Economie

Les critiques s’accumulent à l’encontre des actionnaires de l’ETG FC

En proie à des querelles actionnariales depuis désormais deux ans, la relégation de l’ETG FC a ravivé les tensions au sein de la structure haut-savoyarde. Certaines personnes navigant dans l’entourage du club au cours des dernières années ont pris la parole pour critiquer le duo Bakhtiar-Tumbach. Explications…

L’échec sportif de la saison 2014-15, conduisant à une relégation du club en Ligue 2, a ravivé certaines tensions du côté de l’ETG FC. Alors que la situation actionnariale du club haut-savoyard était réglée depuis le début d’année civile 2015 avec l’augmentation des parts du duo d’actionnaires majoritaires du club, Esfandiar Bakhtiar – Richard Tumbach, certaines personnalités cherchant lors des dernières années à acquérir le pouvoir décisionnel ont profité de la relégation en L2 de l’ETG FC pour prendre la parole.

C’est notamment le cas de Franck Riboud, patron de la multinationale Danone, qui a profité d’une conférence de presse autour du tournoi de golf, l’Evian Championship, pour revenir sur la situation de l’ETG FC. Ayant cessé ses activités de sponsoring de l’équipe professionnelle depuis un an suite à des désaccords avec les actionnaires majoritaires, le patron de Danone semble encore avoir une certaine amertume au sujet du club savoyard.

Ainsi, Franck Riboud a évoqué un véritable gâchis au sujet de l’actuelle situation de l’ETG FC, tout en faisant une allusion ironique sur la gestion du club. « Se débarrasser d’un sponsor qui pèse 23 milliards d’euros, c’est du jamais-vu dans l’histoire du sport » a ainsi lâché le PDG de Danone, en faisant bien évidemment référence au retrait des activités de Danone auprès de l’équipe professionnelle après avoir investi une vingtaine de millions d’euros.

Yves Bontaz reprend la parole

Au cours des derniers jours, Franck Riboud n’est pas la seule personnalité à avoir pris la parole au sujet de la situation difficile traversée par l’ETG FC. Yves Bontaz, propriétaire de la société Bontaz Centre et sponsor de l’ETG, a profité de la situation pour annoncer son désengagement auprès du club savoyard. Pourtant lié jusqu’à l’issue de la saison 2016-17 au club, Bontaz compte mener une action en justice afin de se désengager au plus tôt.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • yves bontaz

    Yves Bontaz veut rompre son contrat de sponsoring avec l’ETG FC

    Il s’agit, pour l’industriel savoyard, d’une manière de mettre la pression et de se venger de l’actuel duo d’actionnaires majoritaires. Cette rancœur date du début de saison 2014-15 quand Yves Bontaz souhaitait racheter l’ensemble des parts des petits actionnaires du club afin d’acquérir 35% du capital social de l’ETG FC. Une action qui a été freinée par le duo Bakhtiar-Tumbach, possédant la priorité pour le rachat des parts conformément aux statuts du club.

    En cas de départ de Bontaz Centre, l’ETG FC perdrait un revenu de l’ordre de 1,1 M€ par saison. Néanmoins, cela serait aussi un moyen d’obtenir le calme après plusieurs années de conflits actionnariaux qui ont nui à l’évolution du club.

    Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer