Stratégie

Le début des ennuis pour Platini ?

Avec sa candidature pour le poste de président de la FIFA, Michel Platini s’attendait très certainement à recevoir quelques coups bas de la part de ses principaux adversaires. Néanmoins, son nom est apparu pour la première fois dans une instruction judiciaire remontant jusqu’au président actuel, Sepp Blatter. Explications…

Le FIFAGate, initié en mai dernier avec l’arrestation de nombreux hauts dirigeants de l’institution en Suisse, ne cesse de connaître des rebondissements. Après avoir touché dernièrement Jérôme Valcke, c’est désormais au tour de Sepp Blatter d’être rattrapé par la justice suisse pour abus de biens sociaux et abus de confiance d’après les informations révélées hier par les autorités helvètes. Une audition de l’actuel président de la FIFA et une perquisition au sein de ses bureaux ont même contraint Blatter a annulé une conférence de presse prévue hier, en début d’après-midi.

Concrètement, deux affaires mettent directement en cause le président suisse de la FIFA. La première enquête concerne la ventes des droits TV de la Coupe du Monde 2010 et 2014 à Jack Warner, président de la CONCACAF et vice-président de la FIFA, à un prix considéré comme en-dessous de la valeur du marché. L’autre affaire concerne le versement d’une somme de 2 millions de francs suisses à Michel Platini en 2011 pour une mission accomplie entre 1999 et 2002.

L’apparition du nom de Michel Platini, à 5 mois de l’élection présidentielle de la FIFA, n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour le candidat français. Ce dernier a notamment été entendu comme témoin par la justice suisse dans cette affaire. L’actuel président de l’UEFA s’est alors exprimé sur cette somme versée, prétextant un arriéré de paiement pour une mission accomplie auprès de l’institution internationale. Une version qui a satisfait les autorités suisses, qui ne retiennent aucune accusation à l’encontre du patron de la confédération européenne.

Si Michel Platini n’est clairement pas dans le collimateur des investigations réalisées par la justice suisse et américaine pour le moment, la révélation de cette affaire constitue tout de même un élément perturbateur dans sa campagne. Alors que ses principaux rivaux, notamment le prince jordanien Ali, pointent les liens unissant Blatter et Platini par le passé, la révélation de cette affaire jette à nouveau le trouble concernant les relations entre les deux hommes. Un passé commun avec Blatter qui pourrait discréditer la campagne de Michel Platini, qui plaide pour un changement radical de gouvernance à la tête de la FIFA. D’ailleurs, le prince Ali utilisera notamment cette affaire comme une preuve évidente de l’implication de Platini dans le « système » de la FIFA.

Platini FIFA

Durant la campagne, Platini sera très certainement attaqué par ses rivaux au sujet des relations qu’il a entretenues avec Blatter par le passé

En attendant, l’image de Michel Platini n’est pas du tout écornée dans les cercles de pouvoir français. Il conserve toujours le soutien des élus politiques de l’Hexagone. « J’ai confiance en l’honnêteté et la détermination de Platini pour prendre la présidence de la FIFA et rénover » déclarait encore hier Thierry Braillard, secrétaire d’Etat dédié aux sports. Le Premier Ministre, Manuel Valls, a également réitéré son soutien à la candidature de Michel Platini concernant la présidence de la fédération internationale de football…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer