Economie

L’OM s’apprête-t-il à affronter une nouvelle cure d’austérité ?

OM prix de vente

Dans un entretien accordé à nos confrères du JDD, Vincent Labrune, président de l’Olympique de Marseille, s’est exprimé sur l’avenir à court terme du club olympien. Malgré les fortes secousses ayant agité l’OM lors de la saison 2015-16, il se voit rester à la tête du club jusqu’à l’officialisation de la vente qu’il compte favoriser via l’assainissement de sa gestion. Un discours qui ne rassure pas vraiment les supporters concernant les ambitions 2016-17 du club phocéen. Explications…

Alors qu’aucune avancée concrète n’a été révélée au cours des derniers jours concernant la vente de l’Olympique de Marseille, le club phocéen devrait vraisemblablement démarrer la saison 2016-17 avec Margarita Louis-Dreyfus comme propriétaire et Vincent Labrune comme président. C’est en substance ce qu’a laissé entendre l’homme fort du club olympien de ces dernières années lors d’un entretien accordé dernièrement à nos confrères du JDD.

Outre sa volonté de présider le club jusqu’à l’arrivée d’un nouveau propriétaire, Vincent Labrune a également évoqué les ressources financières dont disposera le club pour le prochain exercice. D’après les informations révélées, l’Olympique de Marseille devrait entamer la saison 2016-17 avec un budget d’environ 90 M€, ce qui constituerait alors une réduction de 35 M€ par rapport au budget 2015-16 présenté à la DNCG !

Après avoir cédé ses principaux actifs lors de la saison dernière en vendant notamment Dimitri Payet, Giannelli Imbula et en laissant partir libre certains gros salaires comme André-Pierre Gignac, André Ayew ou encore Jérémy Morel ; l’OM devrait connaître pour la deuxième saison d’affilée une forte réduction budgétaire.

Clairement, ce budget annoncé par Vincent Labrune illustre la volonté de la direction olympienne de présenter pour la première fois depuis l’ère Pape Diouf un résultat opérationnel positif afin de séduire de potentiels investisseurs, voire de faire monter les enchères concernant le prix de cession du club. De plus, les conditions sont favorables pour adopter un tel plan d’austérité : tous les joueurs de l’effectif percevant les plus importantes rémunérations sont transférables. Certains éléments arrivent en fin de prêt ou de contrat (Isla, Thauvin, NKoulou) alors que d’autres possèdent une forte valeur marchande en raison d’un nombre important de candidats ayant manifesté leur intérêt (Batshuayi, Diarra malgré l’existence d’une clause signée sous-seing privé). Des départs, ajoutés à celui programmé de Mandanda, qui permettront de réduire fortement la masse salariale, principale charge comptable supportée par le club phocéen.

Structurellement, et même en connaissant une deuxième saison compliquée sur le plan sportif, l’OM est quasiment assuré de générer des revenus opérationnels à hauteur de 90 M€. L’OM enregistrera entre 25 et 30 M€ de sponsoring grâce aux contrats signés avec ses principaux partenaires. Via la réévaluation programmée des droits TV de Ligue 1, le club phocéen devrait percevoir à minima une quarantaine de millions d’euros indépendamment de son classement sportif. Une somme qui est notamment garantie par l’attractivité exercée par le club auprès des diffuseurs, lui permettant de percevoir une très belle prime de notoriété (près de 20 M€ lors de la saison 2014-15). Enfin, le club sera en capacité de générer 20 M€ de recettes en provenance des autres sources de revenus (billetterie, hospitalités, merchandising).

Quid alors des fortes plus-values comptables que devrait enregistrer l’OM au cours de la prochaine période de mercato ? A priori, les sommes perçues ne devraient pas être réinjecter dans le budget de fonctionnement 2016-17. Une partie devra sans doute couvrir le déficit opérationnel de la saison 2015-16 (même si le transfert définitif de Lemina à la Juventus pourrait être suffisant) alors que le restant de la somme pourrait permettre de réduire les créances du club qui s’élevaient au-dessus de la barre des 90 M€ au 30 juin 2015 (hors dettes concernant l’achat de joueurs).

Si la politique budgétaire affichée par l’OM pour la saison 2016-17 suscite de nombreuses craintes auprès des supporters, elle ne retire néanmoins pas toute ambition sportive au club olympien. Avec un tel budget, l’OM se maintiendra au 4ème rang des puissances financières du championnat lui permettant d’accorder des niveaux de rémunération supérieurs à des clubs comme l’ASSE, le LOSC ou encore les Girondins de Bordeaux. Un argument important à l’heure où le club mènera très certainement un recrutement malin, cherchant principalement à se positionner sur les meilleurs joueurs libres du marché ou encore sur des éléments susceptibles de venir en prêt.

Au final, le club adoptera une stratégie financière en adéquation avec les capacités financières actuelles propre au club, marquant la fin du mécénat Louis-Dreyfus. Une situation qui ôtera toute pression financière liée à l’atteinte d’objectifs sportifs élevés à court-terme, permettant très certainement à toutes les composantes du club de travailler plus sereinement. Néanmoins, le club ne devra pas rater la gestion d’une période estivale cruciale (choix de staff technique, reconstruction de l’effectif) afin de connaître un début d’exercice 2016-17 plus apaisé que celui de la saison dernière. Sinon la pression populaire pourrait très rapidement se substituer à la pression financière…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire [mc4wp_form]


Source photo à la Une : © Wikiepdia.org (Hombrey)

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer