Stratégie

Chung Mong-joon sera-t-il écarté de la course à la présidence de la FIFA ?

Alors que l’actualité s’est concentrée la semaine dernière sur l’affaire Platini, un autre postulant à l’élection présidentielle de la FIFA est au cœur d’une investigation menée par la commission d’éthique qui pourrait lui coûter la validation de sa candidature. L’homme d’affaires Chung Mong-joon attend fébrilement une décision pour la semaine prochaine. Explications…

Et si c’était la commission d’éthique qui décidait de l’issue de la prochaine élection présidentielle de la FIFA ? Ce scénario ne semble pas complètement irréaliste à la vue des derniers événements ayant touché les protagonistes à la course présidentielle.

Alors que tous les médias se sont focalisés cette semaine sur l’affaire Platini, un autre postulant aux plus hautes fonctions du football mondial est actuellement dans le collimateur de la commission d’éthique de la FIFA. Il s’agit du candidat sud-coréen Chung Mong-joon qui attend avec impatience une décision pour la semaine prochaine concernant la validation de son acte de candidature. Une attente qui l’aurait notamment poussé à annuler une conférence à Londres sur le Sport Business.

La commission d’éthique de la FIFA enquête actuellement sur les agissements de l’ex vice-président de la FIFA concernant l’attribution du Mondial 2022. L’homme d’affaires sud-coréen aurait ainsi promis un grand plan de développement du football mondial à plusieurs membres du comité exécutif de la FIFA de l’ordre de 777 M$ en échange de votes pour la candidature sud-coréenne concernant le Mondial 2022. Un acte qui pourrait être considéré comme un conflit d’intérêt voire une tentative de corruption dans le but d’acheter des voix.

A ce sujet, Chung Mong-joon se défend en indiquant que la pratique était courante au sein de l’instance. Selon l’homme d’affaires sud-coréen, d’autres postulants à l’organisation du Mondial avaient également exposé des plans ambitieux de développement du football avec le déblocage d’enveloppes financières conséquentes en cas d’attribution de la compétition. Chung Mong-joon cite notamment l’Angleterre et le Qatar.

Chung Mong-Joon

La candidature de Chung Mong-Joon pourrait être invalidée par la commission d’éthique de la FIFA

A ce jour, la commission d’éthique n’a pas communiqué officiellement sur l’issue de cette enquête. Néanmoins, selon des informations relayées par le journal allemand Welt am Sonntag, certains membres de la commission d’éthique auraient recommandé d’infliger une suspension de 15 ans de toute fonction officielle au sein de la FIFA à Chung Mong-joon. Une décision qui condamnerait de facto sa candidature à la présidence de l’institution.

Suite aux différents scandales touchant la FIFA, le prince jordanien Ali bin al-Hussein devrait être le grand gagnant de cette pré-campagne. Alors que Michel Platini devra également s’expliquer devant la commission d’éthique avant fin octobre, le dirigeant de la fédération jordanienne pourrait être le seul concurrent à la fonction suprême en cas d’invalidation des candidatures de ses concurrents. Un scénario qui serait alors idéal pour celui qui a osé affronter Sepp Blatter en mai dernier…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer