Economie

Comment le club de VAFC a-t-il été sauvé financièrement ?

Placé en cessation de paiement début juillet suite aux problèmes financiers rencontrés, le club de Valenciennes FC est parvenu à sauver une place en Ligue 2 qui semblait très compromise. Un groupe d’actionnaires, mené par l’homme politique Jean-Louis Borloo est parvenu à sauver le club de la faillite. Mais comment s’est déroulée cette opération délicate ? Ecofoot.fr tente de rentrer dans les détails de cette opération sauvetage…

Désespéré début juillet, Jean-Raymond Legrand a poussé un énorme soupir de soulagement lors de la réintroduction du club en Ligue 2 par la commission d’appel de la DNCG le 11 juillet dernier. Même si ce dernier a perdu une bonne partie de sa fortune personnelle (une somme comprise entre 5 et 10M€), il est parvenu à sauver le club en cédant ses parts à un nouveau groupe d’investisseurs.

Pourtant, la situation financière était très préoccupante à l’issue de la saison 2013-14. Outre la relégation sportive en Ligue 2, le club accusait une perte pour l’exercice estimée à 6,5 M€. Un déficit important combiné à une relégation à l’échelon inférieur qui conduit à une contraction des revenus de l’ordre de 13 millions d’euros.

Face à cette situation financière préoccupante, le Crédit Agricole avait refusé d’accorder un nouvel emprunt à l’ancienne équipe dirigeante afin de payer les salaires de fin de saison. Le club de VAFC possédait déjà une dette à hauteur de 6,5 M€ envers l’établissement financier. Cette situation a conduit le désormais ex-président Jean-Raymond Legrand a lancé une procédure de redressement judiciaire fin juin.

Diable Rouge Holding a sauvé le club de la faillite

Devant l’acharnement de Jean-Raymond Legrand afin de trouver une solution, ce dernier est parvenu à convaincre un groupe d’investisseurs début juillet de reprendre le club. Le groupe Diable Rouge Holding a accepté d’acquérir 63% des parts du club détenus par Jean-Raymond Legrand en échange d’une première promesse d’investissement immédiat dans le club de l’ordre de 2,6 millions d’euros (montant permettant au VAFC de redémarrer en Ligue 2). La société a versé un euro symbolique à Jean-Raymond Legrand pour acquérir les parts du club.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • jean raymond legrand

    Jean-Raymond Legrand a accepté de céder ses parts contre 1 € symbolique pour sauver la place de VAFC en Ligue 2.

    Cette holding, qui permet au VAFC de repartir en Ligue 2, est composée de sociétés et d’hommes d’influence locaux. Diable Rouge Holding réunit les sociétés de recyclage GDE et SEOS ainsi que les hommes d’influence Jean-Louis Borloo (ex-président de la formation politique UDI), Eddy Zdziech  (PDG de l’entreprise sidérurgique TSR) et Guy Iacazio (homme d’affaires détenant tous les McDonalds de Valenciennes). Cette holding détient désormais 70% des parts du club : 63% des parts rachetés à l’ancien dirigeant Jean-Raymond Legrand et 7% anciennement détenus par OSEOS.

    Le groupe a réalisé début juillet un premier versement net de 2,1 M€ pour rassurer la DNCG quant à la solidité du dossier. 500 000 € vont être débloqués dans les jours à venir pour solidifier les comptes du club. Dans ce plan de financement, l’entreprise GDE aurait versé 1 M€. Et s’il refuse de confirmer le chiffre, Jean-Louis Borloo aurait investi 500 000 € de sa fortune personnelle pour aider son club de cœur. Enfin, la holding n’exclut pas l’arrivée de nouveaux investisseurs permettant de renflouer un peu plus les caisses du club.

    D’autres acteurs locaux ont effectué des efforts financiers pour sauver le club de VAFC

    Cependant, l’investissement de Diable Rouge Holding ne suffit pas à lui seul pour combler le passif de VAFC. D’autres acteurs locaux ont alors rempli leur rôle pour sauver le club du dépôt de bilan. C’est notamment le cas de Valenciennes Métropole qui s’est engagé à racheter le centre d’entrainement du club contre un chèque de 6,5 M€. Cette rentrée d’argent a notamment permis de rembourser 4,9M€ d’emprunt au Crédit Agricole. L’établissement bancaire a également abandonné 1,6 M€ de créances. Ainsi, le club de VAFC a soldé toutes ses dettes envers cet établissement.

    D’autres créanciers du club ont été conciliants envers VAFC. C’est notamment le cas de la société Dupont Restauration, qui gère l’ensemble des friteries et autres buvettes au sein du stade du Hainaut. La société a accepté de convertir sa créance en participation dans le capital social du club. Enfin, l’exploitant du stade Vert Marine a également accepté de négocier un nouvel échéancier concernant les loyers impayés du club.

    Outre ces négociations, la nouvelle direction devrait également enregistrer de nouvelles rentrées d’argent de la part des acteurs locaux. La ville de Valenciennes s’est engagée à rétrocéder au club la taxe foncière payée par l’agglomération au sujet du stade du Hainaut. Ainsi, VAFC percevra 300 000 € par saison durant trois ans.

    Enfin, la nouvelle direction devra également restructurer les finances du club afin d’affronter sereinement la baisse de revenus provoquée par la descente en Ligue 2. Pour cela, le club a déjà enregistré de nombreux départs de gros salaires. Douze joueurs étaient en fin de contrat et les principales valeurs marchandes sont cédées (Lindsay Rose, Maor Melikson, Arthur Masuaku…). Des transferts qui permettent au club de faire rentrer de l’argent frais pouvant être investi dans la construction du nouvel effectif de Ligue 2.

    Google Plus

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer