Marketing david beckham reconversion

Publié le 31 mars, 2016 | par Anthony Alyce

David Beckham : l’exemple d’une reconversion réussie ?

Alors qu’une retraite sportive peut parfois être synonyme de crise financière voire de faillite pour certains footballeurs ayant raté leur reconversion professionnelle ou investi dans de mauvais placements, David Beckham ne rencontre pas ce type de problème puisque l’icône britannique continue à percevoir de très importants émoluments dans sa nouvelle carrière de businessman. Explications…

Si les importants revenus des footballeurs professionnels – et notamment des principales stars de la discipline – sont souvent décriés par l’opinion publique, il est courant d’omettre les spécificités liées à la carrière d’un sportif de très haut niveau. Cette dernière exige une préparation en amont très jeune – pouvant parfois se faire au détriment des études – et s’achève généralement entre 30 et 40 ans. Le footballeur professionnel de très haut niveau subit alors une chute brutale de ses revenus et il doit effectuer les bons choix pour réussir sa reconversion professionnelle.

D’après une étude publiée en 2013 par l’association Xpro, regroupant des anciens joueurs de Premier League, et relayée par Bastien Drut et Richard Duhautois dans leur excellent ouvrage Sciences Sociales Football Club, 2 joueurs de Premier League sur 5 se retrouvent ruinés dans les 5 ans qui suivent leur retraite sportive ! Placements financiers hasardeux, hommes de confiance douteux, reconversion professionnelle désastreuse, dépression… les facteurs sont nombreux pour expliquer un si haut taux d’échec financier parmi les footballeurs du championnat anglais.

Néanmoins, ce type de mésaventure n’est pas prêt à arriver à l’ancien enfant chéri du football anglais, David Beckham. Malgré sa retraite sportive prise en 2013, l’ancien joueur de Manchester United, du Real Madrid ou encore des Los Angeles Galaxy aurait perçu des revenus à hauteur de 65 M$ lors de l’exercice 2015 d’après une étude menée par le magazine américain Forbes !

Cette somme colossale perçue par l’ancien footballeur anglais – le montant est même supérieur à ses revenus enregistrés lors de ses meilleures années sportives – est notamment due à l’exploitation de sa marque et à une reconversion extrêmement réussie en tant que businessman. Ainsi, le partenariat signé avec la firme de textile britannique Kent & Curwen rapporterait quelques 8 M$ par an à l’ancien international anglais plus des royalties directement perçus sur les produits étiquetés David Beckham. Le joueur réaliserait également d’excellentes affaires en Chine en ayant signé un partenariat commercial avec le réseau immobilier Luneng contre une rémunération estimée à 5 M$ par an. Enfin, le joueur entretient un nombre important d’engagements commerciaux liés à une notoriété toujours puissante malgré l’arrêt de sa carrière.

Cependant, malgré une somme amassée très importante, David Beckham ne se situe pas en tête des sportifs retraités générant les plus importants revenus au cours de l’exercice 2015. Toujours selon Forbes, le play-boy britannique est encore devancé par le King du sport-business, Michael Jordan. Alors que le basketteur a pris sa retraite en 2003, l’Américain a perçu 110 M$ de revenus au cours de l’année 2015 ! Bien évidemment, son partenariat avec Nike concernant la mise en vente d’une gamme de chaussures Jordan est à l’origine de l’essentiel des revenus de l’ancien basketteur. D’autant que les ventes de la gamme ont décollé de 14% aux Etats-Unis en 2015. Mais l’ancienne star des Chicago Bulls possède toujours de multiples engagements commerciaux avec notamment Hanes, Gatorade, Five Star Fragrances ou encore Upper Deck. La fortune de Jordan pèserait aujourd’hui 1,1 milliard de dollars ! De quoi faire rêver la quasi-intégralité des sportifs à la retraite…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © David Beckham (Facebook)


A propos du contributeur / de la contributrice

Spécialiste des problématiques sport-business, j'interviens régulièrement pour différents médias sur des sujets liés à l'économie du football. Entrepreneur & Fondateur d'Ecofoot.fr



Comments are closed.

Back to Top ↑