Droits TV

Classement des droits TV de Ligue 2 2013-14

La LFP a dévoilé hier soir le tableau de répartition des droits TV de Ligue 2 pour la saison 2013-14. Alors que les clubs de Ligue 1 sont suspendus à une décision de justice pour recevoir leurs recettes, le conseil d’administration de la LFP a validé définitivement la redistribution des droits TV de Ligue 2. Ecofoot.fr vous dévoile le classement intégral ainsi que les critères pris en compte pour établir cette répartition…

Lors de cette saison 2013-14, les clubs de Ligue 2 se partagent 88,300 M€ de recettes en provenance des droits TV. Par rapport à la Ligue 1, la répartition est beaucoup plus homogène en Ligue 2. Le leader du classement, le RC Lens, a perçu 5,3 M€ soit seulement un montant 1,4 fois supérieur à la somme enregistrée par le dernier du classement, le CA Bastia (3,8 M€). Le déséquilibre est beaucoup plus prononcé au sein de l’élite où le PSG a enregistré un gain 3,4 fois supérieur à celui de la lanterne rouge, l’AC Ajaccio.

Cette distribution plus homogène des droits TV est due aux critères sélectionnés par la LFP. En effet, en Ligue 2, la part fixe distribué aux vingt clubs ayant participé au championnat représente 65% du montant total, c’est-à-dire 57,508 M€. Chaque club a ainsi perçu 2,875 M€ de part fixe. Le critère « licence club » peut également être assimilé à la part fixe de la redistribution car toutes les formations de Ligue 2 répondaient au cahier des charges permettant son obtention. A ce titre, chaque formation a reçu 884 774 €. Au total, cela représente 17,7 M€ de l’enveloppe totale, soit 20%. Ainsi, 85% du montant total des droits TV alloués à la Ligue 2 ont été distribués de manière égale aux vingt formations du championnat.

Le critère notoriété génère les plus grands écarts dans la distribution des droits TV de Ligue 2

Cette importante part fixe dans la distribution des droits TV de Ligue 2 engendre peu d’écart sur les montants perçus par chacune des formations. Quinze clubs de Ligue 2 ont perçu entre 5 et 4 M€ de revenus télévisuels. Cette répartition permet aux clubs de Ligue 2 d’estimer facilement leurs revenus sans être soumis aux aléas des résultats sportifs.

Si la part variable ne provoque pas de grands écarts de revenus, elle chamboule en revanche le classement des revenus télévisuels par rapport aux résultats sportifs. Cette part variable se répartit équitablement autour de trois critères : 5% de la somme totale est allouée aux résultats sportifs 2013-14, 5% est attribuée en fonction de la qualité du centre de formation et 5% des revenus sont distribués en fonction de la notoriété, c’est-à-dire du nombre de diffusions en décalé lors de la saison écoulée.

Grâce à l’ensemble des critères, le RC Lens est parvenu à subtiliser la première place au FC Metz. Le club de Gervais Martel réalise une grande différence au niveau du critère notoriété, où le club est parvenu à générer plus d’un million d’euros de revenus contre 541 411 € pour le FC Metz. Clairement, le critère notoriété est celui qui génère les plus gros écarts entre les différents le club. Le RC Lens, leader sur ce critère, a généré un revenu 39 fois plus important que celui du CA Bastia (26 410 €). Ainsi, alors que les Chamois Niortais ont terminé sportivement au sixième rang, le club ne perçoit que le 10ème revenu en droits TV (4,386 M€) à cause d’un nombre de diffusions limité en premier choix. Le club se situe au 17ème rang sur le critère notoriété avec un revenu de 66 026 €.

revenus tv rc lens

Le président du RC Lens, Gervais Martel, peut être satisfait : le club est en tête des revenus télévisuels de Ligue 2 2013-14.

Enfin, si l’essentiel des écarts entre les clubs se situe au niveau du critère notoriété, une bonne politique de formation permet également d’engendrer des revenus additionnels en provenance des droits TV. Alors que l’AJ Auxerre a terminé au 16ème rang du championnat, le club icaunais enregistre le huitième revenu de droits TV (4,458 M€) grâce à son excellent travail de formation. Le club se situe en tête des revenus perçus sur ce critère avec la somme de 346 959 €. A l’inverse, l’US Créteil, Clermont Foot, l’AC Arles-Avignon et le CA Bastia n’ont touché aucun revenu pour leur politique de formation.

[table id=110 /]

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez13
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer