Economie

Le fair-play financier est-il conforme au droit européen ?

Après avoir subi un échec judiciaire auprès de la Cour Européenne de Justice, l’UEFA risque gros au sujet du fair-play financier. En effet, certains clubs et surtout un agent ont décidé de porter plainte devant la juridiction européenne contre le fameux fair-play financier.

Le fair-play financier est un mot qui revient dans toutes les bouches des directions des clubs européens. Les dirigeants allemands, notamment au Bayern Munich, s’insurgent contre les campagnes de recrutement menées par certains clubs comme le PSG ou Monaco. Selon eux, ces deux clubs n’auraient aucune chance de participer à une compétition européenne si l’UEFA mettait en application stricte sa nouvelle arme anti-déficit.

En réalité, le PSG a trouvé la parade lui permettant d’investir sans trop se soucier de la mise en application du FPF. Le club reçoit une dotation par an estimée à 100 millions d’euros de la part de Qatar Tourism Authority pour la publicité réalisée par le club parisien à destination de l’état qatari. Ce sponsoring inédit permet au PSG d’accroitre ses revenus, dépassant la barre des 200 millions d’euros et de limiter son déficit aux 45 millions d’euros autorisés par le FPF.

Monaco va surement suivre le même chemin en dénichant un subterfuge similaire. Mais les dirigeants de différents clubs européens ont demandé à l’UEFA d’enquêter sur ce genre de sponsoring permettant de contourner le dispositif. Le problème est que l’actionnaire du club et le sponsor représentent la même entité. L’organisme du football européen rendra une réponse aux alentours de février 2014. Elle conditionnera la crédibilité du fair-play financier.

Le fair-play financier pourrait enfreindre le droit européen

 Mais d’autres personnalités du football européen ont décidé d’aller plus loin et de porter l’affaire en justice. C’est notamment le cas de l’agent de joueur belge, Daniel Striani. Il estime que l’instauration du fair-play financier est en réalité une interdiction d’investir des capitaux propres dans le football.

En réalité, l’agent de joueurs belges défend avant tout sa corporation. Car l’instauration du fair-play financier diminuera les transferts de joueurs entre les différents clubs. La circulation de liquidités sera moindre dans le football. Ainsi, les différents agents de joueurs risquent de percevoir moins de commissions suite aux différentes mutations. Une contraction de l’activité risque d’intervenir.

Et Daniel Striani n’a pas fait les choses à moitié. Il s’est entouré du célèbre avocat belge Jean Louis Dupont, à l’origine de l’arrêt Bosman au milieu des années 90. Ce dernier est déterminé à gagner ce procès face à l’UEFA.

michel platini fair-play financier

Michel Platini peut être inquiet concernant le fair-play financier. La justice pourrait juger le dispositif non-conforme au droit européen.

Certains clubs suivent avec attention le déroulement de cette affaire. C’est notamment le cas des riches investisseurs qui ne peut-être plus dépenser leurs millions comme ils le souhaitent en cas d’instauration du FPF. Mais aussi des clubs qui ont été exclus des compétitions européennes à cause d’une mauvaise gestion comme Malaga. Il se murmure même que Daniel Striani a reçu quelques appuis de la part du Qatar. L’affaire devrait délivrer son verdict aux alentours du deuxième trimestre 2014…

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer