Economie

Les finances du Standard de Liège se portent bien

Le Standard de Liège, club phare de la Jupiler League, a dévoilé ses comptes pour l’exercice 2012-13. L’actuel leader du championnat belge affiche un bilan financier positif témoignant d’une réorientation stratégique réussie. Explications sur Ecofoot.fr

Les bonnes nouvelles s’enchainent du côté du Standard de Liège. En plus d’une première partie de saison 2013-14 satisfaisante – le club occupe actuellement la première place de Jupiler League – le Standard a également affiché un bilan financier satisfaisant pour l’exercice 2012-13. Ce bon résultat était plutôt inattendu car le club n’avait participé à aucune compétition européenne et avait perçu un revenu issu des transferts moins important par rapport aux années précédentes.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Sur l’exercice 2012-13, le Standard de Liège a généré un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros. Sur ces 40 millions, le club a engendré 12 millions d’euros d’excédents de transferts associés aux ventes de Felipe, Cyriac, Pocognoli ou encore Tchité. Malgré un niveau satisfaisant, « Les Rouches » ont quand même connu une baisse de chiffre d’affaires de 33,3% par rapport à la saison 2011-12 où le club avait réalisé un CA record de 60 millions d’euros. Ce montant exceptionnel était le fruit d’excellentes opérations financières réalisées sur le marché des transferts associées aux revenus générés par la participation en Ligue des Champions.

Malgré cette baisse importante de revenus, le club est parvenu a généré un bénéfice d’exploitation à hauteur de 1,1 million d’euros. Pourtant, en plus d’une baisse importante des revenus, le club a également connu une légère inflation de sa masse salariale de l’ordre de +2,8% par rapport  à la saison 2011-12. En 2012-13, le club possédait une masse salariale de 18,5 millions d’euros représentant 46,25% du chiffre d’affaires généré.

Le Standard de Liège réduit son endettement et distribue des dividendes

Ainsi, pour la cinquième année consécutive, le Standard de Liège affiche un résultat d’exploitation positif. Ces bons résultats permettent de réduire le niveau d’endettement du club. En 2007-08, le club possédait alors une dette de 28 millions d’euros. Elle a désormais été ramenée à 23 millions d’euros.

Les bons résultats économiques sont le fruit d’une stratégie mise en place par l’ancien actionnaire du club Luciano D’Onofrio et poursuivi par le nouveau propriétaire du club depuis mai 2011, Roland Duchâtelet. Le club met des moyens importants sur la formation et le repérage de jeunes talents pouvant ensuite représenter de grosses plus-values sur le marché des transferts. Le club essaie de construire un modèle similaire au FC Porto en s’appuyant sur un gros réseau de formateurs/recruteurs.

Roland Duchatelet

Roland Duchatelet, qui a racheté le club en 2011, a prolongé la politique mise en place par son prédécesseur Luciano D’Onofrio

Ce modèle initié lors de la saison 2007-08 permet de réaliser des excédents budgétaires à chaque exercice. Ainsi, à l’issue de la saison 2012-13, des dividendes à hauteur de 20 millions d’euros ont été distribués à la société mère Elex, détenant le Standard et propriété de Duchâtelet. Un reversement de dividendes qui a soulevé quelques questions de la part des supporters.

Le Standard de Liège est un club à vendre

En dépit du paiement des dividendes, le club possède toujours 27 millions d’euros de fonds propres. Un somme confortable, couvrant intégralement la valeur de sa dette. En plus de cela, les perspectives semblent radieuses pour le club : les bons résultats sportifs pourraient entrainer une qualification pour la très rémunératrice Ligue des Champions et les droits TV du championnat belge devraient s’accroitre dans les années à venir avec l’entrée de Fox lors du prochain appel d’offres.

Malgré l’enchainement des bonnes nouvelles, Roland Duchâtelet chercherait tout de même à se séparer du club. Investissant 32 millions d’euros en mai 2011 pour acquérir 100% des parts du club, l’homme d’affaires et politique belge a mandaté la banque d’investissements Rotschild & Cie afin de lui trouver un repreneur. Derrière cette opération, Duchâtelet espère réaliser une jolie plus-value financière, sans compter les 20 millions d’euros de dividendes perçus…

Google Plus

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer