Stratégie

Dix-huit dirigeants de Ligue 1 démissionnent de l’UCPF

Alors que les patrons de Ligue 1 évoquaient cette piste sérieusement depuis le début de l’été, ces derniers ont décidé de passer à l’action en soumettant collectivement leur démission de l’Union des Clubs Professionnels de Football. Les dirigeants de Ligue 1 tentent un coup de force pour faire bouger la gouvernance du football professionnel français. Explications…

« On ne peut plus fonctionner sur un modèle qui date d’il y a 50 ans ». C’est en ces termes que Waldemar Kita, président du FC Nantes, justifie la démission collective de la quasi-totalité des clubs de Ligue 1 de l’UCPF lors d’une interview accordée au Parisien. Selon le dirigeant nantais, le modèle de gouvernance du football professionnel français n’est plus adapté avec « une Fédération qui peut tout remettre en cause à la fin ».

Bien évidemment, le conflit opposant la LFP et la FFF concernant la réforme du système de promotion/relégation entre la Ligue 2 et la Ligue 1 a déclenché ce mouvement de démissions collectives au sein des patrons de l’élite. Néanmoins, la scission entre les dirigeants de Ligue 1 et Ligue 2 couvait depuis déjà plusieurs mois et les tensions étaient dernièrement montées lors des réunions de l’UCPF ou encore de la LFP.

D’ailleurs, Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais et instigateur de la création de l’UCPF, avait déjà démissionné de l’institution fin juin. Si la remise en cause du système de promotion/relégation est un bon prétexte, le patron de l’OL plaide pour une nouvelle gouvernance du football professionnel français depuis déjà de nombreux mois. Ce dernier aimerait notamment créer une UCPF similaire au Board de la Premier League, indépendante des autres divisions du football français, regroupant uniquement les présidents de Ligue 1, et qui aurait à sa charge toutes les questions de développement économique du championnat dont la renégociation des droits TV.

Suite au départ de Jean-Michel Aulas, dix-sept autres dirigeants de L1 ont décidé d’imiter son initiative en présentant à leur tour leur démission. Clairement, les différents patrons vont désormais s’activer pour faire naître une nouvelle institution défendant désormais uniquement leurs intérêts. Néanmoins, dans un communiqué envoyé à l’AFP et signé par les principaux présidents de L1, les dirigeants ont tenu à rassurer tout le monde concernant le principe de solidarité financière envers la L2 et le football amateur. « La Ligue 1 ne souhaite pas avoir à remettre en cause les principes de solidarité y compris financière avec la Ligue 2 mais veut la liberté de mettre en place les réformes indispensables au développement de notre football pro français » précise ainsi le communiqué.

jean michel aulas bis

La quasi-totalité des dirigeants de Ligue 1 suivent la ligne de conduite prônée par Jean-Michel Aulas

Néanmoins, deux présidents de l’élite n’ont pas (encore) présenté leur démission. Sans surprise, le patron de l’EA Guingamp, Bertrand Desplat, ne s’est pas inscrit dans ce mouvement contestataire. Depuis le début des appels à la réforme de la gouvernance du football français, le patron de l’EA Guingamp est réticent à suivre la ligne de conduite prônée par Jean-Michel Aulas. Desplat préfère actuellement défendre les intérêts des clubs de Ligue 2 tout en se rangeant régulièrement derrière la position de Noël Le Graët,  patron de la FFF. En revanche, et de façon plus surprenante, le Stade Rennais a décidé également de maintenir pour le moment ses positions au sein de l’UCPF. Affaire à suivre…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer