Economie

Classement des résultats nets de Ligue 1 2012-13

En début de semaine, la LFP a publié le rapport des comptes individuels des clubs de Ligue 1 et Ligue 2 pour le dernier exercice 2012-13. L’occasion pour Ecofoot.fr de dresser le classement des résultats nets et de faire un constat global sur la santé financière de la Ligue 1.

D’après le rapport délivré par la DNCG et publié par la LFP, la Ligue 1 respire mieux financièrement. Alors que l’élite avait accusé un déficit net de plus de 60 millions d’euros en 2011-12 ; les vingt clubs ont divisé par trois leurs pertes en rendant des comptes négatifs de l’ordre de 17,5 millions d’euros. Des pertes qui devraient continuer à baisser pour 2013-14 où la DNCG a établi un déficit prévisionnel de 13,5 millions d’euros.

Parmi les 17 clubs comparables entre les exercices 2011-12 et 2012-13, seuls six clubs ont un bilan financier qui s’est dégradé. Pour certains clubs, les raisons de la dégradation du bilan s’expliquent par une performance sportive décevante (AS Nancy Lorraine, Stade Brestois, Stade Rennais). Concernant le LOSC, la dégradation des comptes s’explique par un bilan exceptionnel en 2011-12 avec notamment la comptabilisation de la vente d’Eden Hazard à Chelsea pour 40 millions d’euros.

Cette baisse du déficit global provient également des ajustements financiers opérés par les clubs ayant rendu des bilans problématiques en 2011-12. Ainsi, l’Olympique Lyonnais est parvenu à réduire ses pertes de manière importante entre les deux exercices : alors que l’OL accusait plus de 28 millions d’euros de déficit en 2011-12, celui-ci a été ramené à 19,8 millions d’euros lors de l’exercice 2012-13. Les Girondins de Bordeaux sont parvenus également à diviser par deux leurs pertes et l’OM est même parvenu à rétablir l’équilibre.

Ainsi, lors de l’exercice 2012-13, douze formations ont obtenu un bilan positif ou à l’équilibre alors qu’elles n’étaient que onze lors de l’exercice précédent. Montpellier mène largement le classement avec un profit de 9,7 millions d’euros. Le club montpelliérain a même réalisé un profit de 15,7 millions d’euros avant impôts. On peut alors regretter la non-prise de risque du club en matière de recrutement afin de mieux figurer en Ligue des Champions. Au lieu de cela, son excellent résultat financier a conduit le club à débourser plus de 6 millions d’euros d’impôts sur les sociétés.

L’ES Troyes AC possède également un excellent bilan en se classant en troisième position avec un profit de 3,2 millions d’euros. Une nouvelle fois, ce profit est regrettable compte tenu des résultats sportifs du club (descente en Ligue 2 à l’issue de la saison). Une politique de recrutement plus audacieuse avec un investissement financier plus conséquent aurait peut-être permis au club de se maintenir en Ligue 1.

Malgré ses efforts, l’Olympique Lyonnais affiche le plus mauvais bilan de Ligue 1 pour le troisième exercice consécutif. L’OL accuse encore un déficit de 19,8 millions d’euros. Le président du club, Jean-Michel Aulas, avait prévu le retour à l’équilibre pour la saison 2013-14. A la vue des derniers éléments financiers, cela ne sera toujours pas le cas à moins d’une grosse vente avant le 30 juin (le club devrait accuser un déficit d’exploitation tournant autour de 15 millions d’euros).

classement des résultats nets de Ligue 1 2013

La Ligue 1 a stabilisé les dépenses et augmenté les recettes

Ce meilleur résultat financier affiché par la Ligue 1 s’explique par un accroissement des recettes plus rapide que l’augmentation des dépenses. Le total des recettes hors transferts a progressé de 14% par rapport au dernier exercice pour atteindre près de 1,3 milliard d’euros. Les indemnités de transferts perçus par les clubs de Ligue 1 ont également progressé entre les deux exercices de 17% pour atteindre 168,5 millions d’euros. Pendant ce temps, les charges des clubs n’ont augmenté que de 8%. Les clubs ont été particulièrement vigilants à leur masse salariale avec une très faible progression de 2% par rapport à la saison dernière.

Si on analyse club par club la progression des revenus hors transferts – ce qui permet de mettre en évidence les efforts structurels de développement – le constat est moins positif. En effet, parmi les 17 clubs comparables entre les deux exercices analysés, 9 formations ont connu une baisse des revenus (dont l’OL et l’OM). Pour les deux olympiques, la non-participation à la Ligue des Champions lors de la saison 2012-13 a été préjudiciable sur les recettes.

En réalité, la hausse de 14% des revenus hors transferts des clubs de Ligue 1 est supportée par deux clubs. Il y a tout d’abord le PSG qui a connu une progression de 79,6% pour atteindre près de 400 millions d’euros. Cette envolée est due à l’intégration de son partenariat avec Qatar Tourism Authority évalué à près de 200 millions d’euros. Enfin, cette hausse est également supportée par le LOSC où son entrée dans le nouveau stade lui a permis d’accroitre significativement ses revenus de billetterie. Le club nordiste a alors connu une hausse de ses revenus hors transferts de 21,5% pour atteindre 97,3 millions d’euros. Malheureusement, cette hausse de revenus s’est accompagnée d’une augmentation importante de ses charges liées à l’intégration du nouveau stade (sécurité, entretien, changement de pelouse…).

classement revenus générés hors transferts 2012-13

Globalement, le bilan financier de la saison 2012-13 est bien meilleur que celui de l’exercice précédent. Si les clubs ont fait de réels efforts pour limiter l’augmentation de leurs charges, ils doivent poursuivre leurs travaux de manière intensive pour accroitre leurs revenus. La modernisation des enceintes ainsi que les nombreux nouveaux projets dans le domaine du sponsoring devraient favoriser cette croissance des recettes. Cependant, les clubs de Ligue 1 devront affronter lors des saisons 2014-15 et 2015-16 une baisse des revenus TV. Entre-temps, elle devra également s’acquitter de la nouvelle taxe exceptionnelle à 75%. L’équilibre financier est toujours fragile au sein de l’élite…

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer