Stratégie

La Chinese Super League est-elle le nouvel eldorado du football mondial ?

Alors que le championnat de Chinese Super League a rarement fait parler de lui par le passé, la compétition chinoise n’a cessé de monter en puissance sur le plan financier et sportif au cours des dernières années. A tel point que la compétition chinoise commence à être prise au sérieux par les grands acteurs du football mondial. Explications…

Si la Premier League était attendue comme le grand acteur de ce marché hivernal des transferts, une autre compétition est en passe de lui voler la vedette lors de cette période de mercato. Et de façon assez étonnante, il ne s’agit pas d’un autre championnat européen. Ainsi, les clubs de Chinese Super League sont passés à l’action au cours des dernières semaines pour tenter d’enrôler des joueurs majeurs des championnats européens et brésiliens.

Après le coup réalisé l’été dernier par le club de Shanghai Greenland Shenhua qui était parvenu à recruter Demba Ba en provenance de Besiktas contre le versement d’une indemnité de 16 M€, d’autres formations chinoises sont clairement passées à l’attaque lors de ce mercato. C’est notamment le cas de la formation de Jiangsu Sunning, neuvième du dernier championnat de Chinese Super League, et qui compte lourdement renforcer son effectif pour pouvoir jouer les premiers rôles lors de cette saison. Le club entraîné par Dan Petrescu est en passe de faire signer Fredy Guarin en provenance de l’Inter Milan contre un investissement de 15 M€. L’ancien joueur de l’AS Saint-Etienne devrait également percevoir un salaire à hauteur de 7,5 M€ par exercice. L’international colombien a déjà dit au revoir à ses futurs anciens coéquipiers lombards.

Outre cette première acquisition, le club de Jiangsu Sunning espère concrétiser un deuxième gros coup avant la fin de ce marché des transferts. La formation chinoise aurait ainsi transmis une offre de 25 M£ pour enrôler l’international brésilien de Chelsea FC, Ramires. Si l’offre n’a pas encore été formellement acceptée par les Blues, la direction n’aurait pas rompu les négociations. De son côté, le joueur serait intéressé par ce mouvement lui permettant d’accroître ses revenus ! La Chinese Super League serait alors en mesure d’acquérir un joueur majeur de l’actuel champion de Premier League…

Si le club de Jiangsu Sunning est très actif sur le marché des transferts, ce n’est pas la seule formation de Chinese Super League à investir lourdement durant cette période. Le défenseur central brésilien des Corinthians, Carlos Gil, vient notamment de signer pour le club de Shandong Luneng contre une indemnité de l’ordre de 10 M€. Un transfert qui permettra notamment à Valenciennes FC de percevoir une somme de 1 M€ grâce à une clause insérée au moment de la vente du joueur à la formation brésilienne des Corinthians.

Mais comment les clubs chinois parviennent-ils à investir de façon aussi importante dans l’achat de joueurs et leur masse salariale ? Le renforcement du poids économique des formations de Chinese Super League est dû à l’origine à la volonté exprimée par le président chinois Xi en matière de développement du secteur sportif en Chine. Selon son plan de développement, le dirigeant chinois espère que le secteur sportif représentera 850 milliards de dollars dans le PIB du pays en 2025. Un objectif très ambitieux alors que le poids économique mondial du sport représenterait actuellement 400 milliards de dollars par an…

Pour atteindre de tels chiffres, le président Xi a fait du développement du football une priorité. Souhaitant organiser une Coupe du Monde sur le sol chinois à moyen terme, le dirigeant veut également la mise en place d’une sélection nationale performante capable de rivaliser avec les meilleures formations à l’échelle mondiale.

Ainsi, le pouvoir central chinoise encourage les grands acteurs économiques du pays à investir dans le développement du ballon rond. Si certains acteurs ont préféré intégrer le capital social de grands clubs européens pour notamment acquérir leur savoir-faire en matière de formation, d’autres grands groupes du pays ont plutôt misé sur le développement des clubs locaux de Chinese Super League. C’est notamment le choix opéré par le géant de l’e-commerce Alibaba qui a investi 140 M€ pour acquérir la moitié du capital social du club de Guangzhou Evergrande.

Outre l’afflux de capitaux provenant des grands acteurs du pays, les clubs de Chinese Super League bénéficient également d’un emballement de leurs différents centres de profits liés au développement de la popularité de ce sport au sein de l’Empire du Milieu. Ainsi, lors de l’édition 2015 de son championnat, la Chinese Super League a enregistré une affluence moyenne par match de 21 800 spectateurs. Des chiffres qui ne sont plus éloignés des moyennes enregistrées en Ligue 1 ou en Serie A.  Concernant les droits TV, l’opérateur Ti’ao Power a accepté de débourser en octobre dernier un chèque de 1,25 milliard de dollars pour obtenir l’exclusivité des droits TV de la Chinese Super League sur le sol chinois durant les 5 prochaines éditions.

Sans faire trop de bruit, la Chinese Super League a rattrapé une partie de son retard financier sur les principaux championnats européens. Les clubs ont désormais la possibilité d’investir lourdement pour améliorer leur compétitivité sportive. Une stratégie qui paie déjà au niveau continental : le club de Guangzhou Evergrande a remporté deux des trois dernières éditions de la Ligue des Champions AFC. Et le développement économique du football chinois ne fait que commencer…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © @theafcdotcom (Twitter)

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer