Marketing

Barclays pourrait arrêter de sponsoriser la Premier League

Alors que l’établissement bancaire britannique possède un contrat de sponsor titre de la Premier League courant jusqu’en 2015-16 ; la direction a laissé entendre qu’elle pourrait ne pas renouveler cette collaboration surtout si le prix venait à connaitre une inflation. Explications…

Le traditionnel nom associé au championnat anglais « Barclays Premier League » pourrait évoluer à l’issue de la saison 2015-16. C’est ce qu’a laissé entendre Antony Jenkins, directeur général de Barclays. Selon le Board de la firme bancaire, l’activité de sponsoring de la Premier League n’apporte aucune valeur ajoutée à l’entreprise en Angleterre. De plus, l’établissement bancaire a peur d’une nouvelle inflation lors du prochain appel d’offres émis par la FA.

Il s’agit d’une petite révolution pour l’écosystème de la Premier League. La Barclays est partenaire du championnat anglais depuis la saison 2001-02. En juin 2013, la firme bancaire a accepté de renouveler sa collaboration avec la Premier League jusqu’en 2016 contre une indemnité de 120 millions de livres, soit 40 millions de livres par saison. Ce nouveau contrat représentait déjà une augmentation de près de 50 % par rapport au contrat précédent. En 2010, Barlcays s’était engagé pour une durée de 3 ans contre une somme totale de 82 millions de livres soit 27,33 millions de livres par saison.

Barclays veut se recentrer sur ses activités bancaires

Antony Jenkins a d’ores et déjà indiqué que Barclays ne se livrerait pas à une surenchère pour conserver son partenariat avec la Premier League. D’autant que le conseil d’administration de l’établissement bancaire n’est pas du tout convaincu par la valeur ajoutée du partenariat : selon diverses études commandées par la banque, le sponsoring de championnat anglais ne rapporterait aucune valeur ajoutée au Royaume-Unis, région où la banque bénéficie déjà d’une notoriété très importante.

De plus, Antony Jenkins a justifié cette réflexion autour d’un désengagement de la Premier League en évoquant une réorientation stratégique de la firme. « Barclays va surement mettre de côté pendant un temps les projets glamours pour se concentrer sur des services à plus haute valeur ajoutée pour ses clients. » Cette affirmation laisse sous-entendre l’abandon de certaines activités. Selon certaines sources internes à l’entreprise, Barclays souhaite réduire ses effectifs globaux de 140 000 à 100 000 employés. Certaines activités seront certainement cédées.

La Premier League à la recherche d’un nouveau sponsor

Malgré une valeur ajoutée proche du néant au Royaume-Unis, la direction de Barclays reconnait que sa position de sponsor titre de la Premier League lui permet de gagner en notoriété en Asie et en Afrique, régions où le championnat anglais est très diffusé. Mais Barclays réfléchit à des plans de communication moins onéreux pour investir ces territoires.

Une orientation finale devrait être annoncée par Barclays lors du mois de février. Entre temps, l’établissement bancaire devrait se renseigner sur les velléités de la FA lors du prochain appel d’offres. En cas de départ, Richard Scudamore devra se mettre en quête d’un nouveau sponsor titre pour la période 2016-2019.

Les autres championnats européens ont suivi la stratégie de la Premier League en matière de sponsor titre. En Espagne, l’établissement bancaire BBVA paie 23,5 millions d’euros par an pour être sponsor titre de la Liga. En Allemagne, le logisticien Hermes débourse aux alentours de 10 millions d’euros par an pour être associé à la Bundesliga. Mais pour le moment, aucun championnat n’est parvenu à établir un contrat d’un montant aussi élevé que celui qui lie encore Barclays à la Premier League…

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez5
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer