Economie

Quelle est l’évolution des revenus de billetterie de Ligue 2 ?

Après avoir mené une étude au sujet des revenus de sponsoring, Ecofoot.fr s’intéresse aujourd’hui à l’évolution des revenus de billetterie de Ligue 2 au cours des onze dernières saisons. Si le bilan est mitigé, les revenus de billetterie suivent approximativement la même tendance qu’en Ligue 1. Explications…

Alors que les revenus de billetterie représentaient près de 14% des recettes totales du championnat de Ligue 2 lors de la saison 2003-04 ; ils ne pèsent plus que 9,8% lors de la saison 2013-14 d’après le dernier rapport prévisionnel communiqué par la DNCG. Cette baisse s’explique tout simplement par un rythme de croissance des revenus de billetterie très en-deçà des autres sources de revenus. Alors que les recettes globales du championnat ont progressé de près de 50% entre les saisons 2003-04 et 2013-14 ; les revenus de billetterie ont enregistré une progression inférieure à 5,5% !

Clairement, l’optimisation des revenus de billetterie n’a pas été une priorité pour les formations de Ligue 2. Cependant, le championnat suit une tendance similaire à la Ligue 1 qui a enregistré sur la même période une progression comparable (+5,8%). Mais certaines grandes enceintes de Ligue 1 (Vélodrome, Geoffroy Guichard) ont réalisé sur la période des travaux de rénovation qui ont handicapé la source de revenus. Des travaux que n’ont pas connus les formations de L2.

Pourtant, la Ligue 2 a réuni des conditions favorables lors des dix dernières saisons qui auraient pu favoriser les revenus de billetterie. En effet, de nombreux clubs historiques (FC Nantes, RC Lens, AS Monaco, RC Strasbourg, AJ Auxerre…) ont évolué ou évoluent encore au sein du championnat. Des clubs historiques qui permettaient d’accroitre les capacités totales du championnat (grâce à la taille de leur enceinte) et de renforcer la popularité du championnat. Malheureusement, ces descentes n’ont pas eu l’effet escompté.

Clairement, une cassure s’est opérée à la suite de la saison 2008-09, correspondant au début de la crise économique en France. Alors que le championnat de Ligue 2 a généré un revenu de 26,5 M€ en 2008-09 (records de revenus en cours) après plusieurs saisons d’affilée de forte progression, il a enregistré un revenu de 21,3 M€ en 2009-10 soit une baisse de près de 20% en une saison. Entre les deux exercices, le taux de remplissage a chuté de 5,6 points (48,9% vs 43,3%) et l’affluence moyenne a chuté de plus de 1 250 spectateurs (8600  vs 7323). Depuis, la Ligue 2 n’est plus parvenue à atteindre la saison record de 2008-09 malgré un revenu reparti à la hausse. Lors de la saison 2013-14, le championnat a enregistré un taux de remplissage de 41,4% pour une affluence moyenne de 7 915 spectateurs (accroissement de la capacité des stades).

revenus de billetterie de Ligue 2

Les revenus de billetterie sont conditionnés par les résultats sportifs

Outre les effets conjoncturels (crise économique, hausse du taux de chômage…) qui ont conduit à une baisse globale des revenus de billetterie et auxquels les clubs de Ligue 2 ont du s’adapter notamment dans leur politique de pricing ; les résultats sportifs influent également grandement dans les revenus générés par les différents clubs.

Ainsi, lors de la saison de sa remontée (2012-13), le FC Nantes a généré un revenu de billetterie près de deux fois supérieur à la saison précédente. Alors que le club avait enregistré un revenu de 1,85 M€ en 2011-12, les recettes ont grimpé jusqu’à 3,47 M€ pour la saison 2012-13 grâce notamment à un taux de remplissage qui s’est envolé (35,3% vs 49,1%).

En revanche, la construction d’un nouveau stade n’apporte pas forcément la hausse de revenus de billetterie espérée. Si les revenus de sponsoring ont progressé de plus de 14%, les recettes de billetterie du Havre AC n’ont grimpé que de 4% lors de son entrée dans le stade Océane (2012-13). Le club normand a seulement enregistré une hausse de 31 000 € entre les saisons 2012-13 et 2011-12 (795 000 € vs 764 000 €). Les résultats sportifs du club n’ont pas permis d’accroitre significativement les revenus de billetterie liés à l’entrée dans une nouvelle enceinte.

revenus billetterie Ligue 2

Enfin, lors de l’exercice 2012-13, douze formations de Ligue 2 enregistraient un revenu de billetterie inférieur au million d’euros alors qu’ils possèdent des infrastructures en capacité de générer un tel revenu. La Berrichonne de Châteauroux et le FC Istres se trouvent dans cette situation. Un manque de résultats (ou de popularité) qui provoque une situation de surdimensionnement de la capacité de leur enceinte.  Pour pouvoir remplir à minima leur stade, les formations sont alors dans l’obligation de concevoir une grille tarifaire basse. Une situation qui ne favorise pas la hausse des revenus de billetterie…

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer