Marketing

Classement de popularité de Ligue 1

Samedi dernier, l’Equipe a révélé au grand public les résultats du sondage mené par l’institut IFOP au sujet de la popularité des clubs français. De ce classement, quelques enseignements sont à tirer de la part des politiques de communication des vingt clubs de Ligue 1.

Malgré ses stars et ses millions dépensés sur le marché des transferts, le PSG ne décolle pas au niveau de la popularité hexagonale. Le club parisien est scotché au troisième rang derrière les deux olympiques. Pire : l’écart avec l’OM continue de grandir et il ne parvient même pas à revenir sur un Lyon aux résultats moins prolifiques ces dernières années. Le PSG est même leader au classement du club le moins apprécié de Ligue 1 avec 25,9% des voix.

Jean-Claude Blanc, directeur général du club parisien, met en relief le caractère nouveau du projet PSG. Il indique que les gens n’ont pas l’habitude de voir un club réaliser autant d’investissement dans un laps de temps aussi réduit. Et le dirigeant évoque le rapport difficile qu’entretiennent les Français avec l’argent. Mais Blanc pointe également des erreurs dans la communication. Il souhaite désormais plus éclairer le public sur le projet PSG.

Jean Claude Blanc popularité PSG

Jean-Claude Blanc ne souhaite pas trop s’attarder sur les chiffres de popularité publiés dans l’Equipe. Même s’il pense que le club doit améliorer sa communication nationale.

Pour certains experts, le manque de popularité du PSG s’explique par d’autres raisons. Selon Daniel Bravo, elle est historique. La Province a toujours détesté le club de la capitale. Pour d’autres, la provenance des fonds gênent une partie des Français. Ils ont l’impression que le PSG perd petit à petit son identité. Cette perte d’identité est renforcée par certains choix de l’actionnaire : changement de logo, volonté d’un stade plus grand, actionnaires et nouveaux joueurs qui n’apprennent pas forcément le français, nouveau centre d’entrainement…

Mais si le PSG n’est pas au premier rang dans le cœur des Français, il ne laisse jamais indifférent. Les stades sont toujours pleins quand l’équipe se déplace. Paris suscite la curiosité. Et pour Daniel Bravo, quand l’équipe commencera à réaliser quelques exploits européens, elle se rapprochera rapidement de l’OM au niveau de la popularité.

Derrière l’axe PLM, Saint-Etienne s’impose comme la 4ème force de Ligue 1

Si le PSG peut être déçu de cette non progression au niveau popularité, un autre club semble renaitre de ses cendres cette saison. Il s’agit de l’AS Saint-Etienne. Les Verts sont remontés au quatrième rang avec 7,1% des suffrages. Ils ne pointaient qu’à une petite 7ème place l’an dernier.

Cet engouement est très certainement dû à l’évolution sportive du club. Qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue et en course pour une qualification européenne en championnat, Sainté recommence à devenir un club qui compte en France. A chacun de ses déplacements, le club stéphanois attire du monde dans les stades.

Outre l’aspect sportif et un passé glorieux, Sainté possède une équipe qui séduit. Le jeu développé par les Verts attire de nombreux supporters. Et cette jeunesse semble autant sympathique en dehors des terrains de football. Dominique Rocheteau espère que cette ascension va perdurer. Il ne souhaite plus qu’on parle des Verts uniquement pour son passé.

Dominique Rocheteau popularité asse

Dominique Rocheteau peut avoir le sourire : depuis son arrivée l’ASSE se porte de mieux en mieux sportivement. Et cela se ressent sur le classement de popularité de Ligue 1.

Autre club avec un gros passé, le Stade de Reims, peut être déçu du classement. Malgré sa remontée cette saison, le club n’occupe que le treizième rang du classement de popularité. Ses exploits européens sont trop vieux pour surfer sur son histoire contrairement à Saint-Etienne. Mais le club n’a pas perdu toute ambition. Le président souhaite faire revenir le club champenois aux alentours de la 10ème place.

Enfin, les deux dernières places sont occupées par les deux clubs corses. Si ce n’est pas une surprise pour Ajaccio, c’est en revanche plus étonnant pour Bastia soutenu par une grosse ferveur populaire. Le panel a très certainement été sous-représenté en Corse.

A noter que 36% des sondés n’ont pas souhaité répondre.

[table id =34 /]

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer