Stratégie

Canal Plus envisage-t-il de racheter BeIN Sports ?

Alors que le groupe Canal a subi un véritable affront sur le marché des droits audiovisuels sportifs en perdant la Premier League au détriment du groupe Altice, la direction de la chaîne cryptée réfléchirait actuellement à plusieurs plans de secours pour redonner une place privilégiée au sport sur ses antennes. Une stratégie qui pourrait passer pas le rachat d’un concurrent…

Au mois de novembre dernier, Vincent Bolloré, nouvel homme fort du groupe Canal Plus, réunissait tous les hauts cadres du groupe au sein d’une réunion organisée à l’Olympia au cours de laquelle il exposait quelques lignes directrices à suivre pour assurer la bonne marche de l’entité. Entre autre, le dirigeant de Canal Plus avait notamment indiqué l’allocation d’une enveloppe financière supplémentaire de 2 milliards d’euros d’investissements dans les droits TV sportifs. Vincent Bolloré souhaite mettre fin à la baisse du nombre d’abonnés du groupe en réinvestissant massivement dans les programmes sportifs et notamment footballistiques.

Le discours prononcé par Vincent Bolloré a perdu tout son sens quelques jours plus tard, lors de l’annonce du grand vainqueur de l’appel d’offres de la Premier League concernant la diffusion du championnat anglais sur le marché français lors de la période 2016-19. Déboursant 63 M€ par saison depuis la saison 2013-14, Canal Plus comptait bien rester le diffuseur exclusif du championnat anglais pour les trois prochaines saisons dans l’Hexagone. Malheureusement pour la chaîne cryptée, cette dernière s’est fait subtilisée les droits par le nouvel entrant Altice, qui aurait proposé une somme supérieure à 100 M€ par saison pour diffuser le championnat anglais sur ses antennes.

Sur un marché des droits sportifs devenu de plus en plus concurrentiel en France, Canal Plus a petit à petit perdu de nombreux programmes phares dans le secteur footballistique avec notamment le départ de tous les grands championnats étrangers chez ses concurrents. Alors qu’aucun appel d’offres majeur ne sera émis dans le secteur avant 2018, le groupe Canal pourra difficilement enrichir sa grille de programmation malgré une enveloppe d’investissements définie.

Face à une situation que nous pouvons qualifier de crise, le groupe Canal Plus envisagerait de nouveaux scénarios pour enrichir sa programmation sportive. L’un deux conduirait au rachat d’un concurrent et notamment de BeIN Sports. Lourdement déficitaire sur le marché français depuis son arrivée, Canal Plus pourrait projeter de racheter la filiale française de son concurrent qatari.

Ce rachat permettrait de réamorcer une concentration du secteur, débouchant sur la réalisation d’économies d’échelle. « En fusionnant les deux chaînes, si le coût des droits sportifs baissait de 30%, le nouvel ensemble pourrait économiser 350 à 400 M€ par an » indique ainsi Stéphane Beyazian, analyste financier de la société de courtage Raymond James, dans les colonnes de L’Equipe.

D’après une analyse dernièrement conduite par la société Natixis, la filiale française de BeIN Sports devrait supporter un déficit opérationnel autour de 2,2 milliards d’euros sur la période 2012-2020 ! Malgré une progression envisagée de son nombre d’abonnés, l’alourdissement des coûts opérationnels lié notamment à l’acquisition des droits sportifs annihilerait toute tentative d’atteinte de l’équilibre budgétaire. L’actionnaire qatari serait-il alors tenté de céder cette filiale au groupe Canal Plus contre une prise de participation d’Al-Jazeera au sein de Vivendi, maison mère du groupe Canal ? Le scénario a été évoqué au sein de plusieurs médias français sans qu’aucun acteur ne prenne officiellement la parole pour affirmer ou démentir cette éventualité.

Néanmoins, les analystes financiers sont tous d’accord sur un élément. Quatre gros acteurs (Canal Plus, BeIN Sports, Altice, Eurosport) au sein du marché des droits TV sportifs français ne peuvent survivre. « Ce n’est pas un marché qui peut supporter quatre acteurs. Il y en a deux en Grande-Bretagne (Sky et BT), en Espagne (Mediaset et Telefonica) ou encore en Italie (Mediaset et Sky Italia) » affirme alors Jérôme Bodin, analyste chez Natixis. Espérons alors pour les fans de la chaîne cryptée et du cinéma français que ce ne soit pas le groupe Canal qui soit amené à disparaître dans les années à venir…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 


Source photo à la Une : © Lefigaro.fr

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer