Economie

La nouvelle mode des bonus dans le football

Pour faciliter les transactions en ces temps de crise, les clubs de football ont de plus en plus recours aux bonus. Mais sous quelles formes ces bonus sont négociés lors du marché des transferts ? Explications…

Les supporters entendent de plus en plus parler des bonus lors du marché des transferts mais ils ne sont jamais clairement dévoilés. Les clubs restant discrets sur la divulgation des montants investis dans les transferts, ils le sont encore plus sur les bonus.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Les bonus lors des transferts sont rentrés dans les mœurs du football français il y a cinq ou six ans. Il permet de faciliter la négociation quand les clubs acquéreur et vendeur ne sont pas d’accord sur le prix initial.

Les premiers bonus ont été négociés sur des pourcentages à la revente du joueur transféré. Ce pourcentage est calculé soit sur le prix total, soit sur la plus-value réalisée. C’est le cas notamment du transfert d’André-Pierre Gignac de Lorient vers Toulouse en 2007 pour 5 millions d’euros. Un pourcentage de 15% du montant de la plus-value avait été négocié entre les deux clubs. En 2010, Gignac quitte Toulouse pour l’OM pour 18 millions d’euros. Sur ce transfert, Lorient a perçu 2 millions d’euros suite à l’accord passé initialement.

Gignac bonus

Lors des deux transferts de Gignac en Ligue 1, des bonus ont été négociés.

Mais depuis, d’autres types de bonus sont négociés. Par exemple, Toulouse percevra une certaine somme sur le transfert de Gignac en cas de qualification pour la Ligue des Champions de l’OM en fin de saison. C’était également le cas pour Befetimbi Gomis. Lors de son départ de Saint-Etienne pour Lyon, le transfert comprenait une somme de 15 millions d’euros plus 1 million d’euros si le club rhodanien parvenait à atteindre les ¼ de finale de la Ligue des Champions. Lyon atteignant les ½ finale, Saint-Etienne a eu droit à son chèque.


Des effets indésirables dans le milieu de football

Dernièrement, une nouvelle catégorie de bonus a fait irruption. Cela concerne surtout les jeunes joueurs. Ce bonus consiste à verser une prime additionnelle après un certain nombre d’apparitions sur la pelouse. C’est le cas dernièrement avec le transfert de Mbaye Niang entre Caen et le Milan AC. Une somme d’un million et demi d’euros a été versé cache à Caen. Mais un nouveau montant d’un million et demi d’euros attend le Stade Malherbe de Caen si Niang fait au moins 10 apparitions en compétition officielle cette saison sous le maillot rossonero.

Mbaye Niang bonus

Des bonus ont été négociés entre le Milan AC et Caen lors du transfert de Mbaye Niang

Ce genre de primes peut avoir des effets pervers sur les choix des clubs. Certains dirigeants n’hésitent pas à annoncer à leur entraineur de ne pas titulariser en fin de saison un joueur pour éviter de payer le bonus. Les choix tactiques des entraineurs sont alors remis en cause.

De plus, dans la plupart des cas, les bonus n’atteignent qu’un montant dérisoire dans le monde du football. Mais cela permet à un directeur sportif de bien se faire voir auprès de sa direction en parlant de « bonus » ; mot qui sonne toujours de manière sympathique aux oreilles des actionnaires.


Des bonus négociés également au niveau des salaires des footballeurs

Les joueurs négocient également de plus en plus de bonus dans leurs contrats. La part de variable dans le salaire des joueurs a considérablement augmenté depuis 2009. Le club de Lorient, avec à sa tête Loïc Ferry, est un des premiers clubs français à mettre en place ce système de variable. Aujourd’hui, le système a notamment été copié par Saint-Etienne qui paie jusqu’à 40% du salaire de ses joueurs en primes en cas de bonnes performances.

Le variable et les bonus deviennent la clé de réussite dans ce contexte de crise économique mondiale…

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer