Economie

Le Genoa réduit sa dette envers la municipalité

La municipalité de Gênes a annoncé cette semaine une réduction de l’endettement contracté à son égard de la part du Genoa CFC concernant l’exploitation du stade Luigi-Ferraris. Il s’agit d’un bon signal envoyé par le club génois, permettant d’initier une réflexion autour des travaux de rénovation du stade. Explications…

Actuellement auteur d’une bonne saison de Serie A en occupant la 7ème place du championnat italien, le Genoa CFC en profite également pour assainir ses finances en coulisse. Alors que le club génois accumulait plus de 684 000 € d’arriérés de paiement de loyer en 2013, cette dette a dernièrement fondu pour désormais atteindre 396 000 €.

Il s’agit d’une bonne nouvelle pour la municipalité qui espère un remboursement total au plus vite des retards de paiement des différents exploitants du stade afin de prévoir des solutions pour l’avenir de cette enceinte. Vivement critiquée en février dernier en raison du report du derby de la lanterne à cause d’une pelouse inondée – le système de drainage du stade Luigi-Ferraris était notamment en cause – la municipalité avait alors vivement réagi en indiquant que les associations sportives de la ville exploitant le stade accumulaient plus de 3,5 M€ de retards de paiement. Une situation qui ne permettait pas alors d’envisager des travaux de rénovation. Il s’agissait d’une réponse formulée à l’égard de Massimo Ferrero, président de la Sampdoria, qui avait profité de ce report pour critiquer le loyer de 100 000 € par rencontre versé à la municipalité afin d’exploiter une enceinte vétuste et non-convenable.

Depuis, les deux principaux utilisateurs de l’enceinte – la Sampdoria et le Genoa – ont réalisé des efforts afin de réduire leurs passifs financiers. Alors que le Genoa a pratiquement divisé par deux sa dette, la Sampdoria semble avoir intégralement soldé son passif. Néanmoins, les travaux de modernisation de l’enceinte ne sont pas forcément prévus pour tout de suite.

Si le stade n’a, pour l’heure, aucune chance d’être homologué par l’UEFA concernant la réception de rencontres continentales, la modernisation de cette enceinte ne constitue pas une priorité pour la municipalité. Le maire de la ville, Marco Doria, souhaite que les principaux exploitants du stade Luigi-Ferraris – le Genoa et la Sampdoria – rachètent l’enceinte à la municipalité afin de supporter financièrement l’intégralité des travaux de modernisation. Un nouveau système de drainage est impératif et le coût est chiffré à 500 000 €.

Pour faciliter la transaction, la mairie est prête à négocier vers le bas la vente de l’enceinte. Malheureusement, l’opération est rendue difficile par les mauvaises relations entretenues entre les directions des deux clubs génois. Au lieu de racheter une enceinte vétuste à la municipalité pour le partager avec son rival, la Sampdoria étudierait la possibilité de construire son propre stade sur le modèle de la Juventus Turin.

président uc sampdoria

Le président de la Sampdoria, Massimo Ferrero, réfléchit à un projet de nouveau stade pour son club.

Inauguré en janvier 1911, le stade Luigi-Ferraris est devenu un véritable sujet de conflit au sein de la ville de Gênes. Ce dernier n’est pas prêt de retrouver une deuxième jeunesse…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer