Economie

Everton FC pourra-t-il un jour intégrer le Big 4 de Premier League ?

La direction d’Everton FC a publié fin novembre son bilan financier concernant l’exercice 2014-15. De façon assez surprenante, les Blues de Liverpool ont rendu une mauvaise copie en présentant un résultat net déficitaire. Un bilan qui remet en cause la volonté du club d’accroître sa compétitivité sportive sans avoir recours à l’endettement…

« Nous ne subissons pas la situation. Vous subissez quand vous avez besoin de vendre vos stars pour équilibrer les comptes du club. Mais ce n’est pas le cas à Everton. » Cette phrase prononcée en début de saison par le manager d’Everton FC, Roberto Martinez, pourrait être remise en cause dans un avenir proche si le club ne parvient pas à accroître rapidement ses centres de profits.

Alors qu’Everton FC avait affiché des bilans financiers positifs lors des deux exercices précédents, faisant croire à un renversement de tendance économique, le club a rechuté en cette saison 2014-15 en présentant un résultat net déficitaire de l’ordre de 4,1 M£. Cela constitue le 5ème résultat déficitaire lors des 7 derniers exercices.

Pourtant, lors de la saison 2014-15, Everton FC s’appuie sur un record de recettes opérationnelles ! Les Toffees ont généré 125,6 M£ de chiffre d’affaires opérationnel, constituant une hausse de 4,2% par rapport à l’exercice précédent qui constituait déjà un record en la matière. Le club s’est notamment appuyé sur une hausse de 37% de ses recettes commerciales – liée à la renégociation de certains accords de sponsoring maillot et à sa participation à l’Europa League – pour atteindre ce nouveau record.

Mais deux éléments sont venus entraver la bonne santé financière du club. Tout d’abord, les dépenses courantes du club ont progressé de 12,8% pour atteindre 108 M£ ! La masse salariale du club a notamment progressé de 12%, dépassant désormais la barre des 77,5 M£. Outre les arrivées de nouveaux joueurs compétitifs (Atsu, Lennon, Besic…), le club a également supporté des prolongations de contrat de ses pépites avec de belles revalorisations (Barkley, Coleman, Stones…).

En plus de la hausse des charges opérationnelles, Everton FC a également subi une contraction importante de ses recettes provenant du marché des transferts. Alors que la vente de Fellaini avait permis au club d’encaisser 28,2 M£ de plus-values comptables lors de l’exercice 2013-14, ce poste de revenus est tombé à 3,3 M£ en 2014-15. De plus, dans le même temps, la charge comptable liée aux amortissements des achats de joueurs a progressé de 1 M£ pour désormais atteindre 19,5 M£.

Si le pari a été perdant d’un point de vue financier, il n’a également pas été gagné sur le plan sportif. Everton FC a connu l’une de ses plus mauvaises saisons lors des 10 dernières années en terminant seulement au 11ème rang de Premier League. Un classement qui a provoqué une baisse des recettes TV qui n’a pas été intégralement compensée par le parcours réalisé en Europa League.

Clairement, Everton FC ne possède pas actuellement les structures financières lui permettant d’envisager une place dans le Big 4 de Premier League. Sa hausse de revenus des dernières années a essentiellement reposé sur la progression des droits TV du championnat, n’apportant aucun avantage compétitif au club par rapport à ses rivaux nationaux. Du côté de la billetterie, le club envisage de construire un nouveau stade pour constituer un nouveau relais de croissance. Cependant, il ne parvient pas pour le moment à boucler son financement. Enfin, malgré le renouvellement de certains contrats commerciaux, Everton FC est encore très loin du niveau de recettes des tops clubs de Premier League.

De plus, Everton FC ne peut pas réellement compter sur l’endettement financier ou sur ses réserves pour entreprendre de gros investissements. Les réserves de cash du club – acquises notamment lors du transfert de Fellaini – ont fondu cette année pour financer le résultat net déficitaire et réduire le niveau d’endettement. Enfin, le club supporte également de forts taux d’intérêts concernant sa dette brute, provoquant une charge financière négative de l’ordre de 9 M£ lors du dernier exercice. Contrairement à de nombreux clubs de Premier League, Everton FC ne bénéficie pas de prêts de son actionnaire à taux zéro et parfois convertis en augmentation de capital.

Pour maintenir son niveau de compétitivité en Premier League et demeurer en embuscade du Big 4, Everton FC va devoir revenir à ses fondamentaux : recruter malin et faire éclore de jeunes pousses. Mais Everton FC ne possède pas les structures financières pour viser plus haut pour le moment. Dans l’immédiat, seule l’arrivée d’un nouvel actionnaire pour rehausser les ambitions des Toffees…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 


Source photo à la Une : © Everton Football Club (Facebook)

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer