Marketing

La FIFA recrute son premier partenariat commercial sous la gouvernance Infantino

Alors qu’il vient de prendre la présidence de l’instance, Gianni Infantino vient d’annoncer une excellente nouvelle en officialisant la signature d’un partenariat commercial entre la FIFA et l’entreprise chinoise Wanda. Malgré les récents scandales ayant éclaboussé la gouvernance de l’institution, le groupe chinois n’a pas hésité à casser sa tirelire pour devenir un top sponsor de l’organisation. Explications…

Si Gianni Infantino marche sur des œufs en ce début de mandat à la tête de l’institution internationale en raison de tous les scandales ayant émaillé l’année 2015, l’ancien bras droit de Michel Platini s’en sort plutôt bien pour le moment. Répondant déjà à ses promesses de transparence, il a notamment dévoilé dernièrement les salaires perçus par Joseph Blatter (3,28 M€) et Jérôme Valcke (1,93 M€), respectivement président et directeur général de la FIFA, sur l’année 2015.

Alors qu’Infantino sera particulièrement attendu sur le dossier des attributions des Coupes du Monde 2018 et 2022 et sur l’éventuelle publication du rapport Garcia, il y a néanmoins un autre domaine dans lequel le nouveau président de la FIFA a réussi ses premiers pas. Il s’agit du redressement commercial de la FIFA : Infantino a ainsi annoncé vendredi dernier la conclusion d’un partenariat avec le groupe chinois Wanda.

Après avoir perdu Sony et Emirates en tant que partenaires de l’institution lors de l’année 2015 en raison des différents scandales, Gianni Infantino vient en quelques jours d’inverser la tendance en enrôlant un gros poisson. D’autant que Wanda s’engage massivement en devenant la première entreprise chinoise à devenir Partenaire FIFA, acquérant ainsi le plus important lot de droits commerciaux distribué par l’institution. Une acquisition qui a nécessité à minima un effort financier à hauteur de 30 M$ par exercice même si aucun élément financier n’a été dévoilé au cours de la conférence de presse. Le groupe Wanda s’est engagé jusqu’en 2030 avec la FIFA.

« En tant que Président de la FIFA, je souhaite soutenir davantage les associations membres dans le développement du football, et je pense sincèrement que cette collaboration avec Wanda permettra de poursuivre le développement de la discipline non seulement en Chine, mais aussi ailleurs dans le monde » a ainsi indiqué Gianni Infantino lors de la conférence de presse.

« Nous voulons véritablement promouvoir le football en Chine et encourager la nouvelle génération à le pratiquer. Le gouvernement chinois s’engage dans cette voie et, en tant que société chinoise, nous soutenons évidemment les efforts qu’il déploie. Dans l’optique de faire grandir l’élan que nous constatons autour du football en Chine, nous sommes enchantés de pouvoir échanger avec l’organisation ayant le plus d’expérience en la matière : la FIFA. Nous pensons que le football est la discipline la plus attrayante au monde et faisons pleinement confiance à la FIFA, et à sa nouvelle structure de gouvernance autour du Président Gianni Infantino » a alors ajouté Wang Jianlin, patron du groupe Wanda.

La firme chinoise n’en est pas à son premier investissement dans le football. En début d’année 2015, le groupe Wanda a acquis 20% du capital social de l’Atletico Madrid contre un investissement à hauteur de 45 M€. Suite à cette prise de participation, le groupe Wanda a procédé par la suite à un nouvel investissement de 12 M€ pour renforcer les activités du centre de formation du club colchonero.

Pour la FIFA, cette signature constitue une vraie bouffée d’oxygène après une année 2015 difficile sur le plan financier. Pour la première fois depuis 2002, l’institution a affiché un résultat net déficitaire de l’ordre de 122 millions de dollars. Un chiffre qui contraste avec les bilans financiers en année post Coupe du Monde affichés en 2003, 2007 et 2011. Outre la perte de sponsors, la FIFA a également accusé une importante hausse des dépenses liées à l’explosion des frais de justice dus à l’éclatement des différents scandales. Une attractivité commerciale retrouvée constituera l’un des défis à mener pour Infantino afin de redresser les comptes d’une institution qui sont néanmoins loin d’être en péril compte tenu de ses réserves financières. Et dans ce domaine, Infantino lance parfaitement son mandat en concluant un premier accord commercial significatif…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © FIFA (Facebook)

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer