Marketing

Comment l’équipe de France est-elle parvenue à redorer son image ?

Si les spécialistes du ballon rond s’accordent à dire que l’Equipe de France a réussi sportivement son mondial, l’effectif de Didier Deschamps est également parvenu à retourner l’opinion en leur faveur. Une tâche qui ne s’annonçait pourtant pas aisée mais qui est due à un véritable sans-faute en matière de communication durant le Mondial brésilien. Explications…

En l’espace d’une dizaine de mois, la sélection nationale dirigée par Didier Deschamps est parvenue à complètement inverser l’opinion en sa faveur. Alors qu’en octobre 2013, seulement 20% des Français possédaient une image positive de l’équipe de France ; ils sont désormais 62% à estimer qu’elle renvoie une image positive (moyenne réalisée autour de quatre qualificatifs selon une étude menée par BVA le 28 juin 2014).

image renvoyée équipe de France

Evidemment, ce renversement est principalement du aux performances sportives. La qualification miraculeuse face à l’Ukraine combinée à certains matchs de haut niveau lors du Mondial brésilien – l’opposition France – Suisse notamment – ont permis cette modification radicale de tendance. Mais les résultats sportifs ne sont pas les seuls facteurs de ce changement. D’ailleurs, la défaite face à l’Allemagne n’a pas réellement affecté la nouvelle cote d’amour des Bleus : d’après un sondage réalisé par Toluna, 68,5% sont satisfaits du parcours de la sélection et 62,8% suivront les prochains matchs des Bleus.

Les Bleus ont maitrisé leur communication de bout en bout

Ce changement de perception dans l’opinion publique est également du à une communication maitrisée de bout en bout. Pourtant, la sélection nationale n’a pas réellement été épargnée par les affaires pouvant constituer des pièges redoutables : insultes prononcées sur Twitter par la petite amie de Samir Nasri à l’encontre de Didier Deschamps, capacités professionnelles du staff médical remises en cause dans le forfait de Ribery… Lors des deux affaires, le manager Didier Deschamps a su protéger son groupe en montant seul au créneau devant la presse tout en éteignant très rapidement les premières braises.

Outre le contournement des pièges, le staff de l’équipe de France a veillé aux moindres détails permettant de renvoyer une bonne image auprès de l’opinion publique française et étrangère. Dans un premier temps, il a choisi un hôtel dont les standards étaient loin du luxe affiché en Afrique du Sud. Situé en bordure de périphérique, la fédération a privilégié l’aspect fonctionnel (proche du centre d’entrainement des Bleus) au confort. Un élément qui a particulièrement plu à l’opinion.

Contrairement à 2010 où l’environnement de l’équipe de France était bunkerisé, la sélection nationale a évolué en 2014 de manière beaucoup plus transparente. Certains entrainements des Bleus étaient ouverts au grand public qui a pu assister aux préparations des stars de l’effectif (Benzema, Pogba…). Les joueurs n’ont également pas oublié de s’arrêter auprès de leurs fans pour signer pendant de longues minutes de nombreux autographes. La presse a également eu un accès plus régulier aux joueurs de l’équipe de France.

Enfin, la bonne ambiance au sein des Bleus s’est également affichée librement sur les réseaux sociaux des différents joueurs. Si le staff n’a pas voulu passer de consignes au sujet de leur utilisation, les réseaux sociaux ont renvoyé une excellente image du groupe. Les nombreux selfies illustrant les images de joie de l’effectif ont plu auprès des plus jeunes.

Les sponsors sont ravis de l’image véhiculée par les Bleus

En termes de communication, la sélection de Didier Deschamps n’a commis aucun impaire jusqu’au bout de l’aventure. Lors de leur arrivée au Bourget, les joueurs se sont longuement arrêtés devant les supporters venus nombreux pour assister à leur retour. Malgré un long voyage, ils ont tous pris la peine de venir saluer les supporters en signant, pour certains, quelques autographes.

Cette excellente image renvoyée par l’équipe de France auprès de l’opinion publique a beaucoup plu aux sponsors de la Fédération Française. Selon certaines indiscrétions, les différents partenaires commerciaux ont accepté d’abandonner le système de bonus-malus lors de la prolongation de leur contrat jusqu’en 2018 avec la Fédération. Ce système avait été instauré en 2010, suite à l’affaire Knysna : certains partenaires avaient alors demandé des dédommagements à la FFF et la mise en place d’un barème de bonus-malus pour la période 2010-14 basé sur la popularité de l’équipe de France auprès de l’opinion publique. Un système qui appartient désormais au passé…

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer