Economie

Les élus locaux pointent du doigt l’attitude de Gervais Martel

Alors qu’une décision doit être prononcée par la DNCG dans les jours à venir au sujet du RC Lens suite à un deuxième passage de Gervais Martel devant l’instance, les élus locaux s’inquiètent fortement d’une rétrogradation administrative du club après avoir réalisé certains efforts financiers pour moderniser le stade Bollaert. Ces derniers n’hésitent pas à pointer du doigt l’attitude adoptée par le président lensois. Explications…

La direction du RC Lens devrait connaître dans les jours à venir son sort sportif concernant la saison 2015-16. En proie à certaines difficultés financières, de nombreuses personnalités issues de l’entourage du club craignent une rétrogradation administrative en National à cause d’un manque de garanties pour la saison 2015-16. Gervais Martel passera pour la deuxième fois devant la DNCG mardi après-midi.

D’après différents journalistes navigant autour du club, il manquerait un apport d’environ 10 M€ pour boucler le budget prévisionnel concernant la saison 2015-16. Et les responsables politiques locaux doutent de la capacité de Gervais Martel à pouvoir réunir une telle somme en si peu de temps afin de sauver le RC Lens d’une relégation administrative. « Pour l’instant, le club n’a pas l’argent pour repartir en Ligue 2 » a ainsi indiqué dernièrement Daniel Percheron, président socialiste de la région Nord-Pas-De-Calais, lors d’un récent entretien accordé à la Voix du Nord.

Au cours d’un entretien accordé à France 3, Dominique Bailly, sénateur-maire d’Orchies, estime également qu’il est peu probable qu’un nouvel entrant puisse apporter une telle somme sans liquidation de la société mère contrôlant le club, RCL Holding. Pourtant, ce dernier affirme que des projets alternatifs existent pour sauver le club. « Effectivement, il y a des investisseurs, un important investisseur français même, qui est prêt à s’inscrire aussi dans une logique d’actionnariat populaire, avec aussi des entreprises locales. Ce projet alternatif ne peut voir le jour que si la holding est « liquidée », autrement personne n’entrera. Mais peut-être que je me trompe et que mardi Gervais trouvera 10 millions d’euros, dans ce cas le club continuera avec la holding actuelle… » a alors indiqué l’élu socialiste.

Dans leurs différentes prises de paroles exprimées dernièrement dans la presse, les élus Daniel Percheron et Dominique Bailly, qui suivent attentivement le dossier du RC Lens tout en essayant d’apporter des solutions, remettent clairement en cause le rôle de Martel à la tête de l’institution lensoise. Selon les deux hommes politiques, Hafiz Mammadov ne serait pas le seul actionnaire à bloquer actuellement une évolution favorable de la situation financière lensoise.

La situation financière du RC Lens est très complexe

Toujours d’après les deux élus, Gervais Martel aurait aujourd’hui la possibilité de déposer le bilan de la Holding RCL car il en est le président et aucun des deux actionnaires n’est en mesure d’apporter un financement. Un dépôt de bilan de la société mère du club lensois qui n’aurait pas forcément un impact négatif sur le club : la SASP, principal actif de la holding, pourrait alors être cédée à des repreneurs intéressés par le projet. Or, en maintenant en survie la holding RCL, le montage financier complexe autour de cette structure empêche clairement l’arrivée de nouveaux investisseurs.

Dominique Bailly

Dominique Bailly estime qu’une solution serait plus simple à trouver en prononçant la liquidation de RCL Holding

Cependant, une liquidation de RCL Holding signifierait sans doute la perte de contrôle total du club de la part de Gervais Martel. Une situation qui provoquerait l’entêtement actuel du président lensois à chercher des investisseurs tout en ne prononçant pas le dépôt de bilan de la société mère mise en place avec Hafiz Mammadov pour sauver une première fois le club à l’issue de la saison 2012-13.

Si ce scénario est plausible, les élus locaux sous-estiment surement le rôle tenu par Mammadov dans ce dossier. Il parait évident que l’homme d’affaires azéri ne souhaite en aucun cas la prononciation d’une liquidation judiciaire de RCL Holding. Dans ce cas, il perdrait l’intégralité de son investissement réalisé au sein du RC Lens. De plus, personne ne connait actuellement la situation financière exacte de la holding. Gervais Martel a demandé en mars dernier au tribunal de commerce de Paris un délai pour statuer les comptes de la holding. Le président lensois a jusqu’au 31 juillet pour réunir l’assemblée générale d’approbation des comptes sinon il s’expose à des sanctions.

Devant une situation des plus complexes, la DNCG devra se prononcer rapidement sur le maintien du RC Lens au sein du championnat de Ligue 2 2015-16. En cas de prononciation de relégation administrative, le club artésien pourrait alors déposer un recours auprès de la commission d’appel. Le RC Lens repartirait alors dans un nouveau feuilleton administratif à l’image de la saison dernière.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer