Stratégie

La Coupe du Monde 2026 se déroulera-t-elle en Amérique du Nord ?

Alors que les désignations des Mondiaux 2018 et 2022 sont entachées de soupçons de corruption, la FIFA doit actuellement affronter les assauts des patrons d’organisations régionales pour l’organisation des Coupes du Monde 2026 et 2030. Une tâche qui s’annonce ardue pour la FIFA. Explications…

Jeffrey Webb, patron de la CONCACAF – Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes – a dernièrement défrayé la chronique au cours de la présentation officielle du groupe bancaire canadien Scotiabank comme partenaire de la confédération. Au cours de la présentation, Jeffrey Webb a alors annoncé à l’auditoire que le Mondial 2026 sera organisé sur le sol nord-américain, par l’un des trois pays majeurs de la région.

Bien évidemment, lors de son intervention, Jeffrey Webb faisait alors référence au Mexique, au Canada et aux Etats-Unis. Une affirmation qui a soulevé une légère polémique alors que la FIFA est actuellement critiquée pour la non publication du rapport Garcia au sujet des désignations des pays hôtes du Mondial 2018 et 2022. Plus tard, Jeffrey Webb reviendra sur sa déclaration en précisant que son affirmation était uniquement basée sur le processus de rotation des continents instauré par la FIFA depuis le début des années 2000.

Pour le moment, dans la région, seul le Mexique s’est officiellement positionné en faveur de l’accueil du Mondial 2026. Le pays aimerait recevoir à nouveau cet événement sportif majeur 40 ans après sa dernière organisation (1986). « Le Mexique a été un très bon organisateur en 1970 et 1986. Nous voulons donc à nouveau la Coupe du monde chez nous. Les infrastructures se développent dans notre pays et nous sommes capables de répondre aux exigences de la Fifa. Nous allons nous battre pour cette Coupe du monde » a ainsi dernièrement déclaré Justino Compean, président de la Fédération Mexicaine.

Du côté des Etats-Unis, le président de la fédération Sunil Gulati ne s’est pas encore positionné sur une candidature officielle de son pays pour 2026. Après deux échecs essuyés en 2018 et 2022, le président de la Fédération Américaine (USSF) souhaite au préalable des réformes dans le processus de désignation du pays hôte avant de se décider quant à la candidature de son pays. « Nous serons peut-être candidat. Mais nous ne serons pas candidats si les règles ne changent pas » a dernièrement affirmé le patron du soccer américain.

L’Amérique du Nord sera-t-elle doublée par l’Océanie ?

Sunil Gulati souhaite notamment mettre fin au vote secret des membres au sein du processus de désignation du pays hôte de la Coupe du Monde. Le président de la fédération américaine plaide également pour une prise en compte plus importante du dossier de candidature de chaque postulant. Enfin, ce dernier souhaite mettre fin à l’usage des cadeaux couramment offerts aux membres votant pour la désignation du pays hôte.

Sunil Gulati

Sunil Gulati, président de la fédération américaine, souhaite une refonte profonde du système de désignation pour éventuellement proposer une candidature des Etats-Unis pour 2026.

Si Jeffrey Webb revendique l’organisation du Mondial 2026 au titre de la rotation des continents, ce même principe pourrait contrarier les plans du président de la CONCACAF. En effet, pour le centenaire du Mondial qui aura lieu en 2030, la FIFA et de nombreuses fédérations envisageraient d’accorder l’organisation de la Coupe du Monde à un pays d’Amérique du Sud. Une volonté qui provoque déjà des tensions auprès des fédérations du Conmebol. La FIFA pourrait être réticente à organiser deux Mondiaux successifs sur le continent américain.

Pour le moment, hormis le Mexique, aucune autre fédération n’a affirmé catégoriquement sa volonté d’organiser le Mondial 2026. Le Maroc – un temps mentionné comme candidat potentiel à l’organisation de l’édition 2026 – a ruiné toutes ses perspectives lors de son refus d’organiser la CAN en février 2015. Néanmoins, le principal danger pour la CONCACAF pourrait provenir d’Océanie – continent n’ayant jamais accueilli l’événement – avec une candidature possible de l’Australie. Malgré les nombreux refus essuyés par la FIFA, le pays pourrait à nouveau tenter sa chance en 2026 avec de réelles perspectives de rafler la mise.

Malgré les polémiques concernant l’attribution du Mondial ou la prétendue dégradation du retour sur investissement concernant l’organisation de l’événement pour le pays hôte, les candidatures ne manquent pas au sujet de l’organisation des prochaines éditions de la Coupe du Monde. En revanche, la FIFA devra se montrer transparente dans l’organisation du vote : l’institution internationale sera étroitement surveillée après les scandales ayant éclaboussé les désignations 2018 et 2022.

coûts organisation coupe du monde

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer