Stratégie

Les fédérations affiliées à l’UEFA peuvent-elles boycotter la Coupe du Monde ?

Face aux derniers agissements du comité de direction de la FIFA concernant l’attribution de la Coupe du Monde 2018 et 2022, certaines voix se sont élevées en Europe pour évoquer un possible boycott des prochaines éditions du Mondial. Cette tentative de pression exercée par certains responsables européens peut-elle remettre en cause la désignation des pays hôtes des deux prochaines Coupes du Monde ? Ecofoot.fr mène l’enquête…

Le président de la Bundesliga allemande, Christian Seifert, s’est dernièrement exprimé dans le quotidien allemand Suddeutsche Zeitung au sujet du comportement de la FIFA dans la désignation des pays hôtes des deux prochaines Coupes du Monde. Le patron de la ligue allemande n’a pas mâché ses mots lors de cet entretien et menace ouvertement la FIFA d’un boycott des fédérations européennes.

« La solution du boycott n’est pas à exclure » a alors affirmé Christian Seifert tout en critiquant la gouvernance de la FIFA et en rappelant le poids représenté par le football européen. « Actuellement, l’Allemagne n’a plus l’impression d’être représentée par cette FIFA. Nous n’avons plus l’impression d’être un membre de cette organisation. Aujourd’hui, 75% des joueurs disputant la Coupe du Monde évoluent dans des clubs européens et si l’Europe entière décide de boycotter cet événement, cela change complètement la donne » a ainsi rappelé Christian Seifert.

« Comme mesure de rétorsion, la FIFA pourrait assurément suspendre les fédérations allemande, anglaise, italienne ou encore espagnole pour les trois prochaines Coupes du Monde mais cela n’aurait aucun impact. Sans la participation des Européens, il n’y aurait plus de Coupe du Monde » a ajouté Christian Seifert.

D’autres voix se sont prononcées pour un boycott du mondial

Si le boycott est une solution envisageable, les décisions doivent être prises à l’unanimité par les fédérations affiliées à l’UEFA selon Seifert. « Le boycott pourrait s’avérer être une arme puissante. Mais tout le monde doit abonder dans le même sens pour que ça soit efficace et j’ai de sérieux doutes sur cet aspect. La France, par exemple, aura du mal à tourner le dos au Qatar alors que Michel Platini a supporté cette candidature. Si le boycott est uniquement porté par l’Allemagne et l’Angleterre, je ne pense pas alors que notre menace sera assez puissante pour infléchir la position de la FIFA. »

Dans son combat pour le boycott de la Coupe du Monde, Christian Seifert possède l’appui de l’ancien patron de la fédération anglaise, David Bernstein. Néanmoins, le dirigeant anglais n’évoque pas forcément les mêmes raisons : au lieu d’incriminer les décisions prises par la FIFA, Bernstein dénonce plutôt la politique russe menée à propos de la crise ukrainienne et propose uniquement le boycott du Mondial 2018.

Christian Seifert

Christian Seifert, patron de la Bundesliga, évoque sérieusement l’idée d’un boycott des prochaines éditions de la Coupe du Monde.

Dans l’entretien accordé à Suddeutsche Zeitung, Christian Seifert reproche à la FIFA la non publication du rapport intégral rédigé par Michael Garcia, président de la chambre d’instruction de la commission d’éthique de la FIFA, au sujet des présomptions de corruption concernant l’attribution du Mondial 2018 et 2022. S’il s’agit de la raison officielle évoquée par le patron de la Bundesliga, en réalité, ce dernier cherche par tous les moyens à éviter une organisation du Mondial 2022 en hiver qui perturberait le calendrier de l’ensemble des compétitions européennes. D’ailleurs, durant son intervention, Christian Seifert parle au nom de la Ligue allemande et non pour la Fédération de son pays. La position tenue par Christian Seifert est partagée par l’ensemble des patrons de Ligues européennes dont Frédéric Thiriez. Ils ne souhaitent pas une délocalisation du Mondial en automne ou hiver 2022, un changement qui provoquerait un chamboulement du calendrier européen des compétitions interclubs nationales et continentales.

Les sponsors s’inquiètent des agissements de la FIFA

Si de nombreux représentants de fédérations européennes ont sévèrement critiqué la non-publication du rapport remis par Michael Garcia à la FIFA au sujet des attributions des deux prochains mondiaux, les voix s’élevant pour un boycott général des deux prochaines compétitions restent néanmoins minoritaires. Aucune fédération n’a encore officiellement envisagé cette alternative.

Néanmoins, si de nombreuses fédérations se sont exprimées à l’encontre des agissements de la FIFA, certains sponsors officiels ont également fait part publiquement de leur mécontentement. C’est notamment le cas de Coca-Cola, un des tops sponsors de la fédération internationale. Alors que la firme américaine déclarait début octobre qu’elle n’utiliserait pas sa position de sponsor pour obliger la FIFA à publier le rapport réalisé par Michael Garcia, la direction de Coca-Cola a néanmoins avoué ces derniers jours que le résumé du rapport divulgué par Hans-Joachim Eckert, membre de la commission d’éthique de la FIFA, était décevant. Coca-Cola, qui reverse 25 M$ par an pour être sponsor majeur de la FIFA, pourrait revoir sa position afin de contraindre la FIFA à divulguer plus en détail les conclusions de Michael Garcia.

Enfin, face aux présomptions de corruption, certains sponsors ont sauté le pas en décidant de ne pas renouveler leur collaboration avec la FIFA. C’est notamment le cas de la compagnie aérienne Emirates qui a expliqué la non-prolongation du partenariat par des conditions financières non favorables. Enfin, la firme japonaise Sony devrait également annoncer dans les jours à venir la fin de sa collaboration avec la fédération internationale. Néanmoins, le département marketing/sponsoring de la FIFA aurait déjà trouvé les successeurs potentiels des deux enseignes…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer