Stratégie

ASSE : le club ne souhaite pas toucher à son salary cap

asse salary cap

Lors de différentes interventions réalisées dans la presse au cours des derniers jours, Bernard Caiazzo, Co-Président de l’ASSE, a réaffirmé son soutien à la politique financière mise en place par le club depuis la saison 2010. La direction stéphanoise ne compte pas faire évoluer ses règles salariales, à l’origine de la bonne santé affichée par le club stéphanois depuis plusieurs saisons. Décryptage…

L’AS Saint-Etienne compte-t-elle s’accorder une certaine souplesse salariale lors du prochain mercato hivernal afin de rattraper une première partie de saison décevante sur le plan national ? A priori, le club n’envisage pas déroger à ses principes de bonne gestion financière, instaurée à l’aube de la saison 2010-11, alors que le club se trouvait à l’époque en difficulté sur le plan comptable.

« Le salary cap a permis à l’ASSE d’être en moyenne sur les  5 dernières saisons dans le top 5 de Ligue 1. L’ASSE fait en fonction de ses moyens avec la volonté de salaires équitables entre ses joueurs et de fortes primes à la performance » a alors réaffirmé dernièrement Bernard Caiazzo, Co-Président de l’ASSE, lors d’une interview accordée à nos confrères de Peuple-vert.fr.

Le salary cap, qui plafonne les rémunérations fixes aux alentours de 100 000 € brut par mois, est-il alors un dispositif trop rigide, freinant la croissance de l’AS Saint-Etienne, comme le suggèrent certains spécialistes ? A la lecture de la trajectoire sportive du club et de ses derniers bilans financiers, cette règle d’or ne parait pas pénaliser la croissance du club stéphanois. Bien au contraire…

Ainsi, malgré l’instauration d’un cadre perçu comme une politique de rigueur, l’ASSE a toujours figuré dans le top 8 de L1 en termes de rémunérations accordées. La masse salariale du club n’a cessé de croître, passant de 31,6 à 41,7 M€ entre 2010 et 2015. Une augmentation qui est notamment due à l’évolution des importantes primes de performances accordées aux joueurs ainsi qu’au renforcement de l’effectif stéphanois, permettant désormais au club de bien figurer sur plusieurs tableaux.

L’ASSE peut désormais financer de grands projets structurants

Une augmentation de la masse salariale qui a néanmoins été moins forte que la croissance économique globale du club. Ainsi, le ratio masse salariale sur chiffre d’affaires opérationnel est passé de 72 à 67% entre 2010 et 2015. Cette nouvelle politique de rémunérations, davantage corrélée aux résultats sportifs, a permis au club de retrouver l’équilibre budgétaire tout en instaurant un cycle de croissance économique. En plus de présenter un bilan équilibré, l’ASSE a dégagé des fonds au cours des derniers exercices pour concrétiser d’importants projets comme le rachat de son centre d’entraînement/de formation, la refonte de sa politique CRM, le rachat d’un hôtel/restaurant ou encore la création d’un musée.

Pour continuer à grandir, l’AS Saint-Etienne continuera à miser sur une politique de grands projets tout en conservant sa règle d’or budgétaire. La prochaine piste explorée par la direction stéphanoise est notamment le rachat du stade Geoffroy Guichard, qui permettrait au club forézien de passer un nouveau cap sur le plan économique. Affaire à suivre….

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire 


Source photo à la Une : Capture vidéo Youtube

Articles populaires

To Top
Tweetez12
Partagez7
Partagez