Marketing

Classement des recettes publicitaires

Quel est le club le plus populaire en France ? Paris ou Marseille ? Cette question revient souvent dans les débats footballistiques endiablés entre supporters. Sur Ecofoot, nous allons tenter de résoudre ce problème en étudiant différents classements et indicateurs. Aujourd’hui, le premier volet est consacré aux recettes publicitaires. Quoi de mieux pour mesurer la popularité d’un club que de connaitre la valeur marchande de son image…

Classement réalisé sur la saison 2009/2010 – les comptes de la saison dernière seront définitivement communiqués par la LFP en janvier 2012 – il permet de tirer  quelques enseignements rapides sur le poids du sponsoring et des partenariats.

Deux choses majeures sautent aux yeux au premier aperçu. Tout d’abord, il suit globalement le même classement que les budgets de Ligue 1. Pourtant, le sponsoring ne représente pas une part très importante des recettes des clubs. Le PSG est le club le plus dépendant des revenus publicitaires qui représentent 25% de ses recettes (hors transfert) juste devant Sochaux et Saint-Etienne. A contrario, Bordeaux et Auxerre sont les deux clubs les moins dépendants des revenus publicitaires avec une part de 10%.

Mais c’est surtout le second point qui est très frappant. En valeur absolue, l’axe PLM (Paris – Lyon – Marseille) si cher à notre président Thiriez écrase les revenus des autres clubs de Ligue 1. Les trois clubs génèrent tout simplement 40% des revenus totaux de notre championnat. Marseille est le leader de ce classement devant Lyon (basé sur des estimations) et Paris. A titre d’exemple, les sponsors maillots de ces trois clubs paient 40 à 60% plus cher que la moyenne nationale.


Derrière les trois gros de ce classement, seul un club dépasse les 10 millions d’euros. Il s’agit des Girondins de Bordeaux qui avaient notamment remporté le titre la saison précédente. Puis, les places se jouent ensuite à quelques milliers d’euros près. Saint-Etienne est 5ème de ce classement malgré deux saisons épouvantables conclues à la 17ème place. Puis Rennes se glisse dans le top 6. Mais à partir de 2011/2012, il faudra très certainement compter sur Lille, seulement 10ème mais qui sera boosté par son titre de champion de France. Le LOSC n’était pas favorisé par son contrat de sponsoring de l’époque avec l’équipementier néozélandais, Canterbury.

Enfin les derniers de la classe sont Auxerre, Grenoble et Lorient. Visiblement, le Merlu a du mal à vendre sa marque… RIP au GF 38.

[table id =1 /]

 

*données estimées

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer