Stratégie

Bertrand Desplat s’oppose à ses homologues

Alors que la quasi-intégralité des dirigeants de Ligue 1 ont claqué la porte de l’UCPF mardi soir pour fonder leur propre syndicat, le président de l’EAG Bertrand Desplat a refusé de suivre le mouvement. Le patron breton est en complète opposition avec ses homologues de Ligue 1. Explications…

Souvent qualifié d’irréductible village gaulois, l’EA Guingamp n’a jamais aussi bien porté son nom qu’en ce moment. La direction du club de la plus petite communauté urbaine de Ligue 1 a décidé de s’opposer au mouvement de fronde qui touche l’intégralité des directions de club de l’élite française. Ainsi, l’EA Guingamp est le seul club de L1 à ne pas avoir démissionné de l’UCPF pour fonder un nouveau syndicat incluant uniquement les clubs de première division.

Depuis le début, Bertrand Desplat conteste le mouvement mené par Jean-Michel Aulas. Le dirigeant guingampais avait notamment contribué à une lettre écrite par les dirigeants de Ligue 2 au printemps dernier afin de protester contre les attaques émises par les dirigeants de Ligue 1 à leur encontre.

Dans Ouest-France, le patron de l’EAG explique pourquoi il s’oppose à la majorité des dirigeants de Ligue 1. Selon lui, une poignée de présidents de gros clubs cherche à s’accaparer une grosse partie des ressources économiques du championnat. Pour Desplat, la réforme du système de promotion/relégation est une première étape pour basculer rapidement à 18 clubs.

« Le championnat de France, c’est un produit marketing. Pour que le championnat de France garde de la valeur, il faut qu’il ait de l’intérêt. Beaucoup de mes collègues ont une vision très « court termiste » de la chose. Je leur donne rendez-vous la saison d’après quand les gros de la Ligue 1 nous demanderont de passer à 18 au lieu de 20. Il faudra être dans les 16. Attention au billard à 3 bandes » indique ainsi le dirigeant breton.

betrand desplat ucpf

Bertrand Desplat s’oppose catégoriquement aux actions menées par ses homologues de Ligue 1

Selon le président de l’EAG, les patrons des grands clubs se trompent de combat en essayant de prendre aux petits pour renforcer leur compétitivité à l’échelle européenne. « On est dans une lutte des classes avec des grands clubs qui ont l’ambition de confisquer à leur profit leur gâteau généré par le foot français. Attention ! Vigilance. Ça ne réglera rien. Piquer un peu de pognon à Guingamp ou Ajaccio, ce n’est pas cela qui fera que Lyon va gagner la Champions League. Il y a des instances qui nous permettaient de mettre ses tensions sur la table entre nous. Les grands clubs veulent remettre en cause en créant une instance pour les grands clubs de L1 et les autres. Ce n’est pas ma conception, je ne me retrouve pas du tout là-dedans. C’est la stratégie de la terre brulée. Ils se trompent. On est la seule entreprise multinationale qui fait autant de chiffre d’affaires mais sans avoir de stratégie à 3 ans, à 5 ans » a ainsi affirmé Bertrand Desplat à nos confrères de Ouest-France.

Avec ce type de déclaration, le président de l’EAG risque de s’attirer de nombreuses inimitiés auprès des dirigeants de Ligue 1. Mais Bertrand Desplat préfère défendre ses principes plutôt que de se plier à des décisions qui ne reflètent pas sa conception du football…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer