Economie

Quels sont les arguments de la Liga pour défendre le TPO ?

Alors que la FIFA compte mettre fin à la tierce propriété dans le football (TPO) à partir de cette année, certaines ligues professionnelles de football souhaitent empêcher une telle mesure. La Ligue espagnole est prête à mener le combat pour faire reculer la FIFA sur ce sujet. Explications…

La fin de la tierce propriété est le dernier combat mené par Sepp Blatter avant sa probable réélection à la tête de la FIFA en mai prochain. Ainsi, la FIFA a décidé tout simplement d’interdire une pratique qui permettait à des fonds d’investissements d’acquérir une partie des droits de certains joueurs alors sous-contrat avec un club professionnel. Bénéficiant de l’appui de l’UEFA, cette pratique sera bannie du football professionnel mondial à compter du mois de mai 2015.

Néanmoins, certaines ligues professionnelles adeptes de cette pratique ont décidé de combattre cette décision prise par l’institution internationale. Ainsi, la direction de la Liga BBVA a décidé de porter la décision de la FIFA devant les juridictions européennes. Javier Tebas, patron de la LFP espagnole, estime que la mesure édictée par la FIFA à l’encontre de la tierce propriété va à l’encontre du droit communautaire européen, notamment en matière de libre circulation des capitaux. La LFP espagnole estime également que cette décision est contraire aux réglementations de certains Etats, notamment au Brésil ou encore en Argentine, deux pays au sein desquels la tierce propriété est couramment exercée.

La Liga réfute l’argument du conflit d’intérêt accentué via les fonds d’investissements

Outre la voie judiciaire empruntée par les dirigeants de la LFP espagnole, ces derniers comptent également rouvrir les discussions avec le comité exécutif de la FIFA afin de revoir cette interdiction. Pour réengager les discussions à ce sujet, la Liga s’appuie sur des rapports émis la par la FIFA elle-même qui ne préconisait pas l’interdiction formelle du TPO.

Pour les dirigeants du football espagnol, l’autorisation de la tierce propriété est indispensable pour maintenir le niveau de compétitivité de nombreux clubs professionnels du pays. Selon la LFP, l’Atletico Madrid n’aurait pu remporter la Liga tout en accédant à la finale de la Ligue des Champions 2014 sans avoir recours au TPO afin d’enrôler des joueurs se situant au-dessus de sa capacité d’investissements.

falcao fonds d'investissements

Grâce à ses relations privilégiées avec le fonds d’investissements Doyen Sports, l’Atletico Madrid a pu recruter de nombreuses stars au cours des dernières années dont Falcao.

Les dirigeants de la Liga n’hésitent pas à réfuter certains arguments exprimés par la FIFA permettant de justifier l’interdiction de la pratique de la tierce propriété. Ils dénoncent notamment l’augmentation des risques de conflits d’intérêts au sein du football mondial. Selon les dirigeants espagnols, la possibilité pour un actionnaire d’investir dans plusieurs clubs ou encore le non-encadrement des prêts de joueurs constituent des menaces plus dangereuses pour l’intégrité des compétitions. De plus, la dérégulation prônée par la FIFA concernant la profession d’agents va à l’encontre de la mesure prise au sujet du système TPO.

Si la Liga attaque frontalement l’argument des conflits d’intérêts, en revanche, la LFP espagnole n’aborde pas les problèmes liés à l’évasion fiscale ou encore la bulle spéculative entretenue par la tierce propriété concernant le marché des transferts. En revanche, les dirigeants du football espagnol estiment qu’une interdiction pure et dure entraînera la mise en place de systèmes crapuleux et hors de contrôle permettant de contourner l’interdiction.

Que propose la Liga BBVA en matière de tierce propriété ?

Au lieu de pratiquer une interdiction ferme de la tierce propriété, la Liga propose un encadrement de cette activité avec des règles strictes permettant de limiter les risques. Ainsi, la ligue espagnole propose d’instaurer un pourcentage maximum qu’un fonds d’investissements pourrait acquérir auprès des droits d’un joueur. Elle souhaite également une limitation du nombre de joueurs par club auprès desquels un fonds d’investissements pourra travailler. Enfin, la Liga souhaite également la mise en place d’une réglementation renforçant les droits du club et du joueur par rapport aux fonds d’investissements afin que ces derniers ne puissent pas forcer certaines transactions.

Dans son combat, la Liga est actuellement soutenue par la ligue portugaise et quelques dirigeants de ligues sud-américaines. A l’inverse, la France et le Royaume-Uni, qui ont interdit la pratique de la tierce propriété dans leurs championnats, approuvent la décision prise par la FIFA. L’interdiction de la tierce propriété pourrait néanmoins connaitre de nombreux rebondissements au cours des prochains mois…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez5
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer