Marketing

La direction du Rayo Vallecano subit les critiques de son entraîneur

En début de semaine, Paco Jemez, entraineur du Rayo Vallecano, a réalisé plusieurs sorties médiatiques à l’encontre de sa direction au sujet du pouvoir accordé aux partenaires commerciaux du club. Pour le moment, la direction du club madrilène n’a pas riposté aux critiques de son technicien. Explications…

Alors que la sortie médiatique de Marcelo Bielsa à l’encontre de Vincent Labrune avait agité toute la sphère footballistique en septembre dernier ; les critiques émises directement par un entraîneur envers sa direction ne sont pas exclusivement réservées au paysage footballistique français. Le technicien espagnol du Rayo Vallecano, Paco Jemez, n’a pas hésité en début de semaine à ouvertement critiquer sa direction.

Quelle est la raison du courroux du technicien du club madrilène ? Paco Jemez dénonce l’importance accordée au sponsor principal du club qui a orienté certains choix sportifs du club lors de l’intersaison 2015. En effet, afin de maintenir ses activités de sponsoring auprès du Rayo, l’entreprise chinoise Qbao a imposé quelques conditions à la direction du club.

En plus d’une tournée chinoise avec l’organisation d’une rencontre face à la Real Sociedad qui n’était pas du goût de Paco Jemez, le technicien espagnol s’est également vu imposer le recrutement d’un joueur chinois alors qu’il ne répondait pas aux critères sélectionnés par le technicien. En effet, le Rayo Vallecano a accueilli cet été le joueur international chinois Zhang Chengdong sous l’influence du sponsor Qbao.

Paco Jemez

Paco Jemez ne mâche pas ses mots pour dénoncer l’influence grandissante de Qbao dans l’environnement sportif du Rayo Vallecano

La sortie virulente du technicien espagnol ne facilitera pas l’intégration de Zhang Chengdong dans l’effectif madrilène. Pour le moment, ni la direction du Rayo Vallecano, ni celle de Qbao n’a souhaité commenter publiquement les critiques prononcées par Paco Jemez. Grâce à sa réputation de bon technicien acquis en Espagne, le poste de Paco Jemez ne devrait pas être menacé dans l’immédiat.

Ce n’est pas la première fois que la présence croissante des sponsors dans l’orientation des choix sportifs est critiquée. En Italie, à l’issue de la Coupe du Monde 2014, Puma a accepté de contribuer financièrement au salaire d’Antonio Conte afin de faciliter son arrivée en tant que sélectionneur de l’équipe nationale. Une démarche qui n’a pas réellement plu et qui a suscité de nombreuses polémiques dans la presse transalpine.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer