Stratégie

Ligue des Champions : la création d’une compétition concurrente est-elle une réelle menace ?

reforme-champions-league

Alors que le comité exécutif de l’UEFA ainsi que certains grands clubs européens justifient la réforme de la Champions League par la menace de la création d’une compétition concurrente échappant au giron de la confédération européenne, certains acteurs du football européen sont très sceptiques au sujet d’un tel scénario. La crainte de voir émerger une compétition concurrente a-t-elle alors forcé l’UEFA à adopter un plan de réformes demandé par les grands clubs du continent ? Décryptage…

La réforme de la Ligue des Champions, annoncée par l’UEFA au mois d’août dernier, sera-t-elle mise en application à partir de l’édition 2018-19, date prévue d’entrée en vigueur ? Si pour certains dirigeants de grands clubs européens, à l’origine de cette réforme, le débat est clos ; le nouveau président de l’UEFA fraichement élu mercredi dernier Aleksander Ceferin a promis de s’intéresser de près aux modifications dernièrement votées par le comité exécutif de la confédération européenne.

Néanmoins, selon son concurrent à la course à la présidence de l’UEFA, Michael Van Praag, il sera très difficile de revenir sur cette réforme en raison de la pression mise par les grands clubs du continent sur la confédération européenne. « Sur le sujet de la réforme de la C1, on avait un pistolet sur la tempe […] Il y a une énorme pression sur l’UEFA. Je vous affirme que cette menace de scission de la Super League est une réalité. Les grands clubs la brandissent chaque année mais cette fois, c’était vrai » a ainsi indiqué le Président de la Fédération Néerlandaise de football en marge de l’élection présidentielle et des débats ayant agité les fédérations européennes au sujet de cette réforme de la C1.

Si la rumeur de la création d’une compétition concurrente à la C1, réunissant les meilleurs clubs européens et géré par un opérateur privé en mesure de générer de très importantes recettes, revient inlassablement dans les médias depuis quelques saisons, il semblerait en effet qu’en coulisse certains acteurs aient entamé de sérieuses démarches au cours des derniers mois pour concrétiser un tel projet. Le groupe américain Relevent Sports, organisateur notamment des différentes versions de l’International Champions Cup durant la période estivale, aurait eu une réunion avec certains dirigeants de Premier League au mois de février dernier. Autre acteur majeur du secteur footballistique, le conglomérat chinois Wanda, aurait également noué de sérieux contacts au cours des derniers mois pour créer une telle compétition.

Toujours selon les informations communiquées par Van Praag, les grands clubs européens auraient présenté des éléments concrets à certains dirigeants de l’UEFA au cours des derniers mois afin de presser l’instance européenne au sujet d’une réforme de la C1. « A trois reprises, les clubs ont parlé à des investisseurs américains qui ont promis 225 M$ par club » affirme alors le dirigeant néerlandais, selon des propos relayés par le quotidien l’Equipe.

Aleksander Ceferin parviendra-t-il à modifier la réforme de la C1 ?

Selon certains dirigeants de clubs européens, opposés à cette réforme, la menace de la création d’une compétition concurrente est un écran de fumée permettant de justifier des modifications favorables aux clubs puissants à l’échelle européenne.

« Les défenseurs de cette réforme la justifient par un danger imminent de création d’une Ligue fermée avec seize gros clubs. Mais, si on crée une Ligue fermée, on sort du giron des fédérations et on est alors dans l’illégalité. Les joueurs concernés ne pourraient plus être sélectionnés dans leurs équipes nationales. Ce chiffon rouge que l’on nous agite ne tient pas debout. On ne connait pas un seul grand joueur qui ne veut plus jouer en sélection » a alors dernièrement affirmé Bernard Caiazzo, leader de la contestation de la réforme en France, à nos confrères de France Football.

Si certains arguments de Bernard Caiazzo sont réfutables – certaines décisions juridiques dans d’autres sports indiquent qu’il est possible de créer une compétition indépendante des confédérations et la MLS est une compétition fermée sans que cela n’empêche certains joueurs d’être sélectionnés – le dirigeant de l’ASSE a raison sur un point : l’UEFA a de multiples moyens de faire pression pour mettre fin rapidement à ce projet de ligue fermée et privée.

En attendant, Aleksander Ceferin devrait rapidement s’emparer de ce sujet qui secoue toutes les composantes du football européen. Si, au départ, il avait affirmé qu’il était impossible de revenir sur les décisions votées par le comité exécutif de l’UEFA, ce dernier semble avoir changé d’avis après son élection. D’autant que sur ce sujet, il pourrait recevoir l’appui de la FIFA, ne goûtant que très peu au coup de force que tente d’imposer les grands clubs européens. Affaire à suivre…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous abonner à notre compte Twitter


Source photo à la Une : © Ecofoot.fr

Articles populaires

To Top
Tweetez9
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer