Economie

Doyen Sports remporte son procès face au Sporting CP

Alors que le club lisboète du Sporting CP a refusé jusqu’à présent d’indemniser la société Doyen Sports dans le cadre du transfert de Marcos Rojo à Manchester United en 2014, le Tribunal Arbitral du Sport a finalement donné raison au fonds d’investissement. Explications…

Malgré la prononciation de l’interdiction de la tierce propriété en mai dernier par la FIFA, les affaires judiciaires continuent à se multiplier au sein du football européen. Très hostile à travailler avec les fonds d’investissement, la nouvelle direction du Sporting CP a décidé de refuser de payer à Doyen Sports l’indemnité initialement due sur le transfert de Marcos Rojo à Manchester United.

Pour s’acquitter de cette redevance, le Sporting CP a décidé de remettre en cause le contrat liant les trois parties devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). Au cours de l’audience, la direction du club portugais a notamment plaidé la présence de clauses abusives en sa défaveur au sein du contrat liant le club au fonds d’investissement Doyen.

Contrairement aux spéculations entourant ce dossier, le Tribunal Arbitral du Sport a finalement rendu un verdict en faveur de Doyen Sports. Le TAS a ainsi ordonné au club du Sporting CP de payer à Doyen un montant de 12,5 M£, conformément aux droits de propriété détenus à l’époque par le fonds concernant Marcos Rojo. Doyen Sports percevra également 75% de l’indemnité au-dessus de 17 M£ si Manchester United venait à revendre le joueur.

Si ce jugement est un véritable camouflet pour le Sporting CP, il renforce la position de Doyen Sports qui cherche à légitimer ses activités au sein du ballon rond. Le fonds d’investissement souhaite d’ailleurs attaquer en justice les mesures prises dernièrement par la FIFA visant à interdire toute activité de TPO au sein du secteur footballistique.

« Dans tous nos contrats, nous nous assurons de la liberté des clubs dans leur politique de transferts et de la volonté du joueur dans ses choix de carrière. Nous ne possédons personne et il s’agit d’une différence majeure entre la TPO et le modèle que nous défendons (TPI) » indique alors un porte-parole de la compagnie Doyen Sports.

Nelio Lucas, patron de Doyen Sports, va plus loin en démontrant le modèle vertueux de la Third Party Investment. « Dans un environnement transparent et régulé, la TPI est sans danger. C’est un outil accessible pour les clubs afin d’attirer des talents et augmenter leur compétitivité. Nous ne voulons pas vivre dans un monde où seulement les clubs riches peuvent gagner des trophées » assure ainsi le dirigeant du fonds d’investissement.

La direction du Sporting CP a dernièrement confirmé le jugement prononcé par le TAS. Néanmoins, le club portugais compte faire appel afin d’inverser une décision qui lui impose de débourser une lourde somme auprès de son ex-partenaire. Heureusement, le club peut se consoler grâce à un nouvel accord de droits TV conclu cette semaine avec NOS à hauteur de 446 M€.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © Skysports.com

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer