Economie

Everton FC affiche un excellent bilan financier 2013-14

La direction d’Everton FC a présenté cette semaine son bilan financier pour l’exercice 2013-14. Les Blues d’Everton poursuivent leur ascension économique en présentant un chiffre d’affaires record tout en diminuant leur niveau d’endettement. Cette bonne gestion économique peut-elle aider le club à franchir de nouveaux paliers ? Ecofoot.fr fait le point…

Si Everton FC a pleinement réussi sa saison sportive 2013-14, atteignant le record de points du club en Premier League, la formation de Liverpool affiche également un bilan financier très solide. Pour la première fois de son histoire, Everton FC affiche un chiffre d’affaires hors transferts dépassant la barre symbolique de 100 millions de livres !

La direction d’Everton FC a ainsi annoncé un chiffre d’affaires hors transferts de 120,5 millions de livres pour l’exercice 2013-14. Ce dernier s’élève même à 148,7 M£ en y englobant les indemnités de transferts perçues. Le chiffre d’affaires hors transferts a ainsi bondi de près de 40% par rapport à celui enregistré lors de la saison 2012-13.

Cette hausse du chiffre d’affaires se traduit par un résultat net positif record à hauteur de 28,2 millions de livres ! Un bénéfice qui illustre une structure financière saine du côté de Goodison Park : le club affiche des comptes positifs à hauteur de 23 millions de livres en y excluant la balance des transferts positive du club. Un bénéfice structurel qui s’est largement accru par rapport à la saison 2012-13 où Everton affichait seulement un résultat positif de l’ordre de 700 000 £.

Everton FC doit cette hausse de CA aux nouveaux droits TV de Premier League

A l’image d’autres formations de Premier League, Everton FC connait une hausse significative de son chiffre d’affaires grâce aux nouveaux accords concernant les droits TV de Premier League. Ainsi, lors de la saison 2013-14, les Blues de Liverpool ont perçu 88,5 millions de livres, soit une somme supérieure au chiffre d’affaires hors transferts réalisé lors de l’exercice 2012-13 ! Désormais, les droits TV représentent près de 75% des recettes hors transferts enregistrés par Everton FC, un ratio proche des taux enregistrés en Ligue 1.

sources de revenus everton fc

Néanmoins, et à l’inverse de nombreuses formations du championnat de Premier League, Everton FC n’a pas utilisé cette nouvelle manne financière pour gonfler sa masse salariale. Elle n’a augmenté que de 10% par rapport à la saison 2012-13 pour atteindre 69,3 millions de livres. La masse salariale d’Everton représente alors 58% du chiffre d’affaires hors transferts du club : un ratio largement en-dessous du seuil recommandé par l’UEFA (70%) dans le cadre de la mise en place du fair-play financier.

Si la masse salariale du club a été contrôlée, les coûts opérationnels ont en revanche largement progressé entre les saisons 2012-13 et 2013-14. Ils sont passés de 4,9 M£ à 27,5 M£. Néanmoins, cette hausse spectaculaire s’explique par des investissements productifs réalisés par le club : Everton FC a ainsi alloué une enveloppe plus importante au fonctionnement de son centre de formation. Le club a également changé sa méthode de préparation estivale en réalisant notamment une tournée aux Etats-Unis afin d’internationaliser sa notoriété. Cette hausse des coûts de fonctionnement n’a pas mis en danger le bénéfice dégagé par le club en fin d’exercice.

La direction d’Everton se félicite du bilan financier 2013-14

Si le résultat net positif enregistré par Everton FC matérialise une excellente gestion opérée par la direction, le mix des recettes montre en revanche une certaine dépendance aux recettes télévisuelles. En effet, même si elles progressent, les activités de billetterie et commerciales représentent respectivement  16% et 7% des revenus du club hors transferts. Des ratios qui demeurent largement inférieurs aux mix enregistrés par les grosses formations de Premier League.

Ainsi, entre les saisons 2012-13 et 2013-14, les recettes de billetterie ont progressé de 1,9 M£ pour atteindre 19,3 M£. Cette hausse est notamment due à une progression de l’affluence moyenne, passant de 36 356 à 37 732. Pour le moment le club ne souhaite pas toucher à sa grille tarifaire pour accroître significativement cette source de revenus : le club maintient ainsi son offre d’abonnement à 95£ la saison pour les enfants.

Concernant les revenus commerciaux, ces derniers ont augmenté de 800 000 £ entre les saisons 2012-13 et 2013-14 atteignant 8,4 M£. Cette hausse est notamment due à des réévaluations de contrat avec les partenaires Chang et Kitbag. Des revenus commerciaux qui sont très éloignés des sommes perçues par des clubs comme Manchester United ou encore Arsenal FC (64,4 M£). Everton FC n’est pas encore parvenu à devenir une marque mondiale, capable de signer des accords de sponsoring aux quatre coins du globe.

Malgré cette dépendance aux recettes télévisuelles, la direction d’Everton FC s’est félicitée des résultats financiers du club lors de la saison 2013-14. Un bénéfice qui permet de réduire le niveau d’endettement du club tout en augmentant sa compétitivité sportive. La dette du club est ainsi passée 45,3 M£ au 31 mai 2013 à 28,1 M£ au 31 mai 2014. Concernant la politique sportive, le club a profité des fonds disponibles pour prolonger quelques pépites du club (Ross Barkley, John Stones, Seamus Coleman) tout en menant une campagne de recrutement audacieuse avec les acquisitions de Romelu Lukaku, Gareth Barry, Muhamed Besic et Samuel Eto’o.

« Les excellents résultats financiers de l’exercice 2013-14 sont le reflet de l’excellent travail mené par tous les membres du club » a ainsi commenté Robert Elstone, directeur général d’Everton FC. « Le travail en équipe et la définition de priorités claires seront toujours les clés de notre succès. Nos résultats financiers mettent en valeur notre progression de revenus, le contrôle de nos charges et la réduction de notre endettement. Quand nous combinons nos finances solides aux performances  sportives de notre équipe, nous pouvons alors nous montrer confiants pour l’avenir et nos futurs projets » a ainsi conclu Robert Elstone.

Si tous les voyants financiers sont au vert du côté d’Everton FC, la direction va devoir travailler sur la notoriété internationale de la marque pour franchir un nouveau palier en Premier League. Sans accroissement significatif des revenus commerciaux, le club d’Everton FC éprouvera des difficultés à quitter son rôle d’outsider pour devenir un candidat sérieux aux titres nationaux. Un paramètre intégré par la direction qui commence à mettre à exécution un plan d’action afin de développer la popularité internationale du club.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter foot-business afin de ne rater aucune information.

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer