Economie

Quel est le bilan financier de la Ligue 2 ?

D’après les derniers rapports publiés par la LFP, le bilan financier 2013-14 de la Ligue 2 semble nettement meilleur que le déficit de plus de 100 M€ affiché par la Ligue 1. Néanmoins, certains artifices permettent de masquer les pertes opérationnelles réelles de certains clubs. Explications…

A première vue, la Ligue 2 s’en sort beaucoup mieux que l’élite du football professionnel français. Le bilan financier 2013-14 fait apparaître un résultat net positif de l’ordre de 9,538 M€ pour l’ensemble du championnat. Un chiffre qui est également nettement meilleur que le déficit de 21,3 M€ affiché lors de la catastrophique saison 2012-13, entraînant notamment les faillites administratives du Mans FC et du CS Sedan-Ardennes.

Au total, 13 clubs de Ligue 2 affichent un bilan financier positif ou à l’équilibre concernant le dernier exercice. Un ratio qui est totalement inversé par rapport à la Ligue 1 où seulement sept clubs de l’élite enregistrent des profits concernant le dernier exercice.

Si le résultat financier de la Ligue 2 est réellement meilleur que celui de la saison 2012-13, sa présentation est néanmoins embellie par quelques procédés comptables permettant de dissimuler certaines pertes opérationnelles. Ainsi, les trois clubs de Ligue 2 enregistrant les plus gros profits ont en réalité accusé d’importants déficits opérationnels.

C’est notamment le cas du RC Lens qui tire le résultat net de l’ensemble de la L2 vers le haut avec des profits à hauteur de 11,1 M€. En se plongeant dans les détails du bilan financier du club, la formation nordiste affiche en réalité un déficit opérationnel de l’ordre de 20,4 M€ ! Le bon bilan financier du RC Lens est uniquement dû à un résultat financier exceptionnel supérieur à 30 M€ lié à l’augmentation de capital réalisée par l’actionnaire azéri, Hafiz Mammadov.

résultat net ligue 2 - 2013-14

Dans une moindre mesure, la situation est sensiblement similaire du côté de l’AS Nancy-Lorraine. Alors que le club lorrain affiche un excellent résultat net positif à hauteur de 1,489 M€, ce dernier a également accusé d’importantes pertes opérationnelles. Un investissement de l’actionnaire à hauteur de 2,151 M€ a permis de rééquilibrer les comptes du club. Néanmoins, le président du club, Jacques Rousselot, a admis il y a quelques mois qu’il serait contraint de procéder à un allégement des coûts à l’issue de la saison 2014-15 si le club ne parvenait pas à monter en Ligue 1. Une rigueur budgétaire qui pourrait malheureusement passer par la mise en place d’un plan social.

La situation est différente du côté du Havre. Si le club normand affiche un important déficit opérationnel de l’ordre de 3,859 M€, il parvient à équilibrer ses comptes grâce à d’importants revenus tirés de la cession de joueurs. Un solde positif des transferts de plus de 5 M€ a permis au HAC de présenter un bilan financier solide à l’issue de l’exercice 2013-14. Néanmoins, le club diminue ses chances de remonter dans l’élite en affaiblissant sa compétitivité sportive.

Une masse salariale trop lourde à supporter pour la Ligue 2 ?

Ainsi, si le résultat net de la Ligue 2 est positif, le championnat reste structurellement déficitaire. Malgré une progression globale de son chiffre d’affaires opérationnel de 3% – passant de 203,7 M€ en 2012-13 à 209,194 M€ en 2013-14 grâce à une solide progression de 12% des revenus de billetterie – la Ligue 2 ne parvient pas à générer assez de revenus pour supporter ses charges. Les clubs doivent alors recourir à la générosité de leurs propriétaires ou à la vente de joueurs pour équilibrer leurs comptes.

CA opérationnel Ligue 2 2013-14

Clairement, la plupart des clubs de L2 possèdent aujourd’hui une masse salariale trop élevée par rapport à leurs moyens financiers. Ce poste de dépenses a absorbé 77,5% des revenus opérationnels des clubs du championnat au cours de la saison 2013-14. Au sein de certaines formations, à l’image de l’AJ Auxerre, le ratio peut même dépasser la barre des 100% ! Les clubs vont devoir songer à réduire leurs dépenses salariales afin de pouvoir mettre en place une politique budgétaire profitable. L’idée de l’installation d’un salary cap au sein du championnat a été évoquée au cours des derniers mois au sein de la LFP mais la proposition n’a finalement pas été retenue.

Enfin, une incertitude importante pèse sur la principale source de revenus du championnat : les droits TV. Actuellement, le championnat tire ses revenus télévisuels du mécanisme de solidarité existant entre la Ligue 1 et la Ligue 2. Au total, le championnat a généré plus de 108 M€ de recettes TV lors de la saison 2013-14, représentant 51,6% des revenus opérationnels des clubs. Seulement, certains dirigeants de Ligue 1 songent actuellement à revoir ce mécanisme de solidarité, s’inscrivant dans un plan de refonte de la compétitivité du football français. Il s’agit là d’une véritable épée de Damoclès financière qui est suspendue au-dessus de la tête de la Ligue 2…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer