Economie

Pourquoi l’ASSE est-elle contrainte de vendre lors du prochain mercato ?

Considérée comme un bon élève par la DNCG, l’AS Saint-Etienne devra pourtant céder au moins un joueur au cours du prochain marché estival pour pouvoir équilibrer son budget 2015-16. Un impératif que la direction espère pouvoir corriger dans les deux saisons à venir afin de pouvoir renforcer considérablement la compétitivité sportive du club. Explications…

Entre 2010 et 2014, l’AS Saint-Etienne a présenté successivement 4 bilans financiers positifs à la DNCG. Une gestion rigoureuse qui tranche catégoriquement avec l’égarement financier dont a fait preuve le club au cours de la période 2007-10, provoquant une situation de cessation de paiement en décembre 2009.

Si la bonne gestion financière de l’ASSE n’a pas empêché le club de grandir sportivement, la direction a dû compter sur la réalisation de juteuses opérations financières sur le marché des transferts au cours des dernières saisons pour pouvoir équilibrer ses comptes. Hormis lors de la saison 2010-11, l’ASSE a toujours présenté un léger déséquilibre opérationnel au cours des quatre derniers exercices présentés publiquement. Le déficit le plus conséquent a été observé lors de la saison 2013-14 avec un résultat opérationnel négatif de l’ordre de 6,74 M€. Une perte qui a largement été comblée par une balance des transferts positive de l’ordre de 9,432 M€ grâce notamment aux cessions de Guilavogui, Zouma ou encore Ghoulam.

Lors de la prochaine période estivale, l’ASSE n’échappera pas à ses contraintes financières. Au cours d’une interview accordée à nos confrères de L’Equipe, le co-président Roland Romeyer s’est exprimé à ce sujet en indiquant qu’un départ était indispensable pour pouvoir équilibrer les comptes du club. « Comme nous sommes structurellement déficitaires, on est obligés de vendre un joueur » a alors commenté le dirigeant de l’AS Saint-Etienne. Cependant, selon ses affirmations, le club n’est pas obligé de réaliser cette transaction avant le 30 juin. Cela signifie que le club pourrait supporter un léger déficit lors de l’exercice 2014-15 sans subir les foudres de la DNCG.

L’ASSE peut-elle atteindre l’équilibre financier à court terme sans cession de joueurs ?

Au cours de l’interview, Roland Romeyer a clairement divulgué les éléments qui pourraient quitter le Forez avant l’entame de la saison 2015-16. « Seuls Franck Tabanou et Max-Alain Gradel possèdent un bon de sortie. Les autres ne partiront pas sans notre accord » a alors affirmé le dirigeant stéphanois. Auteur d’une excellente saison 2013-14, Max-Alain Gradel pourrait représenter la principale valeur marchande du club stéphanois lors de la prochaine intersaison. Concernant Tabanou, un déjeuner est intervenu en fin de semaine dernière entre les dirigeants stéphanois et ceux du club gallois de Swansea.

Malgré l’obligation de vendre pour combler le déficit structurel, la direction de l’ASSE est tout de même parvenue à dégager une première enveloppe financière pour permettre à Christophe Galtier d’opérer quelques ajustements. « Mais je ne me rappelle plus du montant » plaisante Roland Romeyer au cours de l’entretien. Cette enveloppe devrait évoluer en fonction des indemnités de transferts perçus par le club concernant les ventes et la potentielle qualification des Verts pour la phase de poules de C3.

roland romeyer

Selon Roland Romeyer, l’ASSE n’est pas obligée de réaliser la cession d’un joueur avant le 30 juin 2015

Si l’ASSE est tenue de vendre pour respecter son équilibre budgétaire, Roland Romeyer espère corriger le tir rapidement grâce à l’accroissement des revenus opérationnels du club stéphanois. « Ne plus être obligés de vendre nos meilleurs joueurs devrait être possible à partir de la saison 2016-17, grâce aux nouveaux droits TV, à un marketing et à un merchandising plus développés » confie alors le dirigeant stéphanois. Pour pouvoir envisager un tel scénario, l’ASSE devra alors générer un revenu opérationnel compris entre 65 et 70 M€ afin de couvrir ses frais de fonctionnement tout en conservant une petite enveloppe servant à investir sur le marché des transferts. Une étape qui ne parait pas insurmontable pour un club qui ne cesse de gagner en maturité dans sa gestion au cours des dernières années…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez23
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer