi (Troyes), Medjani (Ajaccio) et Rivière (Toulouse) sont arrivés chez le futur champion de Ligue 2.

Derrière cette arrivée de Jean-Louis Campora, qui connait sur le bout des doigts le football français, le président de l’ASM Rybolovlev cherche à mettre en place une stratégie de recrutement en France permettant de stopper toute volonté de la LFP de revenir sur les avantages fiscaux du club. En redistribuant son argent sur le marché français, tout en prenant des joueurs de nationalité française qui ne possèdent pas d’avantages fiscaux, le club de la Principauté pense pouvoir échapper à la colère des autres dirigeants du football hexagonal.

La LFP et la FFF veulent passer en force

Malgré cette stratégie mise en place, la LFP par l’intermédiaire de Frédéric Thiriez et des présidents de club de Ligue 1, a décidé de voter une décision qui oblige l’ASM à délocaliser son siège social en France dès juillet 2014. Cette décision a clairement été prise pour faire renoncer l’ASM à ses avantages fiscaux.

Thiriez LFP

Frédéric Thiriez pense avoir pris la bonne décision au sujet de la délocalisation du siège social de l’ASM pour remédier au problème de la fiscalité du club.

Derrière cette initiative, le président de la Fédération Française de Football Noël Le Graet a surenchéri en demandant à l’ASM de payer 200 millions d’euros sous 5 ans pour compenser la fiscalité avantageuse du club princier. Les dirigeants de l’ASM ont trouvé intolérables cette décision et ont saisi la justice française pour régler le litige.

Le football français ne commet-il pas une erreur en s’attaquant à l’ASM ?

A première vue, la stratégie du recrutement en France ne fonctionne pas pour l’ASM. Mais les sommes que le club princier est prêt à investir sur le marché des transferts en Ligue 1 pourraient faire réfléchir beaucoup de dirigeants. Un arrangement devrait être trouvé assez rapidement.

Mais le football français a-t-il raison de s’acharner sur les avantages fiscaux de l’ASM ? La réponse n’est pas si évidente que cela. Si, à court terme, la fiscalité avantageuse du club pose un problème de concurrence déloyale, cela pourrait bénéficier au football français sur le moyen terme.

Monaco devrait bâtir une équipe très compétitive à l’échelle européenne. Cela permettra à la France d’avoir deux clubs de haut niveau en Ligue des Champions. A terme, la France pourrait ambitionner une place dans le top 3 au coefficient UEFA et obtenir une quatrième place qualificative pour la Ligue des Champions.

Ainsi, en plus de l’argent investi sur le marché domestique des transferts, l’ASM pourrait rapporter au football français une enveloppe supplémentaire de minimum 15 millions d’euros chaque saison grâce à la place supplémentaire en Ligue des Champions.

De plus, un cercle vertueux pourrait voir le jour en Ligue 1, renforçant l’attractivité du championnat. Ainsi, les grandes stars ne réfléchiraient plus à deux fois pour venir signer en France. Le championnat de France retrouverait un crédit, perdu à la fin des années 90.

Au final, l’arrivée de l’ASM en Ligue 1 n’est-elle pas une bonne nouvelle pour la compétitivité du championnat? De nombreux dirigeants commencent à le penser. Espérons que l’intérêt collectif du football français prime sur une vision à court terme.

Google Plus

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer