Stratégie

Classement des taux de remplissage de Ligue 1 2013-14

Si la crise économique a persisté en cette année 2013, elle a peu touché les affluences de Ligue 1. En progression sur la phase aller 2013-14 par rapport à la saison dernière, les bonnes affluences affichées par la majorité des clubs de Ligue 1 sont le symbole d’une bonne santé du championnat de France. A travers les classements des taux de remplissage à domicile et à l’extérieur des 20 clubs de Ligue 1, Ecofoot.fr tente d’analyser les raisons de cette hausse…

A l’issue de cette phase aller du championnat de Ligue 1 édition 2013-14, les chiffres concernant les affluences sont bons. Le championnat enregistre une affluence moyenne de 21 027 spectateurs contre 18 908 spectateurs pour l’édition 2012-13 à la même époque. Cela représente une progression de 11,2%.

En affluence totale, les 20 stades de Ligue 1 ont reçu 3 910 929 spectateurs en 2013-14 contre 3 575 674 spectateurs en 2012-13 à la même époque. L’augmentation d’affluence totale est légèrement inférieure au taux de remplissage (+9,38 %) car moins de matchs ouverts au public y ont été disputés (report de ASSE-ETG ; huis clos pour les rencontres ASM-TFC ou encore ACA-SCB). Avec un prix unitaire estimé à 20€ le billet, cette augmentation d’affluence engendre tout de même un surplus de revenus estimé à 6,7 millions d’euros ! Il s’agit d’une excellente nouvelle pour un championnat qui s’inquiète sur ses revenus sponsoring ou encore des droits TV.

L’avancement des travaux de rénovation en vue de l’Euro 2016 explique cette hausse d’affluence

Le classement des taux de remplissage à domicile, accompagné des affluences moyennes, illustre clairement que les nouveaux stades donnent un nouvel élan à certains clubs. L’avancement des travaux du stade Geoffroy Guichard permet à l’ASSE de franchir à nouveau le cap des 30 000 spectateurs de moyenne et d’atteindre le podium de ce classement. Le Kop Nord a retrouvé sa tribune  ce qui favorise l’affluence moyenne du club. L’OM connait également une hausse de sa moyenne de 6 000 spectateurs par rapport à la saison dernière grâce aux avancements des travaux. Cependant, avec un taux de remplissage similaire (augmentation de la capacité du stade) à l’an dernier, le club phocéen perd tout de même une place au classement.

En plus de l’avancement des travaux de modernisation, l’inauguration des nouvelles enceintes encourage également cette hausse des affluences. L’OGC Nice en est la parfaite illustration avec une hausse d’affluence moyenne de l’ordre de 15 000 spectateurs entre l’édition 2012-13 et 2013-14 ! L’inauguration de l’Allianz Riviera est la seule explication à cette hausse soudaine car le club ne parvient pas à réitérer les performances sportives de la saison dernière.

allianz riviera

Depuis l’inauguration de son nouveau stade, l’Allianz Riviera, l’OGCN a augmenté son affluence moyenne de 15 000 spectateurs !

Deux déceptions sont rapidement décelables à la lecture de ce classement. Il s’agit tout d’abord des Girondins de Bordeaux. Le club aquitain pointe à une inquiétante 18ème place avec un taux de remplissage de 56,3% alors que le club occupe une brillante 4ème place. Le club possède à peu près la même affluence moyenne que la saison dernière alors que les résultats sportifs sont meilleurs. Le club bordelais ne colle pas à la tendance globale de la Ligue 1. Un nouveau stade est en chantier du côté de Bordeaux pour la réception de l’Euro 2016. Cela devrait aider le club à connaitre un nouveau souffle. Enfin l’AS Monaco n’arrive toujours pas à faire le plein à Louis II, malgré de gros investissements consentis par son actionnaire. L’affluence moyenne y est similaire à ses précédentes saisons en Ligue 1.

[table id =66 /]

Les gros budgets de Ligue 1 attirent les foules à l’extérieur

En analysant les taux de remplissage à l’extérieur, un autre phénomène explique la hausse des affluences moyennes : le pouvoir d’attraction de deux des trois promus. En effet, si l’ASM possède un taux de remplissage faible à domicile ; le club de la Principauté attire les foules à l’extérieur avec le deuxième taux de l’Hexagone (87,9%). Les stars du club associés à un supportariat disséminé aux quatre coins de la France permettent à l’ASM de faire bonne figure. De même, le FC Nantes, autre promu, occupe une belle cinquième place avec un taux de remplissage de l’ordre de 76%. Le club canari profite de son aura historique pour séduire les foules en déplacement.

Sans surprise, aux quatre premières places de ce classement, nous retrouvons les quatre plus gros budgets de Ligue 1. Depuis sa somptueuse double opposition face au FC Barcelone l’an dernier, le PSG a séduit toute l’Hexagone et le club parisien possède la plus grosse affluence moyenne à l’extérieur. La foule n’hésite plus à se déplacer au stade pour venir observer les stars du PSG. Monaco, Marseille et Lyon suivent le club parisien.

Enfin, la grosse déception de ce classement des taux de remplissage à l’extérieur concerne l’AS Saint-Etienne. Habitué au top 5 lors des dernières saisons, le club forézien traine à une peu glorieuse 16ème place avec un taux de remplissage de 64,4%. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. Les graves incidents survenus à Nice en novembre dernier ont provoqué une interdiction de déplacement des supporters Verts, véritable tradition au sein du club. De plus, l’image de supporters violents renvoyés par ces incidents ont découragé le déplacement dans les stades d’un public familial qui venait traditionnellement voir l’ASSE. Enfin, les Verts ont affronté quelques gros morceaux en pleine semaine ce qui ne favorise pas le taux de remplissage (OM, Stade Rennais). Nul doute que le club va améliorer ce classement en seconde partie de saison avec quelques déplacements intéressants notamment à Lyon, Nantes ou encore Paris.

[table id =65 /]

Globalement, les responsables de billetterie des différents clubs de Ligue 1 peuvent être satisfaits de cette première moitié de saison. Seul bémol : les différents clubs (hormis le PSG) n’ont pu réellement augmenter leur politique tarifaire en matière de billets à cause de la crise. Même les clubs possédant de nouveaux stades (LOSC, OGCN) n’ont pas augmenté leurs prix. Ils ont privilégié la maximisation de leur taux de remplissage (effet volume) plutôt qu’une hausse du prix moyen. Mais si les hausses d’affluences poursuivent leurs progressions et se rapprochent des taux de remplissage des voisins Anglais et Allemands (supérieurs à 90%), il ne fait pas de doute que les clubs envisageront une hausse des grilles tarifaires… Le PSG montre la voie.

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer