Droits TV

Vers une forte réévaluation des droits TV de Bundesliga ?

Le 26 mars dernier, la ligue allemande (DFL) a lancé son appel d’offres concernant la commercialisation des droits TV domestiques de Bundesliga pour la période 2017-21. Cet appel à candidatures revêt un enjeu très important pour le championnat allemand qui cherche à tout prix à faire monter les enchères afin de combler le retard sur ses concurrents européens. Explications…

L’Autorité de la Concurrence Allemande vient de prononcer une excellente nouvelle en faveur de la DFL. Cette dernière a décidé de valider la règle du « no single buyer’ rule » introduite pour la première fois par la ligue allemande dans son appel d’offres de droits TV domestiques pour la période 2017-21. Cela signifie donc qu’un diffuseur ne pourra plus retransmettre toutes les rencontres en direct du championnat allemand sur le marché domestique lors de la prochaine période.

Règle déjà utilisée par la Premier League et la Serie A avec succès, la Bundesliga compte sur ce nouveau facteur pour relancer la concurrence au sein d’un marché domestique où certaines spécificités jouent clairement en défaveur du championnat allemand à l’image du faible taux de pénétration de la télévision payante. L’activation de la « no single buyer’ rule » évitera une anesthésie du marché par un acteur dominant comme Sky Deutschland, possédant actuellement les droits de diffusion de l’intégralité de la compétition.

Grâce à l’application de cette nouvelle règle, la DFL compte surtout intensifier la concurrence auprès des lots mineurs distribués lors du prochain appel d’offres. Entre 30 et 102 rencontres sur 306 seront attribués à un ou plusieurs diffuseurs mineurs alors que les lots principaux semblent tout de même promis à l’opérateur Sky. Pour enchérir sur les lots secondaires, la DFL mise notamment sur participation assidue d’opérateurs comme Deutsche Telekom, Perform (qui a dernièrement acquis les droits TV de la Premier League sur le marché allemand) ou encore Eurosport soutenu par sa maison mère Discovery. La DFL n’exclut pas également des enchères réalisées par des acteurs du web à l’image d’Amazon qui a dernièrement réalisé un rapprochement stratégique auprès de la ligue allemande.

Si la DFL refuse d’évoquer un montant comme objectif, la Bundesliga a impérativement besoin d’une forte progression de ses droits TV domestiques pour suivre la cadence imposée par les voisins européens. Mécaniquement, en raison notamment de négociations anticipées, la Bundesliga possèdera le plus petit montant de droits TV domestiques lors de la saison 2016-17, à hauteur de 628 M€. Une somme qui est essentiellement reversée par Sky (485,7 M€), diffuseur exclusif de la compétition, et qui est complétée par des droits mobiles, internet et des résumés commercialisés aux chaines publiques.

Outre la renégociation des droits TV domestiques, la DFL lance également son appel d’offres concernant les droits TV européens de la Bundesliga pour la même période (2017-21). Sur ce terrain, en revanche, DFL Sports Enterprises a annoncé des objectifs très élevés en termes de recettes. L’entité commerciale de la ligue allemande espère obtenir un montant approximativement similaire aux droits TV domestiques prochainement négociés. Pour le moment, au sein des championnats majeurs européens, seule la Liga BBVA génère plus de recettes TV internationales que domestiques. Une anomalie qui sera corrigée lors de la saison prochaine via un appel d’offres domestique mieux organisé….

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire [mc4wp_form]


Source photo à la Une : © Borussia Dortmund (Facebook)

To Top
Send this to a friend