Economie

L’ASSE respire dans l’affaire Sanogo

Alors que l’AS Saint-Etienne a été condamnée en première instance à verser près de 920 000 € à son ancien joueur Boubacar Sanogo pour rupture anticipée de contrat, la Cour d’Appel de Lyon a finalement réduit la peine financière infligée au club stéphanois. Explications…

Après plusieurs années de procédures judiciaires, l’affaire Boubacar Sanogo vient certainement de connaitre son épilogue. Le début du litige remonte à mars 2012 : l’ex avant-centre de l’ASSE décide alors de saisir le conseil de prud’hommes de Saint-Etienne afin de contester son licenciement du club stéphanois pour faute grave. Suite à une interview accordée au 10 Sport et critiquant ouvertement la direction de l’ASSE, le joueur avait alors été licencié par le club stéphanois.

Suite à un premier procès, le conseil de prud’hommes de Saint-Etienne donnera partiellement raison à Boubacar Sanogo. Il condamne ainsi l’ASSE à reverser à son ancien joueur une somme proche de 920 000 € concernant la rupture anticipée de contrat. Néanmoins, le conseil ne retient pas le préjudice moral évoqué par Boubacar Sanogo concernant son passage au sein du club forézien.

Non satisfait par le verdict prononcé par le conseil de prud’hommes, l’ancien de joueur du club stéphanois décide de faire appel du verdict auprès de la Cour d’Appel de Lyon. Cette juridiction vient de rendre son verdict d’après les informations divulguées par le site Avosports, qui détaille l’ensemble de la procédure.

A l’image du conseil des prud’hommes de Saint-Etienne, la Cour d’Appel de Lyon n’a pas retenu le préjudice moral lié à un harcèlement moral évoqué par Boubacar Sanogo pour lequel le joueur réclamait plus de 1,8 M€. En plus de cette décision, la Cour d’Appel de Lyon a décidé également de réduire la sanction financière prononcée à l’encontre de l’ASSE par le conseil des prud’hommes de Saint-Etienne concernant le préjudice moral lié aux circonstances de la rupture du contrat de travail. Au final, l’ASSE est condamnée à reverser un peu plus de 666 000 € contre 920 000 € en première instance.

Sanogo Asse

Boubacar Sanogo a évolué à l’ASSE d’août 2009 à mars 2012

Ce verdict constitue une véritable victoire judiciaire pour l’AS Saint-Etienne. Alors que la Cour d’Appel avait aggravé la peine infligée au club forézien dans l’affaire Monsoreau, elle s’est montrée clémente concernant le litige l’opposant à Boubacar Sanogo. Néanmoins, l’affaire n’est pas complètement terminée : le joueur peut encore se pourvoir en cassation afin de poursuivre le combat judiciaire.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer