Economie

Les clubs russes ne peuvent plus recruter de joueurs turcs

En raison de tensions diplomatiques existant entre les deux pays, le gouvernement russe a ordonné à ses clubs professionnels de ne pas recruter de joueurs de nationalité turque durant la prochaine fenêtre des transferts. Explications…

Le ministre russe des sports, Vitaly Mutko, qui combine également la casquette de président de la fédération russe de football, a indiqué à l’agence de presse R-Sport que les clubs professionnels du championnat de Russie avaient pour ordre de ne pas recruter de joueurs de nationalité turque au cours de la prochaine fenêtre des transferts. « Aucun club n’aura la possibilité de recruter un joueur turc durant la prochain mercato hivernal » a alors indiqué Vitaly Mutko.

Un courrier a déjà été envoyé à l’ensemble des directions des clubs professionnels russes de football. Cette annonce faite suite aux sanctions économiques prononcées par l’admiration russe à l’encontre de la Turquie. Les relations diplomatiques entre les deux pays se sont considérablement refroidies la semaine dernière en raison de l’abattement d’un avion russe par l’armée turque. La violation de son espace aérien a été la raison évoquée par la Turquie pour justifier une telle action. Des relations diplomatiques qui n’étaient déjà pas au beau fixe depuis plusieurs mois entre les deux pays en raison d’importantes divergences au sujet du conflit syrien.

La situation diplomatique tendue engendre ainsi des conséquences importantes pour les clubs de football de Russie. Néanmoins, Vitaly Mutko a tenu à rassurer les clubs possédant actuellement des joueurs de nationalité turque dans leur effectif. « Tout joueur possédant un contrat pourra continuer à exercice son activité » a ainsi indiqué le président de la fédération russe de football. Ainsi, le milieu de terrain Gokdeniz Karadeniz pourra continuer à évoluer pour le Rubin Kazan lors des semaines à venir.

Vitaly Mutko a également indiqué que les sanctions économiques prises à l’encontre de la Turquie ne remettaient pas en cause les contrats signés avec des entreprises turques du BTP au sujet des travaux liés à l’organisation du Mondial 2018. En revanche, il a ouvertement conseillé aux clubs russes d’annuler leurs stages de préparation en Turquie au cours de la prochaine période hivernale. Destination privilégiée des clubs turcs lors de la trêve de décembre/janvier, les clubs devront donc trouver de nouveaux camps de base pour parfaire leur préparation. Les clubs du Lokomotiv Moscou, du Spartak Moscou, du FC Krasnodar et du Kuban Krasnodar ont déjà indiqué qu’ils suivraient les recommandations de leur gouvernement en annulant leur périple turc.

Enfin, Mutko a conclu son intervention en indiquant que les sanctions prises à l’encontre de la Turquie ne génèreraient aucun impact sur le calendrier des fédérations internationales sportives. Ainsi, en cas de rencontres face à des formations turques lors des compétitions continentales, les clubs russes seraient alors autorisés à se rendre en Turquie. Néanmoins, Mutko recommande aux athlètes russes de renforcer leur sécurité lors de déplacements en Turquie.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 


Source photo à la Une : © FC Rubin (Facebook)

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez11
Partagez1

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer