Stratégie

Le continent africain, principale zone de croissance économique du football mondial ?

Alors que de nombreux clubs européens ont mis en place des stratégies pour tenter de pénétrer le marché asiatique, la Coupe du Monde 2014 au Brésil révèle un taux d’intérêt record du continent africain envers le ballon rond. Et si demain, l’Afrique représentait la principale source de croissance économique pour le football mondial ? La question mérite d’être soulevée…

Avant le début de la compétition, l’agence d’études de marketing sportif Repucom avait mené une enquête permettant de définir précisément le supporter de football et d’évaluer un niveau d’intérêt par zone géographique. A la surprise générale, le continent africain présentait le meilleur taux d’intérêt envers le football (76%), dominant largement le sous-continent sud-américain (69%) ou encore l’Europe (57%), berceau du football mondial.

Au classement par pays, le Nigéria domine le classement avec un taux d’intérêt évalué à 83%. Au sein du top 10, le géant d’Afrique (premier PIB et population d’Afrique) est accompagné de l’Egypte (huitième rang avec 69%). L’Afrique du sud occupe également un bon classement avec un taux d’intérêt de 66%. Toujours selon l’étude de Repucom, 88% des Egyptiens donnent le football comme sport préféré à regarder à la télévision. L’Egypte occupe la tête de ce classement devant… le Nigéria avec un score de 85%.

Le lien entre le continent africain et le football ne s’exprime pas qu’en termes d’intérêt. Le continent va plus loin avec un taux de pratique du sport important dans de nombreux pays. Ainsi, le Nigéria est le pays qui possède le plus fort taux de pratique du football au monde : 65% de sa population avoue pratiquer le football au moins une fois par semaine. Sur ce critère, le Nigéria est suivi de l’Egypte (50%) et l’Afrique du Sud (45%). La première nation non-africaine est la Thaïlande avec 41%.

L’intérêt du continent africain pour la Coupe du Monde 2014 est impressionnant

L’étude menée par Repucom n’est pas la seule à mettre en valeur l’intérêt du continent africain pour le football. D’autres enquêtes, couvrant le début du Mondial 2014, confirment l’intérêt porté par l’Afrique sur la compétition. L’agence digitale, We Are Sociale, a mené une enquête sur le volume additionnel de tweets enregistré au sein des pays participant à la Coupe du Monde à l’issue de la première journée de la phase de poules. Une nouvelle fois, les pays africains dominent le classement : le Ghana se situe en tête avec une hausse du volume de tweets de 166% lors de l’opposition de son équipe nationale face aux Etats-Unis par rapport à la moyenne enregistrée entre le 1er mars et le 30 mai au sein du pays. Sur ce critère, le Ghana devance la Cote d’Ivoire avec une hausse d’activités de 93%. A contrario, lors de sa victoire contre le Ghana, les Etats-Unis n’ont enregistré qu’un surplus de tweets de 7%.

étude we are social

Cette faible hausse du côté des Etats-Unis s’explique par un taux de pénétration important de Twitter au sein de la population américaine. Ainsi, le déroulement de la Coupe du Monde au Brésil constitue une opportunité importante pour les différentes plateformes de pénétrer de nouveaux marchés. Twitter et Facebook l’ont bien compris en mettant en place des dispositifs dédiés permettant de suivre les rencontres facilement. Des dispositifs qui devraient favoriser l’expansion de leurs usages au sein du continent africain.

Outre les réseaux sociaux, l’intérêt de l’Afrique pour la coupe du monde est également perceptible au sein des audiences TV. En ce début de compétition, l’institut Geopoll a mené une étude auprès de différents pays africains dont le Ghana et le Nigéria. Lors de la rencontre opposant le Nigéria à l’Iran, 17,5 millions d’adultes nigérians ont suivi la retransmission en direct. Cela représente un cinquième de la population adulte du pays. Ce chiffre est considérable, surtout quand on le compare au taux de pénétration de la télévision : seul un quart des foyers de la région possède un téléviseur.

Au Ghana, les chiffres sont moins impressionnants pour la retransmission du match de l’équipe nationale face aux Etats-Unis. Seulement 2,2 millions de Ghanéens ont suivi la rencontre. Mais cette relative faible audience s’explique par l’heure tardive du match. En effet, 3,5 millions de Ghanéens ont suivi le match d’ouverture opposant le Brésil à la Croatie et en moyenne, les audiences se situent aux alentours de 2,4 millions de téléspectateurs par match sur les cinq premiers jours de compétition.

Cet enthousiasme suscité par le football au sein du continent africain pourrait à l’avenir attiser l’appétit des clubs européens, cherchant à mondialiser leur marque afin de développer leurs revenus. Aujourd’hui, les clubs leaders en matière d’internationalisation, évoluant majoritairement dans le championnat de Premier League, pensent avant tout à conquérir les marchés asiatiques ou nord-américains. Les synergies potentielles avec la MLS et le développement économique de l’Asie du Sud-Est attisent prioritairement l’appétit des clubs européens. Cependant, l’Afrique pourrait constituer une nouvelle zone de croissance économique pour le football mondial. La France surveille l’éveil du continent africain de près : la LFP a notamment organisé l’an dernier le trophée des champions à Libreville au Gabon…

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer