Economie

La Fédération Italienne de Football sera lourdement déficitaire en 2015

Lors de sa dernière assemblée de l’année civile, la Fédération Italienne de Football (FIGC) a voté son budget de fonctionnement pour l’année 2015. L’équipe financière de la fédération s’attend à accuser un lourd déficit dû à une baisse importante et imprévue d’une de ses principales sources de revenus. Explications…

Alors que les fêtes de fin d’année s’approchent à grands pas, les membres directeurs de la Fédération Italienne de Football (FIGC) n’avaient pas forcément le sourire lors de la dernière assemblée fédérale de l’année civile. Outre les résultats sportifs décevants de la sélection nationale italienne – éliminée au premier tour du dernier mondial brésilien – les perspectives financières ne sont pas radieuses du côté de la FIGC.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Si le bilan de l’exercice comptable 2014 n’a pas encore été publiquement dévoilé mais n’est pas source d’inquiétudes – la fédération devrait présenter des comptes se situant autour de l’équilibre financier – la FIGC possède en revanche un solide problème financier pour l’année 2015. Ainsi, les membres de la Fédération ont voté un budget 2015 qui devrait être déficitaire de l’ordre de 10 M€ !

Il s’agit alors d’un véritable gouffre financier pour une institution qui avait pour habitude d’équilibrer sereinement ses comptes au cours des dernières années. Lors de l’exercice comptable 2012, la FIGC affichait un résultat net positif de l’ordre de 317 000 €. En 2013, la fédération faisait mieux en réalisant un résultat net positif supérieur au million d’euros (+1,070 M€).

Le CONI baisse drastiquement ses subventions

Ce revirement brutal de conjoncture financière pour 2015 est dû à une baisse importante des subventions accordées par le Comité Olympique Italien (CONI) à la FIGC. Représentant plus de 40% du chiffre d’affaires de la Fédération au cours des dernières années, le CONI a décidé de réduire ses subventions octroyées à la FIGC afin de consacrer ses investissements au développement d’autres activités sportives.

Cette baisse des subventions accordées à la FIGC n’est pas nouvelle. Depuis 2011, le CONI diminue régulièrement ses dotations accordées à la fédération italienne de football. Néanmoins, la courbe n’a jamais fléchi aussi brutalement : alors que la FIGC a perçu 62,5 M€ de la part du CONI en 2014, les subventions devraient péniblement atteindre 40,1 M€ au cours de l’année 2015.

subventions coni figc

Ainsi, la FIGC connait une baisse brutale supérieure à 20 M€ – en provenance de sa principale source de revenus – sur un chiffre d’affaires qui avoisine 175 M€ au cours des dernières années. Cela constitue donc une perte supérieure à 10% de son chiffre d’affaires alors que la fédération présentait jusqu’à présent un bilan légèrement positif.

sources de revenus figc

La FIGC prévoit la réalisation d’économies sur les frais d’arbitrage

L’annonce effectuée par le CONI n’a pas permis à la FIGC de faire face correctement à cette baisse des subventions. Cela constitue la principale raison du budget en déficit de l’ordre de 10 M€ voté par le comité directeur de l’institution concernant l’exercice 2015.

Néanmoins, la FIGC ne compte pas rester passive devant cette difficulté financière. L’institution compte réformer ses structures afin de réaliser des économies et réduire drastiquement le passif au cours des années à venir. La fédération a notamment ciblé les frais d’arbitrage comme potentielle source d’économies : la FIGC compte réduire de 8% le budget alloué au fonctionnement arbitral. Une annonce qui ne tombe pas forcément dans un bon timing alors que le comité d’arbitrage italien a présenté un nouveau plan de sanctions afin de lutter contre les dérives violentes à son encontre au niveau amateur.

Si un plan d’économies a été adopté, la FIGC n’est néanmoins pas fermé à une modernisation des structures arbitrales. Un groupe de travail a été missionné au sein de la FIGC afin de juger de l’utilité de l’instauration de la Goal Line Technology. Cependant, si une décision positive devait être rendue, la FIGC envisagerait de faire supporter le coût aux différents clubs professionnels.

Enfin, la FIGC a rendu public une refonte de son organigramme. Vito Roberto Tisci a notamment été nommé à la tête de la politique de formation des jeunes au sein de la fédération. La FIGC compte s’appuyer sur un nouvel homme fort afin de relancer une stratégie de formation qui doit attirer plus de licenciés au sein du pays tout en améliorant à long-terme les résultats sportifs de l’équipe nationale. Selon les membres de la FIGC, il s’agit du meilleur moyen pour attirer de nouveaux, lors des prochaines années, les lucratives subventions octroyées par le CONI à la fédération de football.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer