Stratégie

Pourquoi le championnat néerlandais perd-il en compétitivité?

Ecofoot.fr s’est intéressé cette semaine à la compétitivité du championnat néerlandais d’Eredivisie. A travers différentes analyses, dont celle des budgets, Ecofoot.fr a mis en lumière les problèmes dont souffre le championnat néerlandais.

Aujourd’hui en France, seuls les nostalgiques du grand Ajax Amsterdam des années 90 suivent encore le championnat néerlandais diffusé sur MCS. L’analyse des résultats européens témoigne d’une lente dégradation du niveau d’un championnat pourtant considéré comme majeur il y a quelques années. En effet, le dernier club à avoir franchi la phase de poules de la Ligue des Champions est le PSV Eindhoven lors de l’édition 2006-07. Cette année-là, le champion des Pays-Bas avait réussi à atteindre les quarts de finale de la C1.

En C3, les résultats sont légèrement plus réjouissants avec la participation de l’AZ Alkmaar en quart de finale lors de l’édition 2011-12. Cette année, l’Ajax Amsterdam et l’AZ Alkmaar sont toujours engagés dans la compétition. Mais la plus grande chance néerlandaise, l’Ajax, s’est inclinée lourdement 3-0 sur sa pelouse face au club autrichien du Red Bull Salzbourg en 16ème de finale aller. Conséquence de ces mauvaises performances européennes : l’indice UEFA de l’Eredivisie a plongé au neuvième rang à l’issue de la saison 2012-13, derrière les championnats russe et ukrainien.

indice uefa eredivisie

Les Pays-Bas ont abordé la saison 2013-14 au neuvième rang de l’indice UEFA. Le grand rival belge se rapproche en progressant au onzième rang.

Le classement des budgets des clubs engagés en Eredivisie lors de cette édition 2013-14 permet de comprendre partiellement les mauvais résultats sportifs des clubs néerlandais. En effet, le leader de ce classement, l’Ajax Amsterdam, possède un budget estimé à 65 millions d’euros. Cette somme placerait le club amstellodamois en 6ème position en Ligue 1, entre le LOSC (75 millions d’euros) et les Girondins de Bordeaux (58 millions d’euros). Or ces deux clubs ne réalisent pas de meilleurs performances que l’Ajax Amsterdam en compétition européenne ces dernières années.

Derrière l’Ajax Amsterdam figure le PSV Eindhoven avec un budget de 62 millions d’euros. Le FC Twente complète ce podium avec un budget estimé à 46 millions d’euros. Enfin, 10 clubs parmi les 18 équipes participant au championnat néerlandais, possèdent un budget inférieur au dernier de Ligue 1 qui est l’AC Ajaccio avec 20 millions d’euros.

[table id=99 /]

Les clubs d’Eredivisie bénéficient de petits revenus en provenance des droits TV

Outre les petits budgets affichés par les clubs néerlandais ; ils ne progressent plus depuis plusieurs années. En effet, la somme des budgets des 18 clubs d’Eredivisie représentait 408,2 millions d’euros en 2009-10. Cette saison, le total des budgets ne représente plus que 399,5 millions d’euros, soit une baisse de 2,1% en 4 ans. L’an dernier encore, l’addition des 18 budgets représentait 401,2 millions d’euros.

Le faible montant des budgets s’explique par des droits TV dérisoires par rapport aux autres championnats majeurs européens. En 2002, les droits TV de l’Eredivisie représentaient 40 millions d’euros. A la même époque, les revenus étaient de 104 millions d’euros en Serie A, 226 millions d’euros en Liga, 278 millions d’euros en Bundesliga, 393 millions d’euros en Ligue 1 ou encore 445 millions d’euros en Premier League. Le championnat néerlandais accusait déjà un retard conséquent. En plus de cela, les droits TV néerlandais n’ont progressé que de 100% entre 2002 et 2013 alors que la croissance a été beaucoup plus vigoureuse en Angleterre, Italie, Espagne ou encore Allemagne.

Ainsi, l’Eredivisie perçoit désormais un montant de 80 millions d’euros par saison de ressources télévisuelles. C’est le résultat d’un accord signé entre le groupe Fox détenu par le milliardaire Australien  Rupert Murdoch, entrant en vigueur à partir de la saison 2013-14 et conclu pour une durée de 12 ans.

Les grands clubs néerlandais perçoivent alors un montant maximum de 8 millions d’euros par an à titre de droits TV de l’Eredivisie alors que les petits clubs ne reçoivent qu’un montant se situant entre 1,5 et 1 million d’euros. Les sommes paraissent dérisoires par rapport à la Ligue 1 où les meilleurs clubs perçoivent près de 50 millions d’euros et les formations fermant la marche recevant tout de même près de 15 millions d’euros.

Le faible montant des droits TV peut-il être compensé par d’autres sources de revenus ?

Dans un contexte de crise économique européenne importante, les clubs néerlandais ne peuvent compter sur des revenus de sponsoring pour compenser la faiblesse des droits TV. Le marché domestique est atone et les grands clubs du pays peuvent difficilement compter sur l’arrivée de capitaux en provenance des marchés émergents à cause de résultats sportifs défaillants sur la scène européenne depuis déjà de nombreuses années. L’Ajax Amsterdam tente tout de même une percée au sein du marché asiatique : le club a investi des ressources dans le développement de sa marque au sein des réseaux sociaux chinois et elle est parvenue à attirer comme sponsor le manufacturier de pneus Cheng Shin Tire qui lui verse annuellement 500 000 $.

Si les clubs néerlandais ne peuvent pour le moment compter sur une augmentation exponentielle de leurs revenus de sponsoring, en revanche, ils peuvent s’appuyer sur de solides revenus de billetterie. Le taux de remplissage moyen du championnat excède 85% et les gros clubs dépassent la barre des 90%. Ainsi, l’Ajax Amsterdam possède un taux de remplissage de 96,1%. Il est également très élevé pour le PSV Eindhoven (93,3%) ou encore le FC Twente (98,6%). En moyenne, l’Ajax perçoit un revenu de billetterie de 17 millions d’euros par saison. Cela constitue plus de 25% de son budget. Les revenus de billetterie pourraient être optimisés en augmentant la capacité de nombreux stades néerlandais. Dans cette optique, les Pays-Bas avaient présenté une candidature commune avec la Belgique pour organiser le Mondial 2018. Une obtention qui aurait débloqué des fonds permettant de moderniser les stades. Malheureusement pour l’Eredivisie, le Mondial a été attribué à la Russie dont le championnat est passé devant à l’indice UEFA…

[table id=100 /]

Des solutions ont été envisagées pour optimiser les droits TV

Outre les tentatives de développement des autres sources de revenus, les différents clubs néerlandais ont également réfléchi à d’autres solutions pour remédier à leurs faibles droits TV. Ces derniers ont un temps envisagé la création d’une Super Ligue rassemblant les meilleurs clubs belges et néerlandais. Cette initiative a suscité l’intérêt des meilleurs éléments belges et néerlandais mais elle n’a jamais fait l’unanimité dans les deux pays. De plus, avec l’arrivée de Ruppert Murdoch sur le marché des droits TV de l’Eredivisie, cette alternative n’est plus d’actualité.

Aujourd’hui, les clubs néerlandais réfléchissent à une réduction du nombre d’équipes au sein de l’Eredivisie. Les grands clubs du pays souhaiteraient imiter le modèle écossais et arriver à un championnat à 14 ou 12 formations, relativement fermé avec une seule formation reléguée par saison. Un modèle qui a l’avantage de présenter un calendrier allégé, permettant aux clubs concernés de se concentrer d’avantage sur les compétitions européennes tout en resserrant le niveau du championnat. Ce modèle permet mathématiquement d’augmenter la part des droits TV perçus par chaque formation. Une idée qui ne fait pas vraiment plaisir aux petites formations qui tiennent à défendre chèrement leur place au sein de l’élite néerlandaise.

Le modèle néerlandais devra évoluer dans les années à venir afin de retrouver de la compétitivité. Malgré un modèle de formation qui fonctionne toujours, les clubs sont obligés de vendre leurs meilleurs éléments afin de boucler leur budget. Excepté la billetterie, les perspectives de revenus additionnels sur le marché national ne paraissent pas importantes. Le championnat va devoir alors se vendre à l’international afin que les clubs maximisent leurs revenus TV, sponsoring et merchandising. Mais pour cela, il sera nécessaire qu’un ou deux grands clubs parviennent à réaliser quelques exploits sur la scène européenne. Le retour du championnat des Pays-Bas au premier plan n’est pas pour tout de suite…

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer