Economie

Les investissements chinois affolent le secteur footballistique

Après la vague d’investissements en provenance des pays du Golfe, de Russie ou encore d’Asie du Sud-Est, le football européen pourrait connaitre l’arrivée massive de capitaux chinois dans les années à venir. Néanmoins, certains hommes d’affaires chinois seraient tentés par la réalisation d’investissements ayant pour objectif de développer le football national afin de concurrencer les grands clubs européens au sein du marché intérieur. Explications sur Ecofoot.fr…

Alors que l’engouement des Etats-Unis pour la dernière Coupe du Monde a été massivement relayé dans les médias, la Chine n’est pas en reste concernant son appétit pour le ballon rond. Ainsi, 498 millions de Chinois ont au moins suivi une rencontre de la compétition. Un score d’autant plus remarquable que la sélection chinoise n’était pas présente à l’événement.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Le succès croissant du ballon rond au sein de l’Empire du Milieu est clairement perceptible. Face aux audiences TV en perpétuelles hausses, la Ligue des Champions organisée par l’UEFA est désormais retransmise sur les chaines de télévision nationales. La Premier League est actuellement diffusée sur des chaines provinciales mais la donne pourrait évoluer rapidement. Lors des dernières enquêtes d’opinion réalisées avant la Coupe du Monde, le football jouit de la notoriété la plus importante auprès des fans de sport chinois devant le basket et l’athlétisme.

Face à cette hausse d’engouement affichée par la population chinoise, les grands clubs européens n’ont pas tardé à étudier la possibilité de s’implanter sur un marché aux perspectives colossales. Alors que les tournées amicales estivales étaient autrefois organisées dans les pays d’Asie du Sud-Est, de plus en plus de formations européennes se rendent désormais en Chine afin de nouer des premiers contacts commerciaux.

Des entreprises chinoises souhaitent développer le football national

Devant l’intérêt croissant des Chinois envers le football européen, certains hommes d’affaires du pays désirent investir dans le développement du football local afin de concurrencer les grands clubs européens sur leur marché intérieur. Ainsi, en juin dernier, le PDG d’Alibaba.com – plus grand e-commerçant chinois – a annoncé l’introduction de sa société dans le capital du club de Guangzhou Evergrande. La firme Alibaba.com a alors racheté 50% des parts du club à la société immobilière Evergrande contre un chèque de 140 millions d’euros.

jack ma evergrande

Jack Ma, PDG d’Alibaba.com, est ravi d’acquérir 50% du club chinois de Guangzhou Evergrande.

Triple champion de Chine et tenant du titre de la Ligue des Champions asiatique, Guangzhou Evergrande va bénéficier d’une capacité d’investissements d’une nouvelle dimension lui permettant de maintenir sa domination continentale. Entrainé par Marcello Lippi, le club numéro un de Chine devrait attirer de nouvelles stars européennes lors du prochain mercato hivernal.

A travers cet investissement, Alibaba.com souhaite clairement développer le football local chinois. Outre un recrutement clinquant devant assurer les succès du club à court terme, l’e-commerçant chinois compte bâtir une stratégie durable devant servir la cause du football national chinois. Alibaba.com a ainsi prévu l’ouverture d’une école de football à Madrid. Cette école recevra les meilleurs jeunes joueurs chinois qui apprendront les bases du toque espagnol auprès d’éducateurs passés par les plus grands clubs de Liga BBVA. Une fois leur formation terminée, les jeunes joueurs chinois réintègreront les effectifs de Guangzhou Evergrande ou d’autres clubs du championnat chinois.

Des clubs européens passent sous pavillon chinois

Si Alibaba.com a décidé d’investir directement dans le football chinois pour contribuer à son développement, d’autres sociétés chinoises utilisent d’autres stratégies pour arriver aux mêmes objectifs. Ainsi la société chinoise d’événementiel sportif United Vansen Sports a officialisé en juin dernier le rachat du club néerlandais d’Eredivisie ADO Den Haag. Si le montant financier n’a pas été précisé, United Vansen Sports a prévu d’injecter rapidement près de 10 M€ pour renforcer l’effectif du club et ambitionner une qualification européenne.

Alors que United Vansen Sports apporte des capitaux frais au club néerlandais, la société a immédiatement affirmé qu’elle ne changerait rien à la gouvernance du club. Henk Jagersma conserve ainsi la présidence du club néerlandais. En revanche, United Vansen Sports a annoncé l’intégration progressive de joueurs chinois au sein des équipes de jeunes du club. Des éducateurs du club devront également réaliser des missions en Chine afin de former les préparateurs chinois aux techniques de formation néerlandaises.

Clairement, en rachetant ADO Den Haag, United Vansen Sports essaie d’importer en Chine le savoir-faire néerlandais en matière de formation de joueurs. D’autant que la société United Vansen Sports n’est pas novice en matière de football : elle est à l’origine de l’organisation à Pékin de la rencontre opposant le PSG à l’EA Guingamp pour le compte du Trophée des Champions. Elle est également parvenue à organiser la Super Coupe italienne sur le sol chinois. Au cours des dernières années,  United Vansen Sports s’est spécialisé dans un rôle d’intermédiaire entre grands clubs européens et développement du football en Chine. Elle compte renforcer cette stratégie en s’intéressant à la formation grâce à l’acquisition du club néerlandais.

Lors de l’acquisition d’ADO Den Haag, le patron de Vansen Sports, Li Chun, n’a pas réellement caché ses intentions. « Cette acquisition sera bénéfique pour l’ensemble des parties concernées. Cela sera bénéfique pour l’image internationale de Den Haag et bénéfique pour le développement du football chinois » a ainsi déclaré Li Chun.

Des entreprises chinoises en quête de notoriété sur les marchés européens

Les investissements chinois réalisés – directement ou indirectement – dans le développement du football national répondent à des logiques d’accroissement de parts au sein du marché intérieur. Le football représente un vecteur de communication de plus en plus puissant en Chine et les sociétés souhaitent s’en servir pour asseoir leur position dominante et conquérir de nouvelles parts de marché. Alibaba.com compte également sur de bonnes performances continentales de Guangzhou Evergrande pour s’ouvrir de nouvelles perspectives au sein de marchés asiatiques.

Néanmoins, les investissements footballistiques réalisés par les sociétés chinoises ne répondent pas obligatoirement à un objectif de développement du football local. Certaines sociétés chinoises réalisent des investissements de sponsoring au sein des clubs européens afin de conquérir de nouveaux marchés. Ces investissements répondent à une stratégie de croissance via une internationalisation européenne. Et le football représente pour les entreprises chinoises un vecteur de communication puissant afin de lutter contre un déficit de notoriété en Europe.

La firme téléphonique Huawei correspond parfaitement à ce cas de figure. Le troisième vendeur mondial de smartphones – derrière Apple et Samsung – cherche à s’installer durablement au sein du marché européen afin de réduire son retard sur ses deux concurrents principaux. Huawei a alors massivement misé sur le football pour combler son déficit de notoriété. En quelques mois, l’opérateur a noué des partenariats de sponsoring avec plusieurs grands clubs européens comme le PSG, l’Ajax Amsterdam ou encore l’Atletico Madrid. A travers ces accords, Huawei souhaite également mettre en avant son savoir-faire technologique : la société chinoise s’occupe notamment de la mise en place du stade connecté au sein de l’Amsterdam Arena.

Si Huawei est la première société chinoise a misé autant d’argent dans le sponsoring de clubs européens, d’autres entreprises chinoises pourraient rapidement suivre cet exemple. Wang Jianlin, puissant homme d’affaires chinois et propriétaire du groupe hôtelier Wanda Groupe, a dernièrement tenté d’entrer dans le capital Southampton AFC et de Valencia FC. Il serait désormais en contact avec Enrique Cerezo afin de participer à une augmentation de capital de l’Atletico Madrid visant à faire du deuxième club madrilène une puissance financière comparable au Real Madrid ou encore au FC Barcelone.

La volonté des entreprises chinoises de s’implanter au sein du marché européen pourrait constituer une opportunité intéressante pour les grands clubs européens d’accroitre leurs revenus de sponsoring. Une opportunité qui pourrait se transformer en véritable eldorado si les accords de sponsoring débouchaient en pénétration du marché chinois. Néanmoins, les clubs européens devront certainement affronter le développement d’un football local rapide au sein du marché intérieur chinois. Une contrainte qui s’apparente à une situation similaire à celle connue en Amérique du Nord avec le développement important de la MLS…

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer