Economie

Les dirigeants de Ligue 2 expriment leur colère

La réforme votée en mai dernier par le conseil d’administration de la LFP afin réduire le nombre de montées et de descentes entre la Ligue 2 et la Ligue 1 ne passe toujours pas auprès des dirigeants de L2. Ces derniers tenteront d’exprimer leur désapprobation lors de la nouvelle réunion du CA de la LFP aujourd’hui et du conseil fédéral de la FFF samedi. Les débats risquent d’être tendus…

Au terme d’une réunion qui s’est tenue hier, en marge du conseil d’administration de la LFP prévu ce matin, les dirigeants des clubs de Ligue 2 sont unanimes sur la position à adopter concernant la réforme votée du système de promotion/relégation entre les divisions professionnelles du football français. Ces derniers ne veulent pas de la réduction du nombre de montées à deux éléments dès la saison 2015-16.

D’après les propos tenus hier par le président du HAC, Jean-Pierre Louvel, c’est surtout le timing de cette réforme qui déplait fortement aux dirigeants de Ligue 2. « Le texte voté à la Ligue ne correspond pas à ce qui avait été adopté un peu plus tôt à l’UCPF. Cette mesure ne devait entrer en vigueur que pour 2016-17 et sous réserve que l’assemblée fédérale vote la même chose entre le National et la Ligue 2 » a alors exprimé le patron de l’UCPF à nos confrères de L’Equipe.

Jacques Rousselot, président de l’AS Nancy-Lorraine, est prêt à aller jusqu’au bout du combat pour faire plier la LFP afin qu’elle fasse machine arrière sur cette réforme. Alors qu’une action en justice était envisagée, le boycott de la première journée sera clairement effectif si la Ligue 2 n’est pas écoutée au prochain conseil d’administration de la LFP. « La Ligue 2 est vent debout et rassemblée derrière moi. Il faut absolument que le CA de la Ligue revienne sur cette disposition. S’il le faut, on ira jusqu’au boycott de la 1ère journée de Ligue 2 » a alors menacé le président de l’ASNL.

La Ligue 2 pourrait supporter un scénario de 2 montées et 3 descentes en 2015-16

Alors qu’il parait peu probable que la LFP revienne sur une réforme votée en mai dernier entre la L1 et la L2, en revanche, l’antichambre de la L1 pourrait toujours être exposée à trois relégations en National lors de la saison 2015-16. Car le système de promotion/relégation entre la L2 et le National doit être tranché par le conseil fédéral de la FFF qui doit se réunir samedi.

noel le graet conseil fédéral fff

Noel Le Graet n’est pas assuré de réunir assez de voix au prochain conseil fédéral pour voter la réforme du système de promotion/relégation entre la L2 et le National

Si Noël Le Graët avait assuré en mai dernier que la majorité du conseil fédéral voterait pour la réforme du passage à deux montées et deux descentes entre le National et la Ligue 2, cette bataille est loin d’être gagnée. Les présidents des différentes ligues régionales représentés au conseil fédéral comptent majoritairement votés contre cette réforme. Ces derniers pourraient recevoir l’appui inattendu des… dirigeants de Ligue 2 représentés au conseil fédéral. Ainsi, un vote réfractaire à cette réforme pourrait mettre à mal le vote de la LFP concernant la réforme entre la L1 et la L2 appliquée dès la saison 2015-16.

Cependant, en cas d’opposition au conseil fédéral, les dirigeants de Ligue 2 prendraient le risque d’évoluer dans un championnat 2015-16 où ils pourraient enregistrer seulement deux montées en Ligue 1 pour trois descentes en National ! Les prochaines réunions au sein de la LFP et de la FFF risquent d’être extrêmement tendues entre les différentes familles du football…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer