Economie

Quelle est la puissance financière du Celtic Glasgow ?

Alors que le Celtic Glasgow survole les compétitions nationales écossaises depuis la rétrogradation administrative des Rangers, le club peine à exister sur la scène continentale. Mais quelle est la surface financière dont dispose le champion d’Ecosse ? Quelles sont ses principales sources de revenus ? Explications…

Contrairement à bon nombre de ses rivaux du championnat écossais, le Celtic Glasgow est un club très bien géré sur le plan financier. Au cours des huit derniers exercices publiés, le club écossais n’a présenté que deux résultats nets déficitaires. Lors de la saison 2013-14, le Celtic a ainsi affiché un résultat net positif de l’ordre de 11,2 M£, faisait suite à un exercice déjà excédentaire de l’ordre de 9,7 M£ lors de la saison 2012-13.

Les bons bilans financiers présentés par le Celtic Glasgow ont permis au club de réduire considérablement son niveau d’endettement au cours des dernières saisons. Se situant à hauteur de 19,7 M£ à l’issue de la saison 2006-07, les dettes du Celtic ont fondu pour atteindre 11 M£ à la fin de l’exercice 2013-14. Possédant plus de 14,7 M£ de liquidités sur ses comptes, le Celtic a largement de quoi rembourser sa dette immédiatement en cas de nécessité.

Si les bilans financiers sont bons au cours des dernières années, le Celtic Glasgow semble pourtant régresser à l’échelle européenne. Candidat régulier à la phase de poules de la C1 au cours des dernières années, le Celtic n’est pas parvenu à s’extirper des tours préliminaires lors de la saison 2014-15 malgré des circonstances favorables. En C3, le Celtic a brièvement existé en se faisant éliminé en 16èmes de finale face à l’Inter Milan.

Pourtant, sur le plan financier, le Celtic Glasgow est loin de générer des revenus ridicules alors qu’il évolue dans un championnat mineur européen. Lors de la saison 2013-14, le Celtic a ainsi enregistré plus de 64,7 M£ de recettes opérationnelles, soit près de 90 M€. Si le montant parait conséquent – constituant un revenu près de 6 fois supérieur à son principal concurrent en Scottish Premiership – il s’agit néanmoins d’un budget réduit pour la Champions League. A titre de comparaison, l’AS Monaco bénéficiait de revenus opérationnels à hauteur de 176 M€ lors de la saison 2013-14.

celtic glasgow bilan financier

Le Celtic Glasgow a-t-il encore les moyens d’exister sur la scène européenne ?

De plus, afin d’atteindre l’équilibre budgétaire lors de chaque exercice, le Celtic Glasgow est contraint de réaliser des plus-values sur le marché des transferts. Au total, le Celtic a vendu pour plus de 61 M£ de plus-values comptables sur la période 2006-14. Une stratégie qui profite à la santé financière du club écossais mais qui ne favorise pas son expansion sportive. Sans les ventes sur le marché des transferts, le Celtic aurait alors affiché 5 bilans déficitaires au cours des 8 dernières années.

Le Celtic Glasgow souffre de la faiblesse des droits TV du championnat écossais

Si les revenus opérationnels du Celtic Glasgow restent convenables, ils ne progressent plus depuis une dizaine d’années. Contrairement à la Premier League et aux autres championnats majeurs européens qui bénéficient d’une hausse de leurs droits TV domestiques et internationaux, le championnat écossais ne bénéficie pas d’un marché assez conséquent et d’une attractivité internationale accrue pour obtenir des sommes importantes. Ainsi, malgré une multitude de titres successifs, le Celtic Glasgow ne perçoit pas plus de 2,5 M£ de recettes télévisuelles en provenance de la Scottish Premiership !

En plus de la faiblesse des droits TV, le Celtic souffre également de la disparition des Rangers au sein de l’élite du football écossais. La rivalité entre les deux clubs permettait de stimuler la concurrence au sein du championnat écossais ce qui favorisait les recettes de billetterie et de merchandising du Celtic. Actuellement, le suspens est inexistant au sein de la Scottish Premiership ce qui entraîne une baisse de fréquentation du Celtic Park.

Avec la baisse de certaines sources de revenus opérationnels, il est devenu indispensable pour le Celtic de participer chaque année à la C1 afin d’obtenir des revenus hors transferts supérieurs à 55 M£. Sans qualification pour la C1, le club est alors contraint d’accroître ses ventes sur le marché des transferts pour équilibrer ses comptes : ça a été notamment le cas lors de la saison 2014-15 avec le départ non-prévu de Fraser Foster pour Southampton à hauteur de 10 M£.

A la pointe technologique en matière d’optimisation des revenus de billetterie et de merchandising, le club aura forcément besoin d’un retour rapide des Rangers au sein de l’élite écossaise afin de retrouver une croissance de ses revenus. De plus, la direction du Celtic cherche également à capitaliser sur sa grosse communauté de fans pour attirer de nouveaux partenaires commerciaux. Au cours de la saison 2015-16, le Celtic revêtira notamment des maillots New Balance à la place des tenues traditionnellement dessinées par Nike. Un changement d’équipementier qui rapportera quelques 6 M£ par saison au club écossais.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer